Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie
Publié dans Le Maghreb le 22 - 01 - 2019

Le film Juba II de Mokrane Ait Saada projeté en avant-première en fin d'après-midi de ce samedi, à la cinémathèque de Tizi-Ouzou, est un support qui permet de faire connaître l'Histoire profonde de l'Algérie, tout en offrant des repères aux jeunes générations'', a indiqué le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi.
S'exprimant à la fin de la projection de ce documentaire en Tamazight, sous-titré en français d'une durée de 56 mn, le ministre a souligné que son département encourage la production culturelle (littérature, cinéma, chanson, théâtre) sur l'Histoire de l'Algérie. "Nous avons une Histoire profonde et nous devons nous y intéresser, pour rapporter les glorieux événements et faire connaitre toutes les personnalités qui ont forgé, depuis la préhistoire, notre identité nationale" a-t-il dit. Le ministère de la culture "encourage et soutient, la production d'œuvres historiques, notamment, l'Histoire ancienne qui mérite d'être connue'', a rappelé le ministre qui avait donné dans la matinée, à Djemaa Saharidj, le premier tour de manivelle pour le tournage du film Si Moh Oumhand du réalisateur Ali Mouzaoui. "Nous soutiendrons toutes les productions qui s'intéresseront aux personnalités qui ont marqué de leur empreinte l'Histoire de ce pays", a-t-il poursuivi.
M. Mihoubi a salué le travail du réalisateur Mokrane Ait Saada pour son film Juba II, soulignant que le réalisateur a réussi avec peu de moyens et en une heure de temps, à retracer le parcours d'un personnage aussi complexe, en s'appuyant sur des historiens qui ont étudié la personnalité de ce roi amazigh". Ces témoignages de spécialistes ont donné une valeur historique à ce documentaire tout comme les décors et accessoires lui ont apporté la valeur esthétique'', a-t-il dit. Le ministre a noté que cette nouvelle production cinématographique "mérite d'être diffusée dans les salles de cinéma et à la télévision pour que les citoyens puissent connaitre la personnalité de Juba II, une personnalité qui a laissé une grande trace dans l'Histoire de la Numidie", a-t-il observé. S'agissant de la contrainte des moyens financiers soulevée par Mokrane Ait Saada, qui avait indiqué dans la matinée en marge d'une projection exclusive accordée à l'APS que le film Juba II, n'a pu voir le jour que grâce à la subvention du ministère de la Culture relevant qu'il traine encore des dettes suite à ce projet, M. Mihoubi a estimé que les investisseurs doivent apporter leur contribution au secteur de la culture. "Nous lançons un appel à tous les investisseurs pour nous aider dans ce domaine et contribuer à la relance du cinéma, en investissant dans des projets de salles, de laboratoires cinématographiques, de studios de production, et dans la production", a-t-il ajouté en soulignant qu'en dépit d'une situation financière délicate pour son secteur, le soutien de l'Etat à la production se poursuit pour faire connaitre notre culture".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.