Comme en 1962? Comme en 1992?    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    Arkab s'explique    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Trump réitère sa "confiance à Kim Jong-Un"    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Le chef du Conseil de transition se rend en Egypte    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Le GS Pétroliers passe en finale    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Justice : Les dossiers de 12 personnalités, dont Ouyahia et Sellal, transmis à la Cour suprême    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Présidentielle du 4 juillet : Tout porte à croire qu'elle n'aura pas lieu dans les temps prévus    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    Journée de l'Afrique: Une Afrique unie, intégrée, en paix et prospère    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    La feuille de route des Moudjahidine    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    L'Algérie s'opposera à la transaction    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    ORAN : 590 surveillants de baignade pour les 34 plages autorisées    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Campagne sur les risques liés à la saison estivale    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Sachez que…    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Grève de deux jours à partir de mardi    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djibouti La BM soutient un centre d'excellence dédié à l'impact de l'enseignement et de la recherche sur le développement
Publié dans Le Maghreb le 08 - 04 - 2019

La Banque mondiale (BM) va soutenir Djibouti pour la mise sur pied d'un centre d'excellence dédié à l'impact de l'enseignement et de la recherche sur le développement, annonce un communiqué de la BM publié samedi dans la presse locale. Outre Djibouti, le Burkina Faso, le Ghana, la Guinée et le Sénégal vont bénéficier d'une enveloppe commune de 143 millions de dollars dans le cadre de ce projet qui a pour objectif de doter ces pays des premiers centres d'excellence africains en la matière.
Ce projet vise en effet à aider ces nations africaines à renforcer la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche appliquée dans les domaines des sciences, des technologies, de l'ingénierie et des mathématiques (STIM). Il prévoit également d'améliorer la qualité et la quantité de l'enseignement post-universitaire dans des universités sélectionnées ainsi que d'évaluer son impact sur le développement des pays bénéficiaires, à travers une spécialisation régionale et une collaboration dans les domaines des STIM. Le projet qui se veut conforme, selon la BM, aux stratégies des communautés économiques régionales africaines ainsi qu'aux stratégies nationales de développement des pays bénéficiaires ambitionne par ailleurs d'atteindre un double objectif : la réduction de la pauvreté et le partage de la prospérité.
Seize centres d'excellence et deux centres émergents seront construits dans le cadre de ce projet. Les sciences informatiques, le génie hydraulique et électrique, les transports et la logistique, les sciences environnementales ainsi que les sciences agricoles et de la santé ciblées seront également aux programmes de ces centres, qui se donnent pour objectif de retenir les meilleurs talents africains sur le continent, d'attirer les meilleurs professeurs africains de la diaspora et d'assurer la diffusion des connaissances à travers la sous-région. Selon Ekua Bentil, spécialiste de l'éducation et co-responsable de ce projet cité dans le communiqué, ce programme répond bien aux besoins du continent en matière de compétences scientifiques et techniques pour assurer son développement industriel et permettra de relever les principaux défis auxquels est confronté le secteur de l'enseignement supérieur en Afrique. Pour le directeur de la coordination de l'intégration régionale de la BM pour l'Afrique de l'Ouest, Rachid Benmessaoud, l'appui de la Banque mondiale aux centres d'excellence africains est un bel exemple de la façon dont les pays peuvent s'unir pour le bien de tous. M. Benmessaoud a fait savoir par ailleurs que dans le cadre de ce programme régional, chaque pays se spécialisera dans un ensemble de disciplines et va s'engager à encourager les échanges d'étudiants et de professeurs, de sorte qu'un plus grand nombre de disciplines soient couvertes. "Les centres d'excellences africains vont établir également de solides partenariats régionaux et internationaux pour améliorer la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche", a-t-il précisé.
Selon les analystes de la BM, l'Afrique produit actuellement peu de diplômés en STIM par rapport à d'autres filières alors que le continent a besoin de développer davantage des compétences pointues dans ces domaines pour accroître sa productivité et favoriser sa transformation économique. Avec ce nouveau projet, la Banque mondiale porte à 456 millions de dollars le montant total de ses financements en faveur des centres d'excellence africains (CEA). Dans les phases précédentes, 165 millions de dollars ont été accordés pour CEA1 et 148 millions de dollars pour CEA2, actuellement en cours d'exécution. Dans le cadre de ces trois projets, 58 CEA sont opérationnels dans 45 universités de 19 pays ; 24.000 étudiants y sont inscrits, dont 10.500 en maîtrise et 2.400 en doctorat. Par ailleurs, 34 programmes de ces centres sont certifiés conformes aux normes internationales de qualité, démontrant ainsi que l'enseignement supérieur africain répond aux standards internationaux.
Djibouti, qui est le seul pays du continent à disposer d'un centre d'excellence pour la logistique et le transport, a organisé en février dernier une conférence sur les centres d'enseignement supérieur d'excellence en Afrique à laquelle ont participé plus de 400 experts ainsi que les représentants de douze pays africains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.