Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Shulùq ensemble à Béjaïa : Musique poétique méditerranéenne
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2017

De la kwitra, de la guitare, des flûtes, des percussions et des voix chanteuses et narratrices, voilà les ingrédients d'un mélodrame musical italien interprété en début de soirée, mardi dernier, au Théâtre régional de Béjaïa.
Le spectacle, créé en août 2016, entre dans le cadre du 18e Festival culturel européen, qui a intégré cette année Béjaïa comme seule wilaya aux côtés d'Alger. L'inauguration du programme bougiote a eu lieu, pour rappel, mercredi dernier avec le groupe jazz Jungle by Night. Mardi, la scène s'est reposée du rythme endiablé des Néerlandais pour faire place aux douces notes siciliennes du Shulùq, ensemble à l'esprit des contes et des légendes. Le groupe est aussi algérien par la seule présence de Salim Dada, chercheur ethno-musicologue. Shulùq est le nom arabe du sirocco qui semble souffler sur cette troupe, six ans d'âge, qui a joué des musiques de Salim Dada, (guitare, kwitra et voix) et de Calogero Giallanza, aux flûtes, le tout complété par Simone Pulvano aux percussions. Le trio a accompagné la narration d'une histoire véridique qu'ils racontent à leur façon pour la première fois en Algérie.
C'est celle d'une île qui a émergé comme «un miracle des eaux», entre l'Italie et la Tunisie, une première fois au tout début du XVIIIe siècle, avant de disparaître sous les eaux et de réapparaître par deux autres fois au cours du XIXe siècle. Une crise diplomatique était née entre l'Italie, la France, l'Espagne et le Royaume-Uni, qui ont revendiqué chacun cette «île éphémère», dont la disparition en 1832 a mis fin aux tensions entre les quatre Etats. Le spectacle n'a pas plongé dans le tumulte de ces tensions historiques mais, bien au contraire, a donné à vivre des moments de méditation et d'exaltation de l'âme.
Les notes ont habillé un dialogue engagé sur la patrie, la nation, entre le roi de l'île, Ferdinandea, et Ibn Hamdis, «le plus grand poète sicilien de l'époque». Musique et dramaturgie se sont alternées et entrecroisées. Francesco Randazzo, auteur du texte et de la mise en scène, a prêté sa voix à la narration dans un mélange de langues, entre italien, sicilien et français, théâtralisé. De la poésie de Ibn Hamdis est déclamée en arabe par Salim Dada appuyant les traits de légende qui se lisent dans le titre de ce mélodrame musical : L'île mystérieuse, ou le vice-roi de l'île Ferdinandea. «La touche de Dada s'entend dans les rythmes du Sud algérien, aux sons du gumbri, des sonorités chaouies ou du raml el maya. Le spectacle met en musique La légende du roi de l'île Ferdinandea comme un symbole d'un monde perdu qui ne vit que dans le désir de ceux qui veulent rêver et écouter des voix lointaines en sorte d'échos perdus et de souvenirs oubliés dans la mer profonde de l'histoire. Une aspiration à un monde meilleur, tant désiré et recherché, quelquefois au prix de la vie des milliers de migrants qui traversent, fuient vers un exil désespéré de la liberté et le salut, mais aussi souvent tragiquement, vers un destin de vies brisées et dispersées», explique le synopsis. Un oiseau qu'aperçoivent des marins de passage par le grand vide bleu, chante sur cette île mystérieuse et représente Ibn Hamdis.
La narration en fait l'écho dans un élan poétique qui finit par une belle ballade musicale méditerranéenne. En parallèle, l'invite a été faite pour une autre ballade, romaine celle-ci, dans le hall du théâtre à travers l'exposition photos de Stefano Casadio pour un «Regard éternel sur Rome», un regard amoureux sur le Capitole, symbole de la renaissance romaine et du génie du maître de la perfection, Michel-Ange.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.