Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'apport de l'agriculture à la croissance
Publié dans Le Maghreb le 17 - 12 - 2018

Il est reconnu que le programme présidentiel a placé le secteur de l'agriculture et du développement rural au cœur des priorités de l'Etat. Pour s'y faire, à partir de l'année 2000, il a été décidé un plan de développement agricole visant à encadrer le renouveau agricole et à relancer le secteur en encourageant les fellahs et en mettant à contribution les initiatives privées à travers la mise en valeur des terres et l'investissement. Ainsi l'Etat a consacré durant ces dernières années des moyens de plus en plus importants en vue de combler le décalage grandissant entre la production agricole et les besoins de la population, qui allaient en s'accroissant et en se diversifiant avec la création d'emplois et l'amélioration du niveau de vie. Il s'agit en effet de réussir à relancer ce secteur. Il est vrai que le secteur de l'agriculture a énormément pâti de la crise qu'a traversée l'Algérie deux décennies en arrière, les difficultés financières ayant contraint l'Etat à se désengager de l'activité agricole sans qu'une alternative suffisante ne soit mise en place. Des difficultés exacerbées par les affres du terrorisme abject et les souffrances engendrées par la tragédie nationale, dont la désertion des campagnes.
Après toutes ces épreuves, l'Algérie grâce à la concorde civile et à la réconciliation nationale, a recouvré sa stabilité et a su se relancer pour mener à bien la reconstruction nationale dans tous les domaines, y compris le secteur névralgique de l'agriculture et du développement rural. Une politique qui s'est focalisée sur les moyens humains et matériels d'une feuille de route pleinement orientée vers la production nationale, faisant appel aux techniques modernes de production résolument tournée vers l'avenir soit vers l'après-pétrole. L'agriculture et le développement rural pris comme priorités absolues dans le programme du président de la République, Monsieur Abdelaziz Bouteflika, ont été renforcés à partir de 2009 à travers la décision du Président Abdelaziz Bouteflika de lancer un programme financier de soutien de l'Etat à toutes les filières de l'économie agricole ainsi qu'au développement rural. Erigée au rang de priorité nationale, l'agriculture s'est également consolidée par la révision des lois et règlements en vigueur. Dans cet esprit nouveau, la loi d'orientation agricole et le texte définissant les modalités d'exploitation des terres agricoles du domaine privé de l'Etat ont donné une impulsion significative à l'activité agricole en garantissant les droits des propriétaires d'exploitations collectives et en mettant en place les jalons clairs pour favoriser l'investissement dans le domaine de l'agriculture. Ce secteur a bénéficié d'une grande sollicitude à tous les niveaux de l'Etat. La redynamisation de l'agriculture a permis de renverser la tendance à l'exode rural par le retour, sur leurs terres, des populations rurales, favorisé par l'amélioration évidente de la situation sécuritaire.
Le développement agricole qui enregistre des avancées notables, nécessite encore des accomplissements et beaucoup d'efforts afin de parvenir à garantir la sécurité alimentaire et à augmenter l'apport de l'agriculture à la croissance nationale et à la diversification de l'économie. Bien que les résultats de l'action menée n'ont pas encore été enregistrés, il est cependant manifeste que deux décennies d'efforts et de continuité ont abouti à relancer le développement de l'agriculture avec des chances sérieuses de succès, puisque désormais les fellahs se sentent concernés et sont de plus en plus partie prenante au débat et à l'action économique. Pour conclure, il y a lieu de rappeler toute l'importance qu'accorde le Président Abdelaziz Bouteflika au secteur de l'agriculture : le chef de l'Etat a souvent répété : " J'aspire à consolider l'intégration de l'économie nationale, une intégration dont l'agriculture est partie prenante et dont elle a grandement besoin. Cette complémentarité entre les différents secteurs de l'économie nationale est à même d'assurer un environnement incitatif pour l'agriculture dans notre pays, un environnement exploitant davantage le potentiel de nos terres immenses et qui a élevé le rang social des travailleurs et travailleuses ruraux et de l'agriculture en général.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.