Mohamed Yamani annonce son retrait du mouvement sportif national    Mali: 2ème journée du dialogue national inclusif, se pencher sur la crise multiforme    Soutien au peuple sahraoui: le Polisario salue la solidarité de la société civile belge    Coupe arabe/MCA-Al-Quwa Al-Jawiya: le "Doyen" vise les quarts sur fond de crise    Real : Zidane évoque la situation de Gareth Bale    Quel sort pour le FLN ?    Le RCD dénonce, le TAJ et l'ANR s'en félicitent    Le début d'une nouvelle phase ?    Boris Johnson veut faire le Brexit et rassembler le pays    Poursuite du démantèlement du régime d'Al-Bachir    Liban: des dizaines de blessés dans des heurts entre policiers et manifestants    Quelque 5 000 fonctionnaires régularisés    Le service VTC Yassir au cœur d'une polémique    Les journalistes non concernés    Pas de grands changements en décembre    L'épilogue, ce lundi !    Le mouvement associatif s'impatiente et interpelle le P/APW    Arrestation de 2 dealers recherchés à El Kala    Cake aux thon et câpres    Un prisonnier s'évade en Ardèche    Résurgence de l'hépatite A à Bouira    À qui profite le statu quo ?    ACTUCULT    Projet de traduction de plusieurs textes de la littérature populaire    L'exil et l'histoire, de l'Algérie au Moyen-Orient    Le massage thaïlandais sur la liste du patrimoine de l'Unesco    Des souverains et chefs d'Etat félicitent le président élu Tebboune    Nouvel effondrement partiel au 5 rue Verdun: Des familles revendiquent des travaux de restauration des parties communes    Arguant de la «crise politique dans le pays»: Volkswagen suspend la production de sa marque en Algérie    Dialogue, constitution, loi électorale: Tebboune dévoile ses priorités    WA Tlemcen: Tout est rentré dans l'ordre    Entre 4 et 6 nouveaux cas d'hépatite A chaque jour: L'hygiène et l'eau des colporteurs pointés du doigt    L'Algérien Ryad Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    Inscription de la musique gnaoua    Une statue de Ramsès II retrouvée près de Memphis    La journée décisive du jeudi 12 décembre    Publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation    Gaïd Salah félicite le président élu Tebboune, l'homme apte à mener l'Algérie vers un avenir meilleur    Le ton est monté lors du sommet au format Normandie Moscou en explique la raison    Manchester City: Guardiola souhaite "rester"    A l'issue de sa première conférence de presse Un dialogue pour prospecter les défis du moment et du futur    Un député allemand : " L'Europe dépend fortement des importations du gaz, et un accord avec la Russie est raisonnable "    Bourses européennes : L'Europe termine en hausse, soutenue par l'accord USA-Chine    MARCHES FINANCIERS Rebond de la livre sterling après la victoire de Boris Johnson    OPPO annonce le lancement de smartphones 5G au premier trimestre 2020    20 individus à Relizane et 6 à Guelma arrêtés pour entrave à l'opération de vote    Littérature : Parution :    SAISON CULTURELLE 2019-2020 À AIN TEMOUCHENT Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hausse des prix des fruits et légumes : Les explications du ministère de l'Agriculture
Publié dans Le Maghreb le 28 - 03 - 2019

D'aucuns ont constaté la hausse des prix " inexplicable " des fruits et légumes ces derniers mois et qui n'a d'ailleurs rien à voir avec les marches qui caractérisent l'ensemble du pays, que cela soit bien clair.
Les causes de cette hausse des prix viennent justement d'être expliquées à l'Agence algérienne officielle de presse (APS), par le directeur de la régulation et du développement de la production agricole au ministère de l'Agriculture, Mohamed Kharroubi.
Pour lui la hausse des prix des fruits et légumes hors saison, est due essentiellement au coût onéreux des moyens déployés dans la culture sous serre ainsi qu'à l'augmentation des prix des semences.
"L'agriculture sous serre permet une production des fruits et légumes hors saison tout au long de l'année au profit du consommateur, mais elle oblige l'agriculteur à déployer des moyens très onéreux qui se répercutent sur les prix de vente en crescendo", explique M. Kharroubi.
Il précise, en outre que cela nécessite des infrastructures spéciales, un dispositif d'irrigation et la mobilisation d'une main-d'oeuvre formée: "Tout cela a un coût" fait-il remarquer.
Le même responsable tient à rappeler que ce genre de culture protégée a été mis sur pied afin d'assurer au consommateur une offre en fruits et légumes toute l'année même hors saison.
C'est pour cela que l'Etat a mis les moyens nécessaires pour accompagner l'agriculteur en vue de développer ce type d'agriculture, a-t-il fait valoir.
Au passage, il est utile de noter que la serriculture consiste à cultiver des végétaux, tels la tomate, le poivron, les haricots, la courgette et les fraises, à l'intérieur d'une serre dans des conditions techniques adaptées et contrôlées.

Des frais de transports
Le directeur de la régulation et du développement de la production agricole au ministère de l'Agriculture, Mohamed Kharroubi, a fait savoir aussi que la production sous serre provient essentiellement du sud du pays (Biskra et Oued Souf notamment). En conséquence, explique-t-il, les frais de transport de ces produits en partance du sud vers le nord du pays "reviennent très cher", auxquels s'ajoutent les moyens matériels et humains déployés.
Du coup, résume le même responsable avec tous ces facteurs, le coût des produits agricoles hors saison devient plus onéreux que ceux de la saison.
M. Kharroubi a d'ailleurs saisi l'occasion pour citer les exemples des prix de la courgette qui est cédée, au marché de gros, à 80 DA/kg, le poivron à 135 DA/kg, le haricot vert à 245 DA/kg et la fraise entre 200 et 280 DA/kg.
Mais s'agissant de la pomme de terre, M. Kharroubi s'interroge sur la hausse de son prix malgré sa disponibilité et ce, que ce soit au niveau des stocks frigorifiques ou en production de saison (elle est cédée à 22 DA/kg au marché de gros).

L'histoire de la température
Et dans ce même ordre d'idées le président du Conseil interprofessionnel de la culture maraîchère, Abdelkader Naga, a indiqué, toujours à l'APS que pour les haricots verts, dont le prix est de loin le plus élevé par rapport aux autres, il faut savoir que la spécificité du haricot vert est qu'il n'est pas cultivé sur la totalité de l'espace de la serre mais seulement sur ses bordures. Ce qui fait que sa production est "très limitée" quantitativement, d'où sa cherté. Selon lui, 90% de la production des légumes sous serre proviennent de Biskra et de Oued Souf, à l'instar de la tomate et du poivron.
D'autre part, le même responsable, indique que la hausse des prix des produits issus des cultures protégées est due à une diminution de la production induite par une baisse de la température (période de froid allant du mois de décembre jusqu'à fin mars).
"Chaque année et en période de froid, les fruits et légumes issus de la culture protégée enregistrent un recul... ".
Et le même responsable tient bien à réconforter tout le monde en indiquant qu' " à partir du 15 avril, cette production devient abondante surtout dans les régions côtières. Et les prix vont automatiquement baisser", préconise-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.