Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?
Publié dans Le Maghreb le 17 - 01 - 2019

L'investiture de Nicolas Maduro pour son second mandat présidentiel n'a pas été soutenue par l'Assemblée nationale du Venezuela et a été dénoncée par des pays voisins et l'Occident. Caracas devrait élargir ses activités en dehors du monde occidental pour surmonter la crise et son isolement dans la région, déclare à Sputnik un historien brésilien.
L'opposition vénézuélienne ne reconnaît pas la réélection de Nicolas Maduro en 2018, qui symbolise pourtant la victoire du chavisme dans le pays. La droite prétend notamment que les résultats en auraient de toute évidence été falsifiés, a rappelé à Sputnik Roberto Santana, professeur à l'université d'État de Rio de Janeiro.
"Cette position de la droite manque manifestement de logique, car la même Commission électorale du Venezuela avait organisé des élections à l'Assemblée législative en 2015, remportées alors par l'opposition. Il en résulte que l'opposition ne reconnaît que sa propre victoire", a relevé l'interlocuteur de l'agence.
Évoquant la crise économique qui ruine le Venezuela et fait souffrir sa population, l'historien a insisté sur le rôle des sanctions imposées par l'administration de Donald Trump.
"L'actuel problème économique du Venezuela vient de l'extérieur. Il s'agit notamment du blocus économique imposé par Donald Trump depuis l'année dernière", a-t-il précisé.
Et d'ajouter que dans la situation actuelle quand des pays voisins se prononcent contre l'entrée en fonction de Nicola Maduro et suspendent même leurs relations diplomatiques avec le Venezuela, l'isolement diplomatique de celui-ci dans la région n'était pas à exclure. Aussi, Caracas pourrait-il compter sur l'appui des gouvernements idéologiquement proches, dont ceux de Cuba et du Nicaragua.
"Le gouvernement de Maduro renforcera et renforce déjà depuis l'année dernière ses relations avec la Chine, la Russie, l'Inde et la Turquie. Autrement dit, il oriente son économie vers l'Asie, région qui est devenue ces 10 dernières années le centre de l'économie mondiale, reléguant au second plan les Amériques et l'Europe", a souligné M.Santana.
Selon ce dernier, la pression sur le Venezuela finira par baisser tôt ou tard pour des raisons économiques, des pays tels que le Brésil et l'Argentine, perdant de l'argent en relâchant leurs liens avec Caracas.
"Les peuples d'Amérique latine n'ayant aucun intérêt à des conflits entre leurs gouvernements. Au contraire, leur intérêt est dans l'intégration de l'Amérique latine tous azimuts, économique, sociale, diplomatique et culturelle, parce que tous les pays y gagneraient", a résumé l'interlocuteur de Sputnik.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.