Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    La confrérie Tidjanie joue un rôle important dans la propagation des valeurs de l'Islam et de la paix    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    La bataille du siège entre au tribunal    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La fille des Aurès    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    L'infrangible lien...    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA
Publié dans Le Maghreb le 18 - 07 - 2019

Les Etats-Unis n'ont pas pleinement appliqué une décision de l'Organisation mondiale du Commerce et pourraient s'exposer à des sanctions de la Chine s'ils ne suppriment pas certains tarifs douaniers qui enfreignent les règles de l'institution, selon un rapport rendu mardi par l'organe d'appel de l'OMC. La Chine avait saisi l'OMC en 2012 pour contester des droits compensateurs mis en place par les Etats-Unis sur des produits comme les panneaux solaires, mâts d'éoliennes, cylindres d'acier et feuilles d'aluminium qui, selon Washington, bénéficiaient de subventions à l'exportation. Les exportations chinoises de ces produits étaient estimées à l'époque à 7,3 milliards de dollars. Le bureau du représentant américain (USTR) au Commerce Robert Lighthizer a réagi en notant que l'arrêt de l'OMC reconnaissait la preuve apportée par les Etats-Unis de l'utilisation par la Chine de ses entreprises publiques pour subventionner son économie.
Mais les juges de l'OMC concluent aussi que les Etats-Unis doivent accepter les prix chinois pour mesurer les subventions, même si l'USTR jugent ces derniers "faussés". "Cette conclusion ignore les constatations de la Banque mondiale, des documents de travail de l'OCDE et d'autres éléments objectifs cités par la partie américaine", a déploré l'USTR dans un communiqué. "Le rapport de l'organe d'appel de l'OMC fragilise les règles de l'OMC en les rendant moins efficaces pour combattre les subventions chinoises qui pénalisent les travailleurs et entreprises aux Etats-Unis et faussent les marchés dans le monde entier", a ajouté le ministère. L'administration Trump bloque la procédure de nomination de nouveaux juges à l'organe d'appel, qui est de facto la plus haute juridiction pour le commerce mondial.
Le tribunal compte théoriquement sept membres et il lui en faut un minimum de trois par cas, mais à compter du 11 décembre il ne restera plus qu'un juge, ce qui bloquera son fonctionnement. Dans son communiqué, l'USTR affirme que la décision de mardi confirme ses inquiétudes sur l'organe d'appel, qui d'après Washington outrepasse ses prérogatives. Si la Chine décide de mettre en oeuvre des sanctions, il lui faudra lancer une nouvelle procédure légale pour estimer les dommages subis. Les produits visés étaient des panneaux solaires, des mâts d'éolienne, du papier thermosensible, des papiers couchés, des tondeuses à gazon, des rayonnages de cuisine, des éviers en acier, de l'acide citrique, des briques en magnésie carbone, des tubes pression, des tubes et tuyaux, des tubes sans soudure, des cylindres en acier, des tiges de forage, des produits tubulaires pour champs pétrolifères (OCTG), des câbles de haubanage et de l'aluminium extrudé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.