L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UE fait un "croche-pied financier" à l'Arabie saoudite
Publié dans Le Maghreb le 20 - 02 - 2019

L'inscription de l'Arabie saoudite sur la liste européenne des pays à haut risque de financement du terrorisme pourrait mettre en péril les investissements du plan Vision 2030.
La Commission européenne a officiellement ajouté l'Arabie saoudite à la liste des pays tiers à haut risque de financement du terrorisme et de blanchiment d'argent, rappelle le site d'information Vestifinance.
Les observateurs de la région affirment que la pression internationale sur Riyad, avec le soutien des organes législatifs, pourrait ralentir les investissements étrangers dont le pays a tellement besoin.
L'impact de la décision de la Commission dépendra maintenant de son adoption par d'autres structures législatives européennes. Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont déjà exprimé leur désaccord, qui ont des liens commerciaux importants avec le royaume et y exportent leurs armes. Cependant, ils pourraient tenter de trouver un juste milieu avec l'UE.
L'inscription de l'Arabie saoudite sur cette liste est une "démarche potentiellement très grave", déclare Loretta Napoleoni, experte en financement du terrorisme et auteure du livre Terror, Inc. Cependant, si les USA refusaient d'approuver cette décision, cela marquerait une étape fondamentale. Cela créerait une contradiction "en influençant les investisseurs européens et tous ceux qui agissent sous la juridiction de l'UE, mais sans affecter ceux qui travaillent sous la juridiction des USA et en dollars américains". Selon elle, les affaires de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme de l'Arabie saoudite sont bien connues. Et cette inscription sur la liste "est justifiée car on sait que l'argent saoudien a financé des organisations djihadistes pendant des décennies", note-t-elle.
Le pays "ne surveille ni ne rapporte aucune opération suspecte", remarque Aïkham Kamel, directeur d'Eurasia Group pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. "Les dirigeants de l'UE ont toutes les possibilités de sanctionner l'Arabie saoudite après l'assassinat de Jamal Khashoggi. De toute évidence Riyad enfreint certaines normes de l'UE, étant persuadé que l'Europe n'osera pas se dresser contre le royaume", analyse-t-il. Aux USA, les républicains et les démocrates avancent différents projets de loi visant à rejeter sur Riyad la responsabilité du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, à annuler le soutien des USA à l'offensive saoudienne contre le Yémen et à se confronter à l'Opep, dont l'Arabie saoudite est le membre le plus influent.
Indépendamment du résultat, toute tâche portée à l'image du royaume renforce les problèmes liés à ses objectifs économiques exposés dans le plan Vision 2030, programme ambitieux du prince héritier ben Salmane visant à diversifier l'économie, réduire sa dépendance envers le pétrole et créer des emplois dans le secteur privé. Le problème central aujourd'hui est celui de l'appel au capital étranger.
L'analyste de Gulf State Analytics, Bianco Cinzia, déclare que le langage utilisé par la Commission "prête à penser que cette démarche vise à forcer le gouvernement, qui recherche des investissements étrangers, à engager des démarches actives afin de devenir un lieu plus acceptable pour les investissements européens".
Cependant, ajoute-t-elle, étant donné que les banques européennes collaborent plus prudemment que leurs collègues asiatiques et américains avec l'Arabie saoudite et son haut risque politique, "cette démarche pourrait avoir de facto un impact négatif sur le problème, même si elle n'était engagée que partiellement".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.