Nouvelles accusation contre Anis Rahmani    Le procès de Hamel reporté    Les grévistes suspendus    Le DG aurait été expulsé par les autorités algériennes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Berraf dénonce un 'montage'    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Montpellier : Delort retourne le couteau dans la plaie du PSG    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Un an d'assiduité au hirak    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Les Sang et Or n'y arrivent plus    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alors que la loi régissant "Takaful" sera prête avant fin 2019 : L'industrie des assurances en Algérie pesait en 2018 1,2 milliard de dollars
Publié dans Le Maghreb le 04 - 04 - 2019

L'assurance est non seulement, une nécessité sanitaire, mais c'est aussi un gage de bien-être et un secteur d'importance capitale pour la vie sociale du citoyen.
C'est pourquoi tout citoyen doit s'engager par différents actes d'assurances pour se prémunir de tout impondérable dans la vie quotidienne.
Le P-dg de la société algérienne d'assurance (SAA), Nacer Sais, a indiqué qu'en 2018, l'industrie des assurances en Algérie pesait 138 milliards de dinars (1,2 milliard de dollars), soit 0,7 du PIB (contre 4% au Maroc, 2% en Tunisie et 8 % en Namibie).
Le même responsable noté en matière de chiffres que les assurances de dommage, représentaient près de 92% du chiffre d'affaires du marché national, dont 50% issus de la branche automobile.
Et pour bien faire comprendre la portée des chiffres qu'il a annoncés, le P-dg de la société algérienne d'assurance, a précisé que dans le monde, le secteur des assurances représente 4.891 milliards de dollars, dont 2.657 milliards de dollars en assurance vie.
Et à titres comparatifs, il a cité les marchés avancés comme l'Europe et l'Amérique du Nord qui sont estimés à 3.820 milliards de dollars, la Chine à 531 milliards de dollars, les marchés émergents 1.072 milliards de dollars, dont l'Afrique qui demeure le marché le moins développé avec seulement 67 milliards de dollars.
D'autres part, M. Sais a également estimé que le marché des assurances pourrait doubler de volume à l'horizon 2030 au regard de sa contribution et son poids dans le développement économique et social des pays, soulignant que la Chine et les pays émergents seraient les premiers à impulser ce rythme de croissance, car le marché est presque saturé dans les pays développés.
De plus, et concernant le développement futur des assurances, le même responsable déclare que les nouvelles technologies redessineront le concept d'assurance pour plus de flexibilité et une meilleure qualité de prestation, a-t-il insisté.

Au sujet de la Loi sur le " Takaful "
Evoquant la loi régissant "Takaful", ce concept d'assurance basé sur la "Charia" (loi islamique), le P-dg de la société algérienne d'assurance, Nacer Sais, a annoncé qu'elle devrait être promulguée "d'ici fin 2019". Ce qui, estime-t-il, permettrait ainsi la commercialisation de ce produit en Algérie.
Il est utile de savoir que "Le Takaful est un système d'assurance fondé sur les préceptes de la Charia islamique. Il devrait drainer les fonds d'une frange de la société favorable à ce mécanisme qui diffère de l'assurance classique.
De plus, il est important de noter que les texte de loi régissant ce produit sont en cours de préparation et devraient être promulgués d'ici la fin de l'année en cours", a expliqué M. Sais en marge d'une conférence sur "les enjeux stratégiques de l'activité d'assurance et
la réassurance en Algérie", organisée par l'Institut national d'études de stratégie globale (INESG). A l'image de certaines banques, qui proposent des produits islamiques à leur clientèle, les sociétés d'assurances vont également se doter de mécanismes leur permettant de commercialiser des produits basés sur les normes et règles de la Charia, notamment dans la branche assurance vie, a ajouté M. Sais.

Accompagner la transition économique
Selon le P-DG de la SAA, le lancement de ce nouveau mode d'assurance est parmi "les enjeux majeurs" qu'avaient fixés les sociétés d'assurances et de réassurance en Algérie, permettant à ce "secteur stratégique d'accompagner la transition économique nationale".
Parmi ces enjeux, il a également cité la digitalisation comme levier de croissance, notamment la vente en ligne, l'amélioration de la chaîne de valeur et l'amélioration de la relation avec la clientèle et le développement de nouvelles prestations.
D'autre part, M. Sais indique qu'il s'agit aussi de l'assouplissement des dispositifs de l'assurance contre les catastrophes naturelles (CAT-NAT), l'ouverture de guichets d'assurance au niveau des banques, ainsi que la promotion de l'assurance vie, considérée comme un levier de développement de l'épargne à long terme. Enfin, le P-DG de la Société algérienne d'assurance, M. Sais a conclu en soulignant que l'objectif du secteur est qu'il soit un secteur "mieux organisé et plus sollicité".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.