Feux de forêts: réunion pour indemniser les personnes impactées    551 nouveaux cas confirmés et 13 décès en Algérie    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    PROTECTION CIVILE DE MOSTAGANEM : 266 interventions les jours de l'Aïd    TIZI OUZOU : Confinement partiel dans deux communes    COLLECTE DES ORDURES MENAGERES A ORAN : La mairie réquisitionne des entreprises communales    Explosion de Beyrouth: entretien téléphonique entre le président Tebboune et son homologue libanais    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    La rentrée universitaire semble compromise    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du Pr Jean-Paul Grangaud : Condoléances du ministre de la Santé    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes
Publié dans El Watan le 15 - 07 - 2020

Il est décédé, mercredi dernier, à Paris, à l'âge de 65 ans suite à une longue maladie. Belaid Lamara, originaire du village Ait Saâda, dans la commune de Yataffene, à 45 kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, était l'un militant infatigable du combat identitaire.
Il était d'ailleurs très connu, notamment durant les années 1980, à travers ses émissions sur la langue et culture amazighes qu'il animait à Radio Tiwizi, dans la région Ile-de-France.
Il était très estimé par les auditeurs de ce média, surtout pour son engagement et son dévouement pour la reconnaissance de la langue amazighe dans toutes ses dimensions.
Vendredi, une veillée en sa mémoire a été organisée au niveau de Radio Tiziri dans le 19e arrondissement de Paris. Plusieurs artistes, militants, animateurs associatifs, entre autres qui ont connu le défunt ont apporté des témoignages émouvants sur la vie et le parcours de cet homme. «Il a été de toutes les actions en faveur de la cause amazighe et des luttes démocratiques en Afrique du Nord. Il a été l'une des chevilles ouvrières des différentes radios berbères à Paris, durant les années 1980 et 1990. C'est le cas notamment, de Radio Tamazight et Radio Tiwizi.
Il est présent à tous les rassemblements organisés en région parisienne, en faveur de la cause berbère», témoigne Hamid, cousin du regretté. «J'ai connu Bélaïd aux heures de gloire militante, fin des années 1970, début 1980. Son dynamisme, son abnégation, son courage, le tout constamment accompagné d'un esprit vif et attachant lui ont valu des générations d'amis. Des plus vieux aux plus jeunes. Bélaïd et moi sommes arrivés en même temps en France, en 1978 et avons évolué dans le même milieu culturel et politique : l'université Paris 8, la Coopérative Imedyazen, sise à la Place de la Bastille et le FFS clandestin.
En réalité, tout était pour nous totalement liés. Il a, en effet, commencé à militer dès son arrivée en France et les événements du Printemps berbère de 1980 ont eu sur lui un effet d'accélération. Il était partout où la parole d'un militant pouvait porter», raconte l'universitaire et militant Hacene Hireche. Les habitués des stands d'objets berbères gardent sûrement de Belaid l'image de cet homme dévoué pour la cause amazighe.
Il participe, d'ailleurs, en France, à toutes les activités visant la promotion de sa culture, et ce, à travers des expositions de livres et autres objets traditionnels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.