Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...
Publié dans Le Maghreb le 23 - 07 - 2019

" Il est très difficile, voire, pratiquement impossible de pister et de rapatrier les capitaux en fuite à l'étranger", a indiqué à Radio Algérie Multimédia (RAM) le professeur en sciences économiques Rezzigue Kamel de l'Université de Blida.

Et pour cause, expliquera-t-il, " les détenteurs de l'argent détourné utilisent des prête-noms pour ne laisser aucune visibilité autour de cet argent cumulé durant des années de vols, de dilapidation et de détournement via des surfacturations ou de par des sociétés écrans dont la destinée finale est les paradis fiscaux ou vers des pays pour le moins complices dont l'économie est florissante grâce à cet argent qu'abritent les banques de ces mêmes Etats tacitement complices".
Toutefois, l'invité de la RAM exhorte les pouvoirs publics à user de tous les voies et moyens légaux pour dénicher ces fortunes qui ont fait saigner la trésorerie nationale, causant des crises à dommages collatéraux tant au niveau de la finance que pour la société et pour l'investissement. Se disant confiant quant à la récupération de l'argent enfoui dans des affaires internes tels que des entreprises, du foncier agricole ou sous forme d'actions dans des partenariats à des fins de blanchiment d'argent, M. Rezzigue déplore la lenteur des procédures. Le gouvernement aura, selon lui, à mener une vraie guerre juridique et diplomatique pour savoir combien et où se trouve cet argent, rappelant au passage le parcours de combattant dans l'affaire Khalifa qui a duré 7 ans sans pour autant aboutir à ramener un sou des 12 milliards de dollars expatriés.
S'agissant de la coopération avec des Etats ayant exprimé leur disposition à aider l'Algérie sur ce registre, M. Rezzigue estime que " c'est quasiment impossible de compter sur ces Etats dont le système bancaire et par ricochet leurs économies reposent essentiellement sur cet argent frappé du cachet secret ". Et d'ajouter : " est-ce que l'Irak, la Tunisie ou la Syrie ont récupéré l'argent détourné ? " Il y a des Etats dont l'économie est basée sur cet argent sale et mal acquis justement ne vont pas nous rendre l'argent détourné pour nos beaux yeux. Pour cela il préconise " une solution algérienne " qu'il résume par l'empêchement des voleurs à jouir de ces fortunes durant toute leur vie.
Le problème qui urge reste les échéances dans l'agenda gouvernemental à respecter quant à l'élaboration du projet de loi de finances. Ledit projet doit être finalisé avant le 31 août 2019 afin d'être dans l'optique des prévisions projeté précédemment. " Mais sur quelle base on va arrêter le prochain projet de loi de finances et le défendre devant le parlement ? ", s'est-il interrogé en se demandant d'où ramène-t-on l'argent nécessaire pour boucler l'année jusqu'au 31 décembre 2019 afin de couvrir les comptes de 2019.
" Déjà on est devant des difficultés pour terminer l'exercice 2019, alors que dire de la loi de finance de 2020, sachant l'arrêt de la planche à billets ". En plus des 2000 entreprises en bâtiment qui ont remis leurs bilans, c'est-à-dire 150 mille postes d'emplois. Et d'avertir " si on garde les mêmes principes d'élaboration d'une loi de finance on aura un grave déficit financier " Le prochain gouvernement légitime héritera d'un cadeau empoisonné de l'équipe Bedoui qui partira tôt ou tard. Comment va-t-on faire face pour ramener l'argent pour les dépenses de fonctionnement et d'équipement pour le prochain gouvernement qui se verra confronté à un exercice catastrophique pour le reste de l'année et l'an prochain.
"Il faut accélérer le processus politique pour les plus brefs délais car la raison économique prime plus sur le politique dont un gouvernement légitime est un impératif pressant". "L'an 2020 sera une année très difficile pour l'Etat que l'année 2019", fait-il savoir et d'alerter que " tous les signaux sont au rouge tant sur le plan économique que sur le plan social".
A la question de savoir si le recours à l'argent des fonds spéciaux dont certains sont déjà dissous par le gouvernement, l'orateur préconise qu'" il faut trouver plutôt d'autres sources de financement des grands projets pour apaiser le fardeau du déficit énorme qu'encourt l'Etat ". Il adhère à l'idée du report de certains projets pour minimiser les dépenses. Aussi pour réaliser le programme de l'Etat, un financement mixte tel pour le projet du port de Cherchell s'impose, céder la gestion de l'autoroute - par exemple - à un financier quasiment privé également ou encore financer d'autres projets en partenariat entre Etats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.