Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?
Publié dans Le Maghreb le 16 - 01 - 2019

Le retrait du contingent américain de Syrie, annoncé par Donald Trump le 19 décembre 2018 et lancé officiellement le 4 janvier 2019, a suscité une vague de critiques à Washington, en Europe et dans les pays arabes. Ankara, Moscou, Téhéran et Damas ont approuvé cette décision. Les analystes s'interrogent: le Président américain commence-t-il à prendre conscience de la gravité des conséquences de sa décision pour le Proche-Orient et la sécurité des USA ou fait-il simplement une concession à ses opposants afin d'atténuer les différends et imposer sa décision? Dans le premier cas, il ne faudrait pas exclure un changement radical de l'ordre déjà donné, sous un prétexte spécieux. Dans le second, il pourrait plutôt s'agir de manœuvres politico-administratives. Dans tous les cas, l'argument principal de Trump - "la défaite de Daech" - est de plus en plus remis en cause, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta.
Le sénateur Lindsay Graham affirme que le retrait des unités américaines constituerait une "grande victoire pour Daech*, l'Iran, Bachar el-Assad et la Russie". Mais ce sont les démissions du chef du Pentagone James Mattis (20 décembre), du représentant spécial pour la lutte contre Daech* Brett McGurk (22 décembre) et du vice-amiral Kevin Sweeney, chef de l'appareil du Pentagone (5 janvier) qui ont fait le plus de bruit. James Mattis a directement parlé de "différends globaux" avec le Président sur la Syrie.
Par contre, les décisions du locataire de la Maison-Blanche vis-à-vis de la Syrie sont publiquement approuvées par de nombreux démocrates. Le congressiste de Californie Ro Khanna souligne que les forces américaines se trouvent en Syrie non seulement sans mandat du Conseil de sécurité des Nations unies, mais également sans résolution du Congrès américain.
Face aux divergences manifestes au sein de son équipe concernant la Syrie, Donald Trump mise pratiquement sur son unique collaborateur loyal: James Jeffrey. Ce dernier sera chargé de mettre en application le retrait du contingent de Syrie, ce qui signifie l'abandon total de la stratégie présentée en août par l'administration.
La presse européenne résume les craintes des Européens: les actions des USA pourraient entraîner la renaissance de Daech*, le massacre des Kurdes, de nouvelles vagues de réfugiés en Europe et des "avantages stratégiques" pour la Russie.
Le 20 décembre déjà, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et le Danemark ont exprimé au niveau ministériel leur désapprobation du plan de Donald Trump. Quelques jours plus tard, la position de la France a été réaffirmée par Emmanuel Macron qui a déclaré que le contingent français maintenait sa présence en Syrie pour apporter un soutien aux partenaires de la coalition sur le terrain - c'est-à-dire aux Kurdes et aux rebelles syriens. Pour sa part, le chef de la diplomatie danoise Anders Samuelson a appelé les pays de l'UE à inciter de manière coordonnée la Maison-Blanche à "changer d'avis sur la Syrie".
Les événements qui ont suivi la déclaration de Donald Trump concernant le retrait du contingent des USA de Syrie ont confirmé que les 2.000 soldats américains qui le constituaient n'y jouaient pas un rôle majeur sur le plan militaire (les opérations étaient organisées par l'aviation des USA et d'autres pays de la coalition), mais étaient un facteur de dissuasion limitant les inquiétudes d'Ankara, de Damas, de Téhéran et de Moscou. Dans ces conditions grandit la tentation pour Ankara et Damas, de recourir à la force pour atteindre leurs objectifs: pour la Turquie afin d'assurer le contrôle du Kurdistan du Nord, pour Damas afin de rétablir l'intégrité territoriale du pays dans ses anciennes frontières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.