L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'apport de l'agriculture à la croissance
Publié dans Le Maghreb le 17 - 12 - 2018

Il est reconnu que le programme présidentiel a placé le secteur de l'agriculture et du développement rural au cœur des priorités de l'Etat. Pour s'y faire, à partir de l'année 2000, il a été décidé un plan de développement agricole visant à encadrer le renouveau agricole et à relancer le secteur en encourageant les fellahs et en mettant à contribution les initiatives privées à travers la mise en valeur des terres et l'investissement. Ainsi l'Etat a consacré durant ces dernières années des moyens de plus en plus importants en vue de combler le décalage grandissant entre la production agricole et les besoins de la population, qui allaient en s'accroissant et en se diversifiant avec la création d'emplois et l'amélioration du niveau de vie. Il s'agit en effet de réussir à relancer ce secteur. Il est vrai que le secteur de l'agriculture a énormément pâti de la crise qu'a traversée l'Algérie deux décennies en arrière, les difficultés financières ayant contraint l'Etat à se désengager de l'activité agricole sans qu'une alternative suffisante ne soit mise en place. Des difficultés exacerbées par les affres du terrorisme abject et les souffrances engendrées par la tragédie nationale, dont la désertion des campagnes.
Après toutes ces épreuves, l'Algérie grâce à la concorde civile et à la réconciliation nationale, a recouvré sa stabilité et a su se relancer pour mener à bien la reconstruction nationale dans tous les domaines, y compris le secteur névralgique de l'agriculture et du développement rural. Une politique qui s'est focalisée sur les moyens humains et matériels d'une feuille de route pleinement orientée vers la production nationale, faisant appel aux techniques modernes de production résolument tournée vers l'avenir soit vers l'après-pétrole. L'agriculture et le développement rural pris comme priorités absolues dans le programme du président de la République, Monsieur Abdelaziz Bouteflika, ont été renforcés à partir de 2009 à travers la décision du Président Abdelaziz Bouteflika de lancer un programme financier de soutien de l'Etat à toutes les filières de l'économie agricole ainsi qu'au développement rural. Erigée au rang de priorité nationale, l'agriculture s'est également consolidée par la révision des lois et règlements en vigueur. Dans cet esprit nouveau, la loi d'orientation agricole et le texte définissant les modalités d'exploitation des terres agricoles du domaine privé de l'Etat ont donné une impulsion significative à l'activité agricole en garantissant les droits des propriétaires d'exploitations collectives et en mettant en place les jalons clairs pour favoriser l'investissement dans le domaine de l'agriculture. Ce secteur a bénéficié d'une grande sollicitude à tous les niveaux de l'Etat. La redynamisation de l'agriculture a permis de renverser la tendance à l'exode rural par le retour, sur leurs terres, des populations rurales, favorisé par l'amélioration évidente de la situation sécuritaire.
Le développement agricole qui enregistre des avancées notables, nécessite encore des accomplissements et beaucoup d'efforts afin de parvenir à garantir la sécurité alimentaire et à augmenter l'apport de l'agriculture à la croissance nationale et à la diversification de l'économie. Bien que les résultats de l'action menée n'ont pas encore été enregistrés, il est cependant manifeste que deux décennies d'efforts et de continuité ont abouti à relancer le développement de l'agriculture avec des chances sérieuses de succès, puisque désormais les fellahs se sentent concernés et sont de plus en plus partie prenante au débat et à l'action économique. Pour conclure, il y a lieu de rappeler toute l'importance qu'accorde le Président Abdelaziz Bouteflika au secteur de l'agriculture : le chef de l'Etat a souvent répété : " J'aspire à consolider l'intégration de l'économie nationale, une intégration dont l'agriculture est partie prenante et dont elle a grandement besoin. Cette complémentarité entre les différents secteurs de l'économie nationale est à même d'assurer un environnement incitatif pour l'agriculture dans notre pays, un environnement exploitant davantage le potentiel de nos terres immenses et qui a élevé le rang social des travailleurs et travailleuses ruraux et de l'agriculture en général.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.