Le spectre de l'inconnu    Taleb Ibrahimi revient avec une lettre    FLN: Des députés empêchent Bouchareb de tenir une réunion    Présidence du FCE: Moncef Othmani jette l'éponge et Hassen Khelifati se retire de la course    Chlef: Pas de problème d'eau cet été    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Ce qu'aurait pu être l'Algérie post-indépendance    Ligue 1 - Titre et relégation: Qui s'en sortira indemne ?    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    MC Oran: Le Mouloudia des grands rendez-vous    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances    Répartis à travers trois sites de la daïra d'Aïn El-Turck: Les travaux des projets de réalisation de 1.420 logements à l'arrêt    Selon Gaïd Salah: L'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique»    Les colères algériennes    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le dossier du général Hassan transmis à Blida    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Un festival du malouf et du chaâbi à Annaba    Dans le désert des Berbères...    Avant-première de Hirafi    Transition politique : Toute nouveauté appelle l'angoisse…    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Commerce : Les prix des fruits et légumes toujours en hausse    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    CAN-2019 : La présélection de l'Afrique du Sud dévoilée    Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Des milliers de travailleurs dans la rue à Tizi Ouzou    Le Hirak entre l'admiration et la peur    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    Le procès de Kamel "El bouchi" reporté au 19 juin    Pour une présidentielle dans 6 moi    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kenya : La France signe pour deux milliards d'euros de contrats
Publié dans Le Maghreb le 19 - 03 - 2019

La France a signé pour deux milliards d'euros de contrats au Kenya, où Emmanuel Macron est en visite d'Etat depuis mercredi, dont 1,6 milliard sur 30 ans pour l'attribution de la concession d'une autoroute à un consortium mené par Vinci, a annoncé jeudi l'Elysée.
La visite du chef de l'Etat à Nairobi, la première d'un président français depuis l'indépendance du pays en 1963, est la dernière étape de la tournée d'Emmanuel Macron dans la Corne de l'Afrique après Djibouti et l'Ethiopie, deux pays qui, comme le Kenya, suscitent les convoitises des grandes puissances, au premier rang desquelles la Chine.
Evoqué dès mercredi par Emmanuel Macron, le contrat de concession de l'autoroute Nairobi-Nakuru-Mau Summit a été attribué au groupement français Vinci Concessions / Sogea-Satom / Meridiam. Il s'agit du premier partenariat public-privé de Vinci en Afrique, selon une source à l'Elysée.
Un contrat commercial a par ailleurs été attribué à l'entreprise française Matière pour la construction de 210 ponts pour les routes rurales kenyanes.
Concernant le secteur de l'énergie, la construction d'une centrale solaire (40MW) a été attribuée à Voltalia (Nandi) pour un montant de 70 millions d'euros. Le projet de construction d'une autre centrale solaire par Total est lui en cours de finalisation.
Une feuille de route sur "l'économie bleue" a également été signée. Elle comprend le programme de surveillance et d'intervention côtière et maritime porté par le consortium OCEA, Airbus Helicopter et Airbus DS pour un montant de 200 millions d'euros.
"Alternative a la Chine"
En amont de cette visite, qui s'achèvera jeudi soir, Paris avait évoqué le chiffre de trois milliards d'euros de contrats dans les secteurs du transport, des infrastructures, de l'énergie et de la ville durable.
"L'écart entre les deux et trois milliards, ce sont les contrats qui sont encore en cours de finalisation et qui ne sont pas encore signés", a expliqué une source à la présidence française. Dans tous les cas, "on est sur des montants très significatifs. Le Kenya en terme d'exportations (françaises), c'est 150 millions d'euros, c'est très peu, là on est sur deux milliards d'euros donc c'est historique".
"Les Chinois sont très offensifs en terme de financement mais ce sont des pays (le Kenya, l'Ethiopie, etc.) qui se rendent compte de la limite de l'exécution chinoise à la fois dans la qualité de ce qui peut être fait et dans le calendrier et surtout de la nécessité de se diversifier, de ne pas avoir qu'un seul partenaire économique", a ajouté cette source. "C'est sur quoi on essaie de jouer, sur la façon dont la France peut apporter des solutions alternatives à d'autres partenaires économiques".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.