Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"
Publié dans Le Maghreb le 19 - 03 - 2019

La Maison-Blanche se propose de mettre 5 millions de dollars (environ 4,4 millions d'euros) à la disposition des Casques blancs et du mécanisme de l'Onu chargé de faciliter les enquêtes sur les violations du droit international en Syrie. Sputnik en a discuté avec Chris Kanthan, analyste politique basé à San Francisco.
Idlib est la dernière région encore occupée par les rebelles syriens qui ne sont en réalité que des terroristes d'Al-Qaïda*, a déclaré au micro de Sputnik Chris Kanthan, analyste politique basé à San Francisco, commentant la situation en Syrie. "Assad, avec l'aide de la Russie, est sur le point de libérer Idlib et s'il réussit à le faire, ce sera un coup dur pour l'Occident qui a investi beaucoup d'argent et d'efforts depuis 2011 dans des tentatives de reversement du gouvernement en place à Damas. […] Et les Casques blancs jouent un rôle important dans la campagne de propagande", a indiqué l'interlocuteur de l'agence. Et de préciser que leur travail consistait notamment à envoyer en permanence des photos et des vidéos choquantes pour conditionner l'opinion publique dans le monde. "À chaque fois qu'Assad s'apprête à reprendre le contrôle d'une ville ou d'une région, en organisant des attaques sous un faux drapeau et envoyant de fausses photos et vidéos, les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad", a expliqué M. Kanthan.
Selon ce dernier, il s'agit en fait d'une très vieille astuce que les États-Unis utilisent déjà depuis plus d'un siècle. Ainsi, à la fin du XIXe siècle, les États-Unis voulaient s'emparer de Cuba, qui était alors sous domination espagnole. Les journaux américains ont alors commencé à publier toutes sortes de fausses informations sensationnelles affirmant que l'Espagne opprimait brutalement les Cubains.
"À l'époque, William Hearst était l'un des principaux éditeurs américains. Un jour, il a dit à ses journalistes: "Vous fournissez les images et je fournirai la guerre". C'est donc exactement ce qui se passe maintenant. L'Occident donne de l'argent aux Casques blancs et dit: "Vous fournissez les vidéos, nous allons bombarder la Syrie"", a poursuivi l'expert.
Il a relevé que les États-Unis et le Royaume-Uni continuaient à soutenir les Casques blancs malgré le fait que les actions illégales de ce groupe n'étaient plus un secret pour personne, parce qu'ils étaient ceux qui allaient donner la bonne raison ou l'excuse pour bombarder la Syrie.
"Car si vous n'avez pas ces photos et vidéos sensationnelles de petits enfants sous les décombres, les États-Unis et le Royaume-Uni ne seraient tout simplement pas en mesure de soumettre une résolution à l'Onu ni de passer à des bombardements", a résumé l'interlocuteur de Sputnik.
Les Casques blancs prétendent être un groupe de volontaires menant des opérations de sauvetage dans des régions de la Syrie contrôlées par les rebelles. Damas les accuse toutefois d'être liés aux groupes les plus extrémistes opérant en Syrie et de prêter assistance aux terroristes blessés dans les bombardements. Les Casques blancs sont également accusés par le gouvernement syrien d'avoir mis en scène de fausses attaques chimiques en Syrie.
Damas exige que l'Occident verse une compensation pour l'ingérence militaire
Dans un communiqué relayé par l'agence d'information Sana, la diplomatie syrienne dit ne pas avoir besoin de l'aide de l'Occident pour reconstruire le pays mais souhaite une compensation pour les dommages qui résultent de l'intervention de la coalition internationale.
La Syrie n'a pas besoin de l'aide de l'Occident pour la reconstruction d'après-guerre, mais exige une compensation des dommages causés par l'ingérence militaire de la coalition dirigée par les États-Unis à Raqqa et Deir ez-Zor, a déclaré le ministère des Affaires étrangères du pays dans un communiqué diffusé par Sana.
"Les crimes de guerre commis par la coalition sous l'égide des États-Unis en Syrie et ayant conduit à la mort de civils et à la destruction de l'infrastructure économique seront une tache de honte pour la fausse démocratie occidentale", affirme la diplomatie.
C'est ainsi que la diplomatie syrienne a réagi à la déclaration conjointe publiée le 15 mars - date marquant le 8e anniversaire du conflit syrien - par l'Allemagne, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni dans laquelle ces pays ont encore une fois critiqué les autorités syriennes et salué les actions de l'opposition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.