Super Ligue : Florentino Perez s'explique    La BADR vulgarise ses produits    Les Kabyles dès aujourd'hui au Cameroun    Le choix cornélien des membres du BF de la FAF    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    Boukadoum en visite de travail en Libye    Le parcours du combattant des candidats indépendants    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Des dossiers lourds en voie de finalisation    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    Les exigences de la CNCC    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    6 ans de prison pour deux anciens DG    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Profession: Auto-serveur    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le sempiternel casse-tête du transport    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    156 nouveaux cas, 111 guérisons et 03 décès    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tizi Ouzou : Projets routiers à la traîne
Publié dans El Watan le 03 - 03 - 2021

Parent pauvre des programmes de développement au niveau local, le réseau routier à Tizi Ouzou ne cesse de se dégrader, au grand dam des usagers et de la population en général.
Cet état des lieux a fait réagir l'élu du RCD à l'APW, Mohamed Acherfouche, architecte urbaniste, qui interpelle le Directeur des travaux publics (DTP) sur «la situation peu enviable de notre réseau routier dans ces différentes composantes (chemins communaux, chemins de wilaya et routes nationales)».
Réputée pour avoir l'un des réseaux routiers le plus dense au niveau national avec 1,625 km/km2 et un linéaire qui avoisine les 5000,00 km, la wilaya de Tizi Ouzou est exclusivement dépendante de ce réseau pour assurer le déplacement des personnes et des marchandises en intra-muros, et pour assurer ses liaison avec son environnement extra-muros, notera t-il d'emblée. «Le développement de notre territoire et son attractivité dépendent de la qualité de son réseau routier.
La conjugaison d'une urbanisation massive et non maitrisée du territoire avec l'absence du contrôle et d'un entretien régulier a fait que les emprises des voiries existantes (CC, CW et RN) sont continuellement agressées et parfois même hypothéquées en dégradant substantiellement leur qualité jusqu'à les rendre dangereuses pour les usagers», constate cet élu.
La faiblesse des moyens financiers alloués dans le cadre des PCD aux communes ainsi que le montant quasi-insignifiant réservé dans le cadre du budget de wilaya 2021 à l'entretien des chemins de wilaya, à savoir 20.000.000 DA (2 milliards de centimes pour toute la wilaya), ne concourent pas à l'amélioration de cette situation déjà bien critique, a considéré le rédacteur du courrier adressé à l'administration locale le 16 février. «Dans le cadre du plan directeur de la DTP, un certain nombre d'opérations dites structurantes sont prévues pour moderniser et optimiser le maillage de la wilaya.
En dépit des retards considérables qu'elles enregistrent pour leur livraison, nous pouvons d'ores et déjà constater tout le confort et la sécurité qu'apportent aux usagers de la route des opérations telle que celle de la modernisation de la RN12 (bassin de trafic du Sebou) et la pénétrante autoroutière reliant Tizi Ouzou à l'autoroute Est-Ouest. Néanmoins, beaucoup d'autres projets d'importance vitale pour le Tizi Ouzou restent encore non lancés, parfois même pas en étude», relève M.Acherfouche.
50 % des routes dégradées
Il cite le cas des projets structurants inscrits à l'agenda de la DTP depuis bien des années maintenant, à l'exemple du dédoublement de la RN 24 avec l'évitement des centres urbains de Tigzirt et d'Azeffoun dont les parties relevant des wilayas d'Alger et de Boumerdes sont quasiment achevées, la modernisation de la RN 72 avec l'évitement de centres urbains de Makouda et de Tigzirt, le dédoublement de la RN 73, de Fréha (RN 12) jusqu'à Azeffoun (RN 24), l'aménagement et la modernisation de la RN 12 sur la section allant de la sortie est de Azazga vers la limite de la wilaya de Béjaïa, ou encore la voie express du Djurdjura au sud de la wilaya, reliant Draâ El Mizan à Aïn El Hammam en passant par les localités de Boghni, Ouadhias, Ouacif et Beni-Yenni et les évitements des centres urbains de Draâ El Mizan, Larbaâ Nath Irathen, Ouadhias et Yakouren. «C'est à cause du retard qui caractérise la mise en œuvre de ces infrastructures stratégiques que j'ai interpellé le directeur des travaux publics de la wilaya de Tizi Ouzou qui a la charge, sous l'autorité du wali, de la mise en œuvre des politiques publiques de son secteur au niveau de la wilaya. Je lui ai demandé, comme la loi m'y autorise en ma qualité d'élu de l'APW, de me fournir les informations susceptibles de nous éclairer sur la situation de ces projets et le sort qui leur est réservé», conclut le même élu.
Pour rappel, une enveloppe de 1 milliard de dinars a été mobilisée en 2020 pour la réhabilitation des chemins de wilaya (CW) et des chemins communaux (CC) à Tizi Ouzou. Les opérations devant être couvertes par ce budget étaient programmées à compter de juillet dernier.
Près de 700 millions de dinars seront destinés pour la réhabilitation de 58 km de chemins de wilaya, alors que 300 millions vont servir à la réfection de 22 km de chemins communaux, selon la DTP. Le budget alloué et les opérations inscrites ne vont pas couvrir toutes les routes de la wilaya ayant besoin de réhabilitation, notamment les chemins communaux dont la moitié se trouve dans un piteux état, admet-on à la DTP.
Les chemins de wilaya représentent 640 km du réseau routier et 50% de ces routes sont dégradées, selon la même source. L'enveloppe de 700 millions de dinars n'est qu'une première tranche en attendant l'attribution par la tutelle d'autres programmes pour le secteur des travaux publics de la wilaya, a-t-on annoncé.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.