Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Liban, Algérie, Maroc...un été particulier    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Les psychologues menacent    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    L'activiste Badi Allal arrêté    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Le féminicide, un crime silencieux    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Deux Algériens légèrement blessés    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    L'apocalypse à Beyrouth    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    Karim Younes se livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La tête et le corps
Publié dans El Watan le 05 - 07 - 2020

Une opération bien menée, avec retentissement joyeux et apothéose en pleine fête de l'Indépendance. Le retour des têtes de résistants, même vides, a été conçu par des têtes vivantes et bien pleines, même si ce sont des Algériens, qui n'ont rien à voir avec l'Etat, qui réclament depuis longtemps le retour de ces symboles du combat et de la cruauté coloniale.
On a quand même appris au passage que l'Algérie possédait des Sukhoï 30 et on s'est rappelé la position d'Ouyahia sur les crânes : «Ils sont mieux en France, à l'abri dans un musée.» Aujourd'hui à l'abri dans une cellule, lui qui pensait être un cerveau, voire une tête, il a pourtant longtemps surfé sur un nationalisme rigoriste malgré les 30 milliards non identifiés trouvés sur son compte.
C'est d'ailleurs le débat récurrent, on conteste cette overdose de nationalisme pour masquer les insuffisances, mais si en Europe, où le nationalisme a fait des millions de victimes en deux guerres mondiales, toute ardeur patriotique est vue comme un danger, en Algérie, c'est différent, le nationalisme n'est pas négatif parce qu'il a permis la libération du pays et n'a pas été ensuite le prétexte à une quelconque invasion d'un pays voisin.
De ce point de vue, le régime n'a pas à avoir peur, à part quelques fans de l'Open Society, qui voient dans les micro-fragmentations et assimilations européennes la solution à trop d'Etat ici, l'Algérie a une société forte, soudée autour de son pays – moins autour de ses décideurs –, ce qui est rassurant en ces temps de batailles navales en Méditerranée pour le contrôle de la Libye.
Le corps est sain mais la tête l'est-elle ? Les libérations au compte-gouttes de quelques militants est aussi une opération du cerveau pour réduire le mécontentement par une double victoire du Président, rapatrier des têtes de résistants et relâcher le corps de quelques opposants. Initiatives très louables, mais ce n'est pas avec des crânes vides et des prisons pleines qu'il pourra créer du réel d'ici le 5 juillet prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.