Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comment récupérer de l'argent pour respirer
Publié dans El Watan le 02 - 08 - 2021

On ne va pas s'attarder sur les promesses du candidat de récupérer les fonds détournés. Mais pays budgétivore, l'Algérie administrative dépense beaucoup d'argent public pour son sérail ainsi que dans des fonds opaques pour gérer la reconduction ou organiser la propagande à la gloire du Roi.
Il y a bien sûr ce nombre plus élevé qu'en Chine de ministres pour une population 30 fois inférieure et une superficie 4 fois moins grande, mais il y a surtout ces postes de complaisance, en Algérie et à l'étranger, pour les amis et leurs enfants, il y a les commissions, les organes, les agences, les experts qui n'expertisent rien et les associations concentriques qui ne font rien pour l'intérêt public, les journaux des amis qui pompent la publicité sans aucune contrepartie pour la réinformation, les conseillers qui pullulent dans les ministères et n'ont aucun conseil à donner sinon de ne rien changer, les enfants et les petits-enfants de moudjahidine qui n'ont pas fait la guerre et dont les parents ne sont pas morts pendant la libération à l'inverse des chouhada dont les femmes et enfants méritent une prime à vie. Il y a les PDG d'entreprises publiques qui ne font que creuser les déficits et qui, chaque année, après la prime du 13e mois, demandent à l'Etat de les renflouer. Il y a les subventionnés qui fabriquent du cachir uniquement pour les élections, les administratifs qui n'administrent rien, les hauts conseils, islamique ou amazigh, le haut conseil à la langue arabe comme si celle-ci était en danger ou encore l'ARAV, cette agence de vieux apparatchiks de l'audiovisuel étatique au chômage qui ne sert qu'à entériner des décisions prises plus haut sans leur accord. On pourrait même demander au député Bengrina de payer ses 1000 hectares qu'il a acquis au dinar symbolique. Pas au prix du marché mais au moins au prix d'Etat, ce tarif spécialement conçu pour les amis et les amis des amis.
Après, maâlich, on oublie, mais au moins on récupère quelques générateurs d'oxygène. Pour respirer.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.