«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Togo : Un mort lors de manifestations contre le prix de l'essence
Publié dans Le Maghreb le 02 - 03 - 2017

Un manifestant est mort et plusieurs ont été blessés mardi à Lomé, où des chauffeurs de taxis et taxi-motos protestaient contre la hausse des prix du carburant, a rapporté le gouvernement togolais.

"Le gouvernement déplore et condamne les manifestations de rues de ce jour qui ont fait malheureusement un mort et un blessé par arme à feu parmi les manifestants ainsi que plusieurs blessés dans les rangs des forces de sécurité", selon un communiqué gouvernemental lu par Kuessan Yovodevi, directeur de la télévision nationale (TVT). "Le gouvernement appelle la population au calme", a-t-il ajouté. Dans la journée, la police a dispersé des chauffeurs de taxis et motos-taxis qui bloquaient plusieurs carrefours de la capitale togolaise pour protester contre la hausse d'environ 10% des prix à la pompe -le litre de super passant de 476 à 524 francs CFA (de 0,72 à 0,8 euros), celui de gasole de 478 à 526 francs CFA et le pétrole lampant de 425 à 468 francs CFA. Aucune explication officielle n'avait d'abord été donnée à cette augmentation, la deuxième en l'espace d'un mois, ce qui avait déclenché de vives réactions parmi la population. Certains manifestants ont dressé des barricades de pneus et de pierres, et un bus de transport en commun appartenant à l'Etat a été incendié. "L'augmentation du prix du baril sur le marché international qui est passé de 38,38 dollars US en janvier 2016 à 55 dollars US en janvier 2017 et la hausse du cours du dollar américain qui est la devise de paiement des produits pétroliers", a tenté de justifier le gouvernement dans ce communiqué, soulignant que les prix étaient toujours subventionnés. "Le gouvernement doit annuler ces nouveaux prix, car trop c'est trop. Cette fois-ci, nous ne baisserons pas les bras", a assuré Kossigan Tolou, un chauffeur de taxi. "Nous n'allons plus accepter ces genres de décisions qu'on nous impose sans aucune explication", a renchéri Paul Agadjissouvi, un "zémidjan" assis sur sa moto, au milieu d'un carrefour. Emmanuel Sogadji, président de la Ligue des consommateurs du Togo (LCT), a estimé "injuste" cette mesure gouvernementale. "Rien ne motive cette nouvelle augmentation des prix des produits pétroliers à la pompe en ce moment. Nous apportons notre soutien aux manifestants, car c'est une décision injuste", a-t-il affirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.