Maroc : Des milliers de jeunes manifestent pour la dignité    Gagner du temps    Prévu ce mercredi à Alger: Rassemblement annoncé des chercheurs permanents    Skikda: La carrière de la cimenterie de Hadjar fermée par des travailleurs    Pour un changement radical: Après les marches, des «feuilles de route»    Bedoui va-t-il ou non constituer son gouvernement ?    Equipe nationale: La préparation reprend sans Belaili    Violence dans les stades: Des mesures draconiennes s'imposent    FAF: Kheireddine Zetchi défend son bilan    Chlef: 500 arbustes plantés    Aïn Témouchent: Trois morts et 2 blessés dans un glissement de terrain    Plus de 650 morts, un désastre humanitaire    115 morts dans l'attaque d'un village    Maduro accuse Guaido de «comploter pour son assassinat»    11 000 officines touchées par une pénurie de 370 médicaments    Benmihoub recommande d'aller vers la transition avant le 28 avril    Algérie Poste poursuit l'opération d'acquisition des TPE    Les dates des trois derniers matchs fixées    Séparation à l'amiable entre Koulkheir et la JSS    La FAF a-t-elle le temps de se reconstruire ?    Plusieurs partis font des propositions    Les Assemblées populaires communales se joignent au mouvement    2 narcotrafiquants arrêtés et 52 kg de kif saisis à Ghardaïa    Une collecte prévisionnelle de 200 000 quintaux de céréales    Les atteintes à l'urbanisme en hausse    Ouverture du festival du printemps    Musique afro-américaine : John Lee Hooker    Le parcours du chahid Mustapha Benboulaïd revisité par des écoliers    Les décrets publiés au JO    Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Les «hommes» du ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UE fait un "croche-pied financier" à l'Arabie saoudite
Publié dans Le Maghreb le 20 - 02 - 2019

L'inscription de l'Arabie saoudite sur la liste européenne des pays à haut risque de financement du terrorisme pourrait mettre en péril les investissements du plan Vision 2030.
La Commission européenne a officiellement ajouté l'Arabie saoudite à la liste des pays tiers à haut risque de financement du terrorisme et de blanchiment d'argent, rappelle le site d'information Vestifinance.
Les observateurs de la région affirment que la pression internationale sur Riyad, avec le soutien des organes législatifs, pourrait ralentir les investissements étrangers dont le pays a tellement besoin.
L'impact de la décision de la Commission dépendra maintenant de son adoption par d'autres structures législatives européennes. Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont déjà exprimé leur désaccord, qui ont des liens commerciaux importants avec le royaume et y exportent leurs armes. Cependant, ils pourraient tenter de trouver un juste milieu avec l'UE.
L'inscription de l'Arabie saoudite sur cette liste est une "démarche potentiellement très grave", déclare Loretta Napoleoni, experte en financement du terrorisme et auteure du livre Terror, Inc. Cependant, si les USA refusaient d'approuver cette décision, cela marquerait une étape fondamentale. Cela créerait une contradiction "en influençant les investisseurs européens et tous ceux qui agissent sous la juridiction de l'UE, mais sans affecter ceux qui travaillent sous la juridiction des USA et en dollars américains". Selon elle, les affaires de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme de l'Arabie saoudite sont bien connues. Et cette inscription sur la liste "est justifiée car on sait que l'argent saoudien a financé des organisations djihadistes pendant des décennies", note-t-elle.
Le pays "ne surveille ni ne rapporte aucune opération suspecte", remarque Aïkham Kamel, directeur d'Eurasia Group pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. "Les dirigeants de l'UE ont toutes les possibilités de sanctionner l'Arabie saoudite après l'assassinat de Jamal Khashoggi. De toute évidence Riyad enfreint certaines normes de l'UE, étant persuadé que l'Europe n'osera pas se dresser contre le royaume", analyse-t-il. Aux USA, les républicains et les démocrates avancent différents projets de loi visant à rejeter sur Riyad la responsabilité du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, à annuler le soutien des USA à l'offensive saoudienne contre le Yémen et à se confronter à l'Opep, dont l'Arabie saoudite est le membre le plus influent.
Indépendamment du résultat, toute tâche portée à l'image du royaume renforce les problèmes liés à ses objectifs économiques exposés dans le plan Vision 2030, programme ambitieux du prince héritier ben Salmane visant à diversifier l'économie, réduire sa dépendance envers le pétrole et créer des emplois dans le secteur privé. Le problème central aujourd'hui est celui de l'appel au capital étranger.
L'analyste de Gulf State Analytics, Bianco Cinzia, déclare que le langage utilisé par la Commission "prête à penser que cette démarche vise à forcer le gouvernement, qui recherche des investissements étrangers, à engager des démarches actives afin de devenir un lieu plus acceptable pour les investissements européens".
Cependant, ajoute-t-elle, étant donné que les banques européennes collaborent plus prudemment que leurs collègues asiatiques et américains avec l'Arabie saoudite et son haut risque politique, "cette démarche pourrait avoir de facto un impact négatif sur le problème, même si elle n'était engagée que partiellement".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.