14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Shulùq ensemble à Béjaïa : Musique poétique méditerranéenne
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2017

De la kwitra, de la guitare, des flûtes, des percussions et des voix chanteuses et narratrices, voilà les ingrédients d'un mélodrame musical italien interprété en début de soirée, mardi dernier, au Théâtre régional de Béjaïa.
Le spectacle, créé en août 2016, entre dans le cadre du 18e Festival culturel européen, qui a intégré cette année Béjaïa comme seule wilaya aux côtés d'Alger. L'inauguration du programme bougiote a eu lieu, pour rappel, mercredi dernier avec le groupe jazz Jungle by Night. Mardi, la scène s'est reposée du rythme endiablé des Néerlandais pour faire place aux douces notes siciliennes du Shulùq, ensemble à l'esprit des contes et des légendes. Le groupe est aussi algérien par la seule présence de Salim Dada, chercheur ethno-musicologue. Shulùq est le nom arabe du sirocco qui semble souffler sur cette troupe, six ans d'âge, qui a joué des musiques de Salim Dada, (guitare, kwitra et voix) et de Calogero Giallanza, aux flûtes, le tout complété par Simone Pulvano aux percussions. Le trio a accompagné la narration d'une histoire véridique qu'ils racontent à leur façon pour la première fois en Algérie.
C'est celle d'une île qui a émergé comme «un miracle des eaux», entre l'Italie et la Tunisie, une première fois au tout début du XVIIIe siècle, avant de disparaître sous les eaux et de réapparaître par deux autres fois au cours du XIXe siècle. Une crise diplomatique était née entre l'Italie, la France, l'Espagne et le Royaume-Uni, qui ont revendiqué chacun cette «île éphémère», dont la disparition en 1832 a mis fin aux tensions entre les quatre Etats. Le spectacle n'a pas plongé dans le tumulte de ces tensions historiques mais, bien au contraire, a donné à vivre des moments de méditation et d'exaltation de l'âme.
Les notes ont habillé un dialogue engagé sur la patrie, la nation, entre le roi de l'île, Ferdinandea, et Ibn Hamdis, «le plus grand poète sicilien de l'époque». Musique et dramaturgie se sont alternées et entrecroisées. Francesco Randazzo, auteur du texte et de la mise en scène, a prêté sa voix à la narration dans un mélange de langues, entre italien, sicilien et français, théâtralisé. De la poésie de Ibn Hamdis est déclamée en arabe par Salim Dada appuyant les traits de légende qui se lisent dans le titre de ce mélodrame musical : L'île mystérieuse, ou le vice-roi de l'île Ferdinandea. «La touche de Dada s'entend dans les rythmes du Sud algérien, aux sons du gumbri, des sonorités chaouies ou du raml el maya. Le spectacle met en musique La légende du roi de l'île Ferdinandea comme un symbole d'un monde perdu qui ne vit que dans le désir de ceux qui veulent rêver et écouter des voix lointaines en sorte d'échos perdus et de souvenirs oubliés dans la mer profonde de l'histoire. Une aspiration à un monde meilleur, tant désiré et recherché, quelquefois au prix de la vie des milliers de migrants qui traversent, fuient vers un exil désespéré de la liberté et le salut, mais aussi souvent tragiquement, vers un destin de vies brisées et dispersées», explique le synopsis. Un oiseau qu'aperçoivent des marins de passage par le grand vide bleu, chante sur cette île mystérieuse et représente Ibn Hamdis.
La narration en fait l'écho dans un élan poétique qui finit par une belle ballade musicale méditerranéenne. En parallèle, l'invite a été faite pour une autre ballade, romaine celle-ci, dans le hall du théâtre à travers l'exposition photos de Stefano Casadio pour un «Regard éternel sur Rome», un regard amoureux sur le Capitole, symbole de la renaissance romaine et du génie du maître de la perfection, Michel-Ange.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.