Algérie-Maroc : la (maigre) réponse de Bouteflika à Mohamed VI    Ould-Abbès toujours secrétaire général    Arrestation d'un ex-maire et député    Le FLN et le RND en rouleaux compresseurs    Où est passé le dinar ?    Le renseignement douanier au menu du dialogue 5+5    Les Verts face à leur destin    «Je vois un changement par rapport au passé»    Taoussi vers la porte de sortie    Sachez que…    Création d'un centre de chirurgie pédiatrique en Algérie    Un trentenaire retrouvé pendu chez lui à Belkheïr    Entre blagues, caricatures et ironiques retours de bâton    Bab-el-Oued chouhada    Raser sa barbe ? Pas question !    Le temps n'a pas d'âge    Nouvelles d'Oran    24 heures    Football - Ligue 1: Le NAHD surprend l'ESS, l'ASAM respire    Lutte contre le commerce de stupéfiants: Six dealers arrêtés et des psychotropes saisis    Mostaganem: Des malades en danger    Pour la fréquence élevée d'effets secondaires: Retrait définitif de deux traitements anti-cancéreux    Qui a tué John Fitzgerald Khashoggi ?    Sécurité des vols: L'UGTA défend Air Algérie    ASM Oran: Sid Ahmed Slimani à la barre technique    Colloque sur la «Sira ennabawiya»: Plaidoyer pour l'unité dans l'Islam    USA : La production record de pétrole brut tire les stocks à la hausse    Atelier de formation de gestion associative    Succès des premiers tests des projets e-éducation et e-santé via Alcomsat-1    Zetchi appelle les Verts à faire preuve de combativité sur le terrain    La JSMB se neutralise à domicile avec l'ESM    Violences après le match USMA-CSC: 30 personnes arrêtées et 10 policiers blessés    La production du fer et de l'acier relancée    Déces : Le journaliste d'El Khabar Mohamed Cherak n'est plus    Le traité constitutif de l'UA doit "être préservé de toute révision"    43e Eucoco : Mme Feroukhi souligne le rôle de la conférence dans la sensibilisation sur le conflit    Une délégation de la Fédération internationale des journalistes, en visite à Ramallah    Washington vote contre une résolution de l'ONU condamnant Israël sur le Golan    Conférence de Palerme sur la Libye : Les divisions étalées au grand jour    3e phase de la 24e opération de relogement d'Alger: Quelques 70 familles seront relogées lundi prochain    Affaire Skripal : Zakharova qualifie de "blague" la nouvelle enquête de Bellingcat    La tenue d'un vote de défiance contre May "probable"    Noureddine Bedoui : "Les valeurs de l'ANP sont un précieux acquis à préserver "    Hamadou Lazhar, élu candidat du FLN    Da Méziane, c'est le «Djihad», l'engagement et la modestie personnifiés    La 2e édition s'ouvre à Alger    CNAL et Commission de visionnage des films    La nouvelle pièce "Sekta" de Tounès Aït Ali présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kader Fares Affak : «Il faut résister jusqu'à ce qu'ils abdiquent»
Dossier : les autres articles
Publié dans El Watan le 10 - 12 - 2011

«Devrais-je avoir honte d'être un démocrate progressiste ?» Cette question posée sur un ton colérique par Kader Fares Affak, 42 ans, militant depuis vingt ans au sein de plusieurs organisations clandestines, n'en est pas une.
Elle ne fait qu'exprimer sa révolte face à la culture de la peur qui paralyse la société. Il cale sa béquille contre le mur, se calme et explique : «Aujourd'hui, les gens ont honte d'être démocrates parce que les démocrates du système nous ont discrédités par leur silence complice face aux pires dépassements.» Kader, qui n'en est pas à son premier combat, n'a pas peur de hausser le ton : «Les démocrates n'ont pas réussi à proposer un projet de société contrairement aux islamistes qui en ont un tout prêt, et c'est là que se situe leur faille.» Après 20 ans d'engagement politique – premières actions de militantisme au sein du comité de défense des libertés démocratiques créé juste après les événements d'octobre 1988 – Kader a, bien sûr, dans le regard une pointe d'amertume due à de longues années d'une lutte frustrante, mais pas une once de résignation, pour autant.
«Tout le monde exige le changement et attend qu'il vienne d'en haut ou de l'extérieur sans réaliser que ce changement peut se construire avec les forces d'en bas», explique-t-il en levant ses bras de colère. Ce changement, il y croit malgré les dizaines de PV d'arrestation qu'il collectionne. «Il faut résister jusqu'à ce qu'ils abdiquent !», peste-t-il. Kader est aussi devenu célèbre grâce à sa voix qui porte dans la rue. Parfait chauffeur de foule qui scande à chaque fois des slogans rebelles et déterminés. Il ne prône pourtant pas les méthodes radicales : «Pas besoin d'aller jusqu'à la désobéissance civile, mais juste résister jour après jour.» Pour résister, il a opté pour l'indépendance. Kader a quitté le monde du travail en 2009 pour se consacrer à ses convictions révolutionnaires. Pas le temps de chômer pour ce révolutionnaire né, justement né un certain 1er novembre 1969 à Aïn Bénian.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.