BRAS DE FER ENTRE OUYAHIA ET TAYEB LOUH : Le RND réplique ‘'dangereusement'' à la polémique    PRESIDENTIELLE 2019 : L'alliance présidentielle réitère son appui au Président    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un dangereux terroriste abattu à Mila    PRIX DES FRUITS A MOSTAGANEM : La ‘'Clémentine'' toujours à 300 dinars le kg    LUTTE CONTRE L'IMMIGRATION CLANDESTINE : 37.000 migrants subsahariens rapatriés en 4 ans    CELEBRATION DU ‘'MAWLID ENNABAOUI'' A MOSTAGANEM : La mosquée ‘'Amr Ibn El Ass '' abrite les festivités    El Mouloud, fête religieuse ou désagréments ?    La marche de Béjaïa violemment réprimée    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    Installation de la nouvelle chef de daïra    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    Dhouibi dément tout changement de cap    Trois terroristes abattus à Benihemidane    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    24 heures    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Entre réforme set continuité    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un roman d'amour passionnant
« Les exilés de l'amour » d'Ali Bedrici
Publié dans Horizons le 17 - 12 - 2012

Récemment, Ali Bedrici a publié un roman d'amour émouvant sous le titre évocateur « Les exilés de l'amour » aux Editions Alpha. L'œuvre raconte dans une langue musicale l'histoire de Mourad, un jeune issu d'une modeste famille. Grâce à son sérieux et à son abnégation, il réalise un cursus universitaire enviable. Studieux, il décroche un diplôme d'ingénieur en informatique. Une société de renommée l'engage sur concours. Mourad fait connaissance de Nadia qu'il aime dès leur première rencontre. Une barrière se dresse entre les deux jeunes et risque même d'étouffer leurs sentiments. En effet, l'origine sociale des deux amoureux mine le couple. Mourad est né d'une famille modeste. Nadia est riche. Lorsqu'elle lui annonce son projet de mariage, son père lui oppose un refuse catégorique. Il est hors de question, pour lui, que sa fille se marie à un homme pauvre. Mais à force d'arguments, elle arrive à le convaincre. La cérémonie du mariage se déroule en deux temps. Toutefois, le fait des traditions rattrape le couple quelque temps seulement après leur union. Le couple n'arrive ni à se comprendre ni à se supporter. Il divorce. La femme quitte le pays et s'installe à l'étranger où décroche un emploi. Elle fait connaissance d'un alcoolique. Elle épouse, mais divorce au bout de quelques mois. Deuxième divorce, un autre échec. Mourad épouse, lui, une jeune couturière de son quartier. Il pense pouvoir refaire sa vie de couple. Rien n'y fait. Le décalage du niveau intellectuel finit par être la goutte qui fait déborder le vase. Deuxième divorce pour le jeune infortuné. Mais le hasard fait que Mourad revoit son ex-femme à Paris, où ils renouent le contact. Un sentiment d'amour les rapprochent l'un de l'autre, irrésistiblement. Mourad et Nadia finissent par se remarier et vivre dans le bonheur. « C'est dommage qu'on soit réduits à partir pour s'épanouir. C'est quand même un déchirement, », soupire Nadia. Et Mourad de préciser : « Nous sommes heureux, c'est l'essentiel ». Comme quoi, l'amour n'a pas de nationalité, ni de patrie si ce n'est nos cœurs ! Composé de trois parties, dont la première est consacrée aux tragiques évènements de Bab El Oued, « quartier populeux, mais qui fourmille de vie », le roman parle de deux franges de la société qui se regardent, se voient et se coudoient sans jamais se rencontrer : les pauvres et les riches. Il montre aussi et surtout comment une tradition surannée peut-elle détruire des vies faire éclater des foyers. Le romancier fait, par ailleurs, un clin d'œil à ce vieux quartier de la capitale, qui « porte bien son nom, la porte de la rivière. Que l'on vienne des hauteurs de la ville ou de la mer, on voit bien que l'oued qui vient de Frais Vallon y franchit l'ultime étape de son parcours avant de se jeter fans la Méditerranée ». Il rend aussi hommage aux victimes emportées par les inondations qui ont coûté la vie à des milliers de personnes. « C'était terrible. Après une forte pluie, la route s'était transformée en un fleuve en furie, prenant au piège des bus, des camions, de voitures légères et de nombreux passants qui avaient été emportés comme des fétus de paille, d'abord par les torrents d'eau puis par les coulées qui les avaient soit ensevelis, soit entraînés jusqu'à la mer », rappelle-t-il, avant d'avertir que la nature reprend toujours ses droits. Certaines pages du roman sont autant d'analyses sociopolitiques que d'envolées lyriques. Diplômé de l'école nationale d'administration, Ali Bedrici se consacre à une carrière professionnelle qui le mène aux quatre coins du pays. Fasciné par la beauté du pays, sa profondeur historique et culturelle, sa richesse géographique, il en conçoit une vision qui façonne son écriture et révèle chez lui une sensibilité poétique certaine que l'on retrouve d'ailleurs autant dans ses écrits versifiés que dans sa prose.
Djamel O.
« Les exilés de l'amour » d'Ali Bedrici, Edtions Alpha, pages, prix public : 450 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.