Le FLN «rejoint» le mouvement populaire    Refus des visas pour les Algériens    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Manifestations populaires et perspectives    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Le GSP bat Prisons du Kenya et passe en quarts    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Saisie de plus de 1.800 comprimés psychotropes    Les déboires des riverains continuent    Première section de formation pour les enfants autistes    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Lamamra maintient le cap    Dylan Bronn forfait face à l'Algérie    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    Célébration du 19 mars à El Tarf.. Plusieurs projets inaugurés    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    Eliminatoires Coupe d'Afrique des Nations 2019.. Mobilis fidèle aux Verts    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    SOUTIEN DU RND A LA CANDIDATURE DU PRESIDENT : Ouyahia corrige son porte-parole    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"
Publié dans Le Maghreb le 17 - 02 - 2019

Dénonçant dans une longue interview accordée à la BBC des stéréotypes et le dogmatisme des médias occidentaux, Nicolas Maduro a déclaré qu'avant d'accuser le gouvernement vénézuélien de paupériser sa population, Londres ferait mieux de rendre à Caracas son or bloqué par la Banque d'Angleterre.
Interrogé sur plusieurs sujets d'actualité concernant la crise vénézuélienne, Nicolas Maduro a exposé à la journaliste de la BBC Orla Guerin sa vision de la situation dans son pays.

La crise humanitaire
Tout en reconnaissant que le Venezuela comme tous les autres pays peut avoir ses problèmes, le Président Maduro a qualifié de "stéréotype" les informations de certains médias étrangers sur l'extrême pauvreté qui règne dans son pays. Il a souligné en particulier que ses dernières années son niveau avait baissé de 25% à 4,4%.
Les choses seraient allées mieux si les États-Unis n'avaient pas séquestré environ 10 milliards de dollars qui appartiennent au Venezuela, a-t-il poursuivi avant de rappeler que cet argent, tout comme l'or d'un montant de 1,2 milliard de dollars gelé par la Banque d'Angleterre, pourrait aider les autorités à acheter de la nourriture et des médicaments pour la population.
"Le Venezuela est un pays qui a de la dignité et les États-Unis ont voulu créer une crise humanitaire afin de justifier une intervention militaire "humanitaire". Et cela fait partie de ce spectacle", a-t-il déclaré.
Et de poursuivre:
"C'est très simple: si vous voulez aider le Venezuela, libérez les milliards de dollars qui nous appartiennent. Ne venez pas avec un spectacle de pacotille, un spectacle d'indignité, d'humiliation, où ils offrent 20 millions de dollars en aliments toxiques et pourris".
Toutefois, Nicolas Maduro a exprimé son espoir que le droit international soit respecté et que "le Venezuela n'aura pas été volé de l'or qui lui appartient légitimement".
Le Président a également dénoncé les informations sur l'hyperinflation d'un million pour cent, évoquée par la journaliste de la BBC. Selon lui, il s'agit d'"un mensonge" car "aucun pays dans le monde ne pourrait y survivre". Compte tenu que son pays a les plus grandes réserves de pétrole et d'or au monde, le Venezuela sera toujours, selon Maduro, l'objet d'attaques de tous genres: sociale, économique, politique et militaire.
"Il est donc important de lancer des attaques sur le Venezuela […] afin d'encercler le Venezuela et de créer une situation semblable à celle que l'Irak et la Libye ont connue. Nous allons nous attaquer à toutes ces questions et soyez sûrs que nous commencerons lentement à vaincre toutes ces campagnes d'agressions médiatiques et de mensonges", a-t-il indiqué.

Une possible intervention militaire
À la question de savoir si les militaires vénézuéliens sont prêts à utiliser les armes contre les troupes américaines si ces dernières passent la frontière de son pays, le Président a répondu qu'il n'excluait pas une telle possibilité.
"Ils ne nous laisseraient aucune autre option. Nous devrions défendre le droit de notre pays à exister. Défendre notre droit à la paix. J'espère que ça n'arrivera pas. J'espère que l'opinion publique sera du côté de la paix et qu'ils verront à quel point le peuple vénézuélien est noble et que nous avons le droit de discuter de nos propres problèmes en paix", a déclaré Nicolas Maduro.
Le Président a souligné que Caracas n'avait rien contre le fait que Washington déploie 5.000 militaires en Colombie à condition qu'ils n'interviennent pas sur le sol vénézuélien.
"Il peut en mettre un million s'il le souhaite. S'ils se trouvent en Colombie, il peut amener un million de chars, un million d'avions et un million de soldats. Ce n'est pas un problème. S'ils restent en Colombie, il n'y a pas de problème. Mais nous défendrons le Venezuela et nous le ferons respecter. Je lance un appel à la solidarité […] que nous disions tous à Donald Trump: ne touchez pas au Venezuela. Le Venezuela veut la paix, la tranquillité, le bonheur.", a-t-il martelé.

Sur l'opposition vénézuélienne
Répondant à la question concernant la légitimité des récentes élections présidentielles et le refus de certains pays de le reconnaître comme le Président élu, Nicolas Maduro a rappelé que les États-Unis avaient déclaré quatre mois avant le scrutin qu'ils ne reconnaîtraient pas les résultats, c'est pourquoi la journaliste évoquait en vain de possibles fraudes en faveur de sa candidature. Selon lui, il s'agit d'"une guerre politique" contre le Venezuela menée par Washington.
Pour Nicolas Maduro, la décision des États-Unis, du Royaume-Uni et d'autres pays de reconnaître le leader de l'opposition Juan Guaido comme "Président en exercice" est dénuée de toute logique.
"Ce n'est que par le vote du peuple que vous pourrez élire un Président au Venezuela. C'est comme si quelqu'un venait sur une place publique à Londres et se proclamait reine d'Angleterre, ou Premier ministre, et puis trois gouvernements vont le reconnaître. C'est scandaleux. C'est l'un des plus grands scandales politiques internationaux. Au Venezuela, le peuple vote et, selon sa Constitution, seul le peuple peut vous mettre au pouvoir et vous destituer", a-t-il conclu.
Rappelons que la situation au Venezuela s'est aggravée lorsque l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier de son poste de président de l'Assemblée nationale sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé dès le lendemain "Président en exercice" du pays puis a prêté serment publiquement. Donald Trump l'a reconnu comme "Président par intérim". 19 pays européens, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, en ont fait de même. La France l'a également reconnu comme "Président en charge".
La Russie, la Chine et plusieurs autres pays ont quant à eux soutenu Nicolas Maduro en tant que Président légitime du Venezuela. Le Kremlin a qualifié la décision de certains pays européens d'"ingérence dans les affaires intérieures du Venezuela".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.