«Les Algériens vont voter pour l'Algérie»    Elections présidentielles – proposition    Une marche de soutien improvisée à Alger    Sur le plan économique, une prestation très moyenne, loin des véritables enjeux    6.2 milliards de dollars durant les neuf premiers mois de 2019    Après une expédition infernale en Arctique    L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques    Le Paradou AC s'incline face à Hassania Agadir    Betrouni tire sur les joueurs et laisse planer le doute sur l'avenir de Casoni    Aribi conforte sa position en tête du classement des buteurs    Le procès de l'ex-président de l'ESS Hassan Hammar prévu le 24 décembre    «La cité Chémérik» patauge dans les eaux usées    Le nouveau P/APC de Sidi Bel-Abbès installé dans ses fonctions    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Yasmine Siad dévoile son expo intitulée «Genèse»    Sit-in de l'UGTA à Alger    France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"    Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté    Rwanda : L'opposante Victoire Ingabire empêchée de sortir du pays    Confirmation du retrait de 10.000 soldats du Yémen    L'Audi A3 Sportback disponible chez Sovac    Yamaha Algérie lance ses offres de fin d'année    "Nous sommes innocents"    "Faire face à quiconque tenterait de perturber l'élection"    Campagne d'intoxication du climat socio-politique    Angleterre: Everton enquête sur des chants homophobes lors du match contre Chelsea    Grèce : L'italien Massimo Carrera nouvel entraîneur de l'AEK Athènes    Ligues professionnelles 1&2 : Le montant global des salaires impayés aux joueurs estimé à 69,8 milliards    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire au Mali    Air Algérie annonce des perturbations    Sept dossiers économiques majeurs sur la table du futur président Du pain sur la planche !    En prévision de l'hiver : Une production des bonbonnes de gaz butane dépassant la demande à Oran    Oran : Les femmes sont plus touchées que les hommes par le cancer    Compagnie d'électricité : PG&E annonce un accord de 13,5 milliards de dollars d'indemnisations aux victimes des feux de forêt    Le ministre des Finances, Mohamed Loukal affirme : "Le statut de 1950 salariés des contrats de pré-emploi sera réglé"    Ansej "Aucun bénéficiaire en difficulté n'a été emprisonné ", assure Samira Djaïder    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    Festival du film de Marrakech : Standing ovation et prix d'honneur pour Robert Redford    Mouloudia d'Alger : Fin de mission pour Bernard Casoni    1.000 comprimés psychotropes saisis et 8 individus arrêtés à El-Harrach    Gaïd Salah: l'Algérie tracera sa voie avec des pas "constants"    Coupe d'Algérie de Football : tirage au sort mardi, la succession du CRB ouverte    Plusieurs communes paralysées à Bordj Bou-Arréridj    Mesbah Mohand-Ameziane s'en est allé    ...sortir...    La fonction miroitante de la poésie    Sahara occidental : La Fondation Kennedy félicite Aminatou Haidar pour son prix Nobel alternatif    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur
Publié dans Le Maghreb le 21 - 04 - 2019

La probabilité de voir le Royaume-Uni renoncer à sortir de l'Union européenne est désormais supérieure à celle d'un Brexit sans accord négocié, jugent les économistes interrogés par Reuters, qui ont aussi de nouveau repoussé la date estimée du prochain relèvement de taux de la Banque d'Angleterre.

Selon cette enquête mensuelle, réalisée entre le 12 et le 17 avril auprès de 51 économistes, la médiane des estimations de la probabilité d'un Brexit "dur", c'est à dire non négocié avec le reste de l'UE, reste stable à 15%, soit le plus bas niveau enregistré depuis son lancement en juillet 2017. Un seul des économistes a estimé cette probabilité à plus de 50%.
"En dehors du fait qu'un Brexit sans accord est désormais moins probable, l'avenir est aussi peu clair qu'auparavant. Un accord (et probablement un Brexit plus souple) semble toujours plus probable que l'inverse", résument les économistes de BNP Paribas. "Mais nous doutons que cela survienne prochainement." Les 27 autres pays de l'UE ont accepté la semaine dernière un report au 31 octobre au plus tard de la sortie du Royaume-Uni, évitant ainsi un Brexit précipité et désordonné.
La majorité des économistes interrogés disent s'attendre à ce que les deux parties finissent par conclure un accord de libre-échange. L'hypothèse d'une entrée du Royaume-Uni dans l'Espace économique européen, qui le conduirait à contribuer au budget de l'UE pour maintenir son accès au marché unique, se classe en seconde place dans l'ordre des probabilités. Si cette hiérarchie ne change pas par rapport aux enquêtes précédentes, l'hypothèse d'un abandon pur et simple du projet de sortie de l'UE est désormais jugée plus probable que celle d'une sortie sans accord, qui verrait les règles générales de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) régir les relations commerciales entre Londres et l'UE.

Croissance modérée, inflation proche de l'objectif
Concernant la politique monétaire, aucun des 75 économistes sondés ne s'attend à une modification du taux directeur de la Banque d'Angleterre (BoE) à l'issue de la prochaine réunion de politique monétaire, le 2 mai, à l'occasion de laquelle elle doit publier ses nouvelles prévisions économiques. "Sans l'incertitude liée au Brexit, la Banque d'Angleterre pourrait avoir envisagé de relever les taux d'intérêt au moment de la publication du rapport sur l'inflation le 2 mai. Avec un pays encore en plein brouillard politique, c'est hautement improbable", explique Elizabeth Martins, de HSBC. La médiane des estimations montre que la première hausse de taux de 25 points de base pourrait avoir lieu début 2020, soit un trimestre plus tard qu'estimé il y a un mois. Le taux directeur de la BoE resterait ensuite à 1% jusqu'à la fin de l'année prochaine. Les économistes interrogés tablent parallèlement sur une croissance de 0,2% à 0,4% sur chacun des trimestres jusqu'à la fin 2020, une tendance comparable à celle attendue pour la zone euro. La probabilité estimée d'une récession au Royaume-Uni à un horizon de deux ans est tombée à 25% contre 30% dans l'enquête du mois dernier. L'inflation, elle, devrait rester conforme à l'objectif de 2% de la BoE ou proche de celui-ci jusqu'à la fin 2020. "Même si certains facteurs ponctuels peuvent se traduire à court terme par un rebond de l'inflation britannique, les perspectives globales sont modérées et nous n'attendons pas de hausse de taux de la Banque d'Angleterre cette année", explique James Smith chez ING.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.