14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Skripal : Zakharova qualifie de "blague" la nouvelle enquête de Bellingcat
Publié dans Le Maghreb le 18 - 11 - 2018

La porte-parole de la diplomatie russe a commenté les allégations du site Bellingcat, d'après lesquelles les services de renseignement russes ont tenté de pirater le système de visa britannique afin d'aider Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov à obtenir le leur. Selon elle, le site d'investigation britannique a finalement dévoilé son mensonge.

Le site internet d'investigation britannique Bellingcat a exposé son mensonge dans sa nouvelle enquête consacrée à Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov, estime la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.
D'après la publication du site britannique du 16 novembre, le Service fédéral de sécurité russe (FSB) a tenté de pirater le système britannique de visa afin d'aider ces deux citoyens russes, accusés par Londres d'être impliqués dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, à obtenir les visas britanniques à entrées multiples "sans examen du centre de visa". Bellingcat indique toutefois ne pas savoir si le FSB a réussi à le faire. "Je savais que ce moment viendrait! Et il est venu. Bellingcat s'est trahi", a écrit Mme Zakharova sur sa page Facebook.
Elle a rappelé qu'auparavant le même site avait affirmé qu'Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov étaient "agents du Service du renseignement militaire russe (GRU)". Selon elle, il s'agit d'une nouvelle "blague".
"Je ne sais pas [quelle affirmation, ndlr] est la plus amusante: "obtenir les visas sans examen" ou "les membres du FSB ont aidé les membres du GRU". Je pense que c'est la seconde", a-t-elle ajouté.
Auparavant, le site du projet britannique Bellingcat avait affirmé que selon "la base de données du Service fédéral des migrations (FMS)" de Russie, Rouslan Bochirov et Alexandre Petrov étaient "des agents du Service du renseignement militaire russe (GRU)". Le premier serait "en réalité" un colonel du GRU répondant au nom d'Anatoli Tchépiga, et le second un médecin militaire de ce même service, se prénommant Alexandre Michkine.
Le 5 septembre, le parquet britannique avait formulé à l'encontre des deux hommes quatre chefs d'accusation, notamment pour tentative de meurtre sur les personnes de l'ancien officier Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, ainsi que sur celle du policier britannique Nick Bailey. La Première ministre britannique, Theresa May, a affirmé que les deux suspects étaient des hommes du GRU, sans pour autant présenter de preuves pour appuyer ses allégations. Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov ont accordé quelques jours plus tard un entretien à Margarita Simonian, rédactrice en chef de Sputnik et de RT, dans lequel ils ont rejeté toutes les accusations portées contre eux. Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que les noms et les photos des deux suspects russes ne prouvaient rien, et que l'enquête sur des crimes aussi sérieux exigeait une analyse scrupuleuse ainsi qu'une coopération très étroite entre les services de sécurité des deux pays.
L'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille Ioulia avaient été empoisonnés en mars dernier à Salisbury et retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière cet empoisonnement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.