AC Milan: un futur rôle au club pour Kaká ?    AS Monaco - Jardim: «Ghezzal et Diakhaby n'ont pas apporté un plus face à Leipzing»    Palestine - USA : Les lignes de communication coupées ?    La réponse de Buffon à Rakitic    Violences sur enfants - Bilan des 9 premiers mois de 2017 : Plus de 4 000 cas enregistrés !    Blida : Les roses et les gourbis    Examens trimestriels 2017-2018 : Benghabrit annonce les dates    Semaine gastronomique italienne : Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger    Opérette «Maâlim» : Sur les traces des héros de la Révolution algérienne    LFP – Sanctions : Huis clos pour l'US Biskra    En bref...    Equipe Nationale : Le programme des matchs amicaux sera arrêté après le 1er décembre    NATIONALISTE, MILITANT ENGAGE, ABDELKADER HACHANI Un seigneur de la politique    Après 37 ans de règne : Mugabe lâche le pouvoir    Le syndrome de l'abstention    Rassemblement samedi à Alger    Etudes en post-graduation : Près de 16 000 diplômés des ENS recrutés depuis 2014    «On a mis en place plusieurs mécanismes pour permettre à l'élève de mieux réagir»    Un monopole qui n'a que trop duré    Ils vous accompagnent...    The Mountain between us en ouverture    Théâtre régional d'oran : Houari Benchenet dévoile au public son tout dernier titre en hommage à Blaoui El Houari    SOIT DIT EN PASSANT    Ligue des champions d’Europe (phase de poules, 5e journée)    Gendarmerie nationale    Tendances    Promotion du cinéma    Entretien à New York entre Horst Kohler et une délégation du Front Polisario    Niger : 34 morts dans une bagarre entre agriculteurs et éleveurs    Inde: un journaliste tué par balle    La stratégie d'innovation sera prête début 2018    La campagne reprend le 21 décembre    «Les cycles» ou l'ode à l'ésotérisme    Algérie : Les vidéos anti-élections se multiplient    Crise du Golfe: Bouteflika écrit au roi d'Arabie Saoudite    Mostaganem: 22 harraga, dont des femmes et des enfants, interceptés    Orchestration de la tension au Moyen Orient    L'élite doit s'enraciner dans la douleur de la société    Sonelgaz somme ses clients de payer leurs dettes    Le rapport controversé de la commission des finances    La médecine traditionnelle chinoise revient    "Je suis pessimiste pour Madjer avec l'Algérie"    Programme de 8 millions de logements : Impératif de prendre en considération la qualité du cadre de vie    Et Poutine félicite Bachar al Assad    AADL : Des opérations administratives "à distance" à partir de 2018    Le stress gagne les états-majors des partis    Qui veut torpiller l'urne?    Promotion du tourisme : Priorité de dynamiser le programme national    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chemins de Damas
Repère
Publié dans El Watan le 22 - 08 - 2017

Les plus hauts dirigeants syriens n'ont jamais annoncé la fin de la guerre, mais la réouverture de la Foire internationale de Damas avec une participation étrangère jugée appréciable constituait, en quelque sorte, un état des lieux, jusqu'à ce qu'une roquette s'abatte à l'entrée même de cette foire, faisant cinq tués et des blessés. Nul doute que les auteurs de cette attaque voulaient démentir ce sentiment.
A cela, s'ajoutent de nouvelles pertes civiles lors de frappes de la coalition antidjihadiste. Les 18 victimes se trouvaient dans une mosquée et des maisons environnantes, selon l'OSDH. Quant à la foire, ouverte il y a quelques jours, elle apparaît comme un défi, voire une assurance. Non pas que les affaires se portent bien, mais que la Syrie redevient une destination avec ce que cela suppose comme retour de la sécurité, bien plus important que ne l'a été la Foire de Damas, et le Salon du livre qui a réuni pas moins de 150 maisons d'édition, avec 50% de fréquentation de plus par rapport à celui de 2016. Tout laisserait donc penser que le processus de reconquête par les forces gouvernementales se poursuit et serait même en voie de se conclure par la victoire de ces dernières, et ouvrant de ce fait la voie à la reconstruction de la Syrie, détruite par des années de guerre impliquant des centaines de groupes, selon l'ONU.
Tout laisserait alors croire à un processus de normalisation, la foire en question rouvrant ses portes qu'elle avait fermées en 2011. Cette 59e édition a attiré la participation d'entreprises étrangères venues de 43 pays arabes et autres, dont la Chine, la Russie, l'Iran, la France, le Royaume-Uni et la Belgique. Le gouvernement a fourni des préparatifs massifs et a procédé à de nombreuses rénovations dans la capitale pour cet événement, que les dirigeants considèrent comme un signe de reprise économique de la Syrie. Mais autant parler de la reconstruction de ce pays qui a subi des pertes évaluées par la Banque mondiale à 226 milliards de dollars. En 2016, le président syrien, Bachar Al Assad, avait assuré que ses alliés allaient recevoir la part du lion dans le futur processus de reconstruction. Il reste que des entreprises étrangères, provenant parfois de pays qui ont imposé des sanctions à la Syrie, prennent part à cette manifestation.
A titre individuel, ne manque t-on pas de préciser. «Nous sommes revenus en Syrie, car c'est un pays prometteur», affirme le représentant d'une entreprise allemande spécialisée dans les canalisations d'eau.
Il reste que le discours se veut encore plus global et même empreint d'optimisme après les récents succès de l'armée syrienne, malgré l'attaque d'hier. Certains y voient même une fin prochaine de la guerre en Syrie. Et beaucoup s'y prépareraient et la Foire de Damas constitue ce fameux baromètre, qui serait dans ce cas-là celui de la normalisation, avec toutefois des conditions fixées dimanche par le chef de l'Etat syrien, en affirmant que les pays qui envisagent de rouvrir leurs ambassades en Syrie doivent rompre avec les rebelles.
Et d'assurer : «Nous ne sommes pas isolés.» Est-ce là une réponse aux propos de certains dirigeants étrangers affirmant désormais qu'ils ne considéraient plus le départ de Bachar Al Assad comme un préalable, ou encore qu'ils envisageaient de rouvrir leurs représentations diplomatiques dans la capitale syrienne ? Ce qui n'est pas improbable, tant ce qui se passe en Syrie, surtout depuis l'engagement militaire russe aux côtés des forces gouvernementales, a fondamentalement changé. Un véritable bouleversement jusqu'au plan international. Ce n'est pas encore la paix, «la bataille continue», a affirmé le chef de l'Etat syrien tout en évoquant l'avenir. Beaucoup justement s'interrogent sur l'après-guerre, envisageant d'ores et déjà des ruptures. Ou une reconfiguration des relations internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.