Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Entre appuis et critiques : Avis mitigés sur le PLF 2019 à l'APN    Conférence sur la Libye Ouyahia prend part à Palerme à une réunion restreinte    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Début du stage des Eperviers à Lomé    Atal dans l'équipe type de la 13e journée    Dernière mission d'inspection de la CAF au Cameroun avant la décision finale    Refus des visas par les consulats français en Algérie    «La wilaya doit s'intégrer dans la stratégie nationale du développement écologique»    Lancement des premières récoltes de safran    Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour dans 3 wilayas de l'ouest du pays    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Décès de la légende américaine Stan Lee    Selon le FMI : Le PIB de l'Algérie s'établirait à 188 mds de dollars    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    Artisanat à Guelma: Plus de 18.000 emplois créés dans le secteur    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le bon dos des «migrants»    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Benflis s'en félicite    Jil FCE optimiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Ouargla : Sensibilisation sur le montage de projets Ansej    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Equipe nationale: Début de stage dans une ambiance détendue    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Incertitudes    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On est en train de saccager le site de Djemila !
Nacéra Benseddik. Archéologue
Publié dans El Watan le 07 - 12 - 2012

Après Timgad, Djemila ? L'historienne archéologue, Nacéra Benseddik, est indignée par l'état du site archéologique de Cuicul. Elle accuse le ministère de la Culture de vouloir y entreprendre la construction d'une scène culturelle pour le Festival de Djemila, alors que le site est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco.
- Le groupe de veille pour la sauvegarde du site de Djemila (Sétif) dénonce à nouveau des atteintes au site archéologique de Cuicul, en montrant, photos à l'appui, que des travaux ont lieu en plein milieu du site (voir ci-contre).

Le Festival de Djemila, organisé depuis des années sur le site archéologique, a été déplacé, cet été, dans le stade de Sétif. Officiellement, parce que la musique gênait les prières du Taraouih des villages environnants. Je pensais naïvement, et à tort, que le ministère avait été sensible à la mobilisation pour la protection du site. Finalement, il n'en est rien. Khalida Toumi avait pourtant déclaré le 26 novembre 2011 que le festival tiendrait sa prochaine édition «en dehors de la cité archéologique de Cuicul», reconnaissant qu'il y avait eu des dégradations. Ce site est un élément de la mémoire de l'Algérie, du Maghreb et de l'humanité, et on va le saccager. Je rappelle qu'il a été inscrit au Patrimoine national en 1900 et sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 1982.

- Sur la photo, on voit pourtant que les ruines se trouvent dans le fond. Quels sont donc les dangers concrets qui le menacent ?

Mais nous sommes au cœur du site ! Dans l'enceinte de la clôture qui sert à délimiter le site ! Les dangers sont clairs : pour placer les blocs de béton que l'on voit sur photo, il va falloir faire des trous dans un sol qui n'a pas encore été exploré, et donc, détruire des strates archéologiques enfouies. La présence de plus de 10 000 spectateurs en pleine nuit, libres de faire ce qu'ils veulent dans les ruines, pose un autre problème. On a bien vu le résultat quand le festival se tenait sur la place des Sévères : les gens ont uriné sur les mosaïques, dégradé l'escalier du temple de la Gens Septimia (dynastie des Sévères, empereurs berbères) et laissé leurs ordures sur des dallages bimillénaires !

- Mais il semblerait que la population réclame le retour du Festival à Djemila…

Pas de problème. Alors pourquoi ne pas organiser ce festival hors du site ? Dans un espace en plein air dont la jeunesse pourrait profiter toute l'année ? Par ailleurs, il est de la responsabilité du ministère de protéger le patrimoine car il n'est pas une propriété privée. Personne n'a le droit de vie ou de mort sur ce site. Le wali, le directeur de la culture et les maires aussi sont responsables ! Ce site est-il orphelin ? N'a-t-il pas de parents ?

- Avant Djemila, vous vous êtes déjà mobilisée pour Timgad… Pourquoi une telle volonté de profaner les sites antiques, pour ne pas dire romains ?

Je ne vois, hélas, pas d'autres motivations qu'idéologiques. Aujourd'hui, l'idéologie dominante est arabo-islamique et pour la servir, on croit devoir effacer tout ce qui précède, autrement dit les civilisations libyque, libyco-puniques et romaines. Sinon, pourquoi ne pas organiser des festivals mettant en valeur des sites islamiques comme ceux de la Qalâa des Beni Hammad (M'sila) ou d'Achir (Médéa) ?

- Que fait l'Unesco ?

Je réponds par une autre question : comment voulez-vous qu'une instance internationale, chargée de veiller à l'intégrité et à l'authenticité des sites classés, en Algérie et ailleurs, accomplisse sa mission en toute indépendance alors que, lors de sa dernière visite, Irina Bokova, la directrice générale, a reçu de l'Algérie un chèque de 5 millions d'euros à titre de contribution au Fonds d'urgence ? Lorsque la magie du chèque aura cessé, si les sites de Timgad, Djemila et Tipasa ne sont pas débarrassés de toute urgence des constructions parasitaires qui menacent leur intégrité et leur authenticité, n'est-il pas à craindre que l'Unesco n'en vienne à déclasser nos sites, comme elle l'a fait en 2007 pour le sanctuaire de l'antilope Oryx à Oman, à cause de l'exploitation pétrolière, la vallée de Dresde, en Allemagne, en 2009, après la construction d'un pont, et tout récemment la médina de Sousse envahie par les bâtiments modernes ?

- D'après la pétition lancée pour la sauvegarde du site, d'autres sites seraient menacés. Lesquels ?

Nous sommes inquiets pour les sites de Khamissa et de Madaure (région de Souk Ahras), des sites jusqu'alors peu fouillés et sur lesquels apparaissent des constructions parasitaires, de Tiddis et de Tipasa.

- Pourquoi n'entend-on pas davantage les archéologues ?

Vous devriez préciser : «les archéologues algériens», car je peux vous assurer que les archéologues tunisiens, marocains ou libyens, pour nous limiter au Maghreb, sont nombreux à nous soutenir. Ils s'expriment sur les réseaux sociaux, et pas sous pseudonyme ! Le peu d'implication des professionnels algériens ne m'étonne pas, m'attriste et m'indigne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.