Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Bouira : Une wilaya sans salles de cinéma    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Eclaircie à l'horizon    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Les (mauvaises) manières du «discours»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    750.000 litres de carburant saisis    9 personnes ont péri noyées    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie : Amnesty relève la baisse du nombre de condamnation à mort
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2021

L'ONG Amnesty International s'est réjouit de la «diminution significative» du nombre de condamnation à mort en Algérie, avec un seul cas en 2020, même si, elle regrette la non abolition de la peine de mort dans la nouvelle constitution.
Dans un communiqué rendu public aujourd'hui mercredi 21 avril à l'occasion de la publication de son rapport annuel de l'année 2020 sur la peine de mort dans le monde, Amnesty International a relevé «une nette baisse des condamnations à mort en Algérie», en rappelant qu'«en 2015, l'organisation a recensé 62 condamnations, contre 50 en 2016, 27 en 2017, 01 en 2018 et 4 en 2019» et qu' «une seule condamnation à mort a été recensée en Algérie en 2020».
«Nous nous réjouissons de cette diminution significative, qui confirme la tendance à la baisse des condamnations à mort ces dernières années», a indiqué Hassina Oussedik, directrice d'Amnesty International Algérie, avant d'ajouter : «Toutefois, nous regrettons qu'en 2020, encore une fois, l'occasion de la dernière révision de la Constitution n'a pas été saisie pour abolir ce châtiment cruel, injuste, inefficace et discriminatoire».
Ainsi, même si «l'article 38 de la nouvelle Constitution stipule que le droit à la vie est inhérent à la personne humaine et doit être protégé par la loi», cela «ne garantit pas pleinement le droit à la vie et permet, dans les faits, le recours à la peine de mort conformément au Code pénal», indique l'ONG.
Amnesty rappelle, en dernier lieu, que «l'Algérie n'a procédé à aucune exécution depuis 1993» et que le pays «a parrainé et voté en faveur de la dernière résolution appelant à un moratoire en vue d'abolir définitivement la peine de mort, adoptée par l'Assemblée Générale des Nations unies le 16 décembre 2020», mais «la loi algérienne prévoit toujours la peine de mort».
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.