«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...
Publié dans Le Maghreb le 23 - 07 - 2019

" Il est très difficile, voire, pratiquement impossible de pister et de rapatrier les capitaux en fuite à l'étranger", a indiqué à Radio Algérie Multimédia (RAM) le professeur en sciences économiques Rezzigue Kamel de l'Université de Blida.

Et pour cause, expliquera-t-il, " les détenteurs de l'argent détourné utilisent des prête-noms pour ne laisser aucune visibilité autour de cet argent cumulé durant des années de vols, de dilapidation et de détournement via des surfacturations ou de par des sociétés écrans dont la destinée finale est les paradis fiscaux ou vers des pays pour le moins complices dont l'économie est florissante grâce à cet argent qu'abritent les banques de ces mêmes Etats tacitement complices".
Toutefois, l'invité de la RAM exhorte les pouvoirs publics à user de tous les voies et moyens légaux pour dénicher ces fortunes qui ont fait saigner la trésorerie nationale, causant des crises à dommages collatéraux tant au niveau de la finance que pour la société et pour l'investissement. Se disant confiant quant à la récupération de l'argent enfoui dans des affaires internes tels que des entreprises, du foncier agricole ou sous forme d'actions dans des partenariats à des fins de blanchiment d'argent, M. Rezzigue déplore la lenteur des procédures. Le gouvernement aura, selon lui, à mener une vraie guerre juridique et diplomatique pour savoir combien et où se trouve cet argent, rappelant au passage le parcours de combattant dans l'affaire Khalifa qui a duré 7 ans sans pour autant aboutir à ramener un sou des 12 milliards de dollars expatriés.
S'agissant de la coopération avec des Etats ayant exprimé leur disposition à aider l'Algérie sur ce registre, M. Rezzigue estime que " c'est quasiment impossible de compter sur ces Etats dont le système bancaire et par ricochet leurs économies reposent essentiellement sur cet argent frappé du cachet secret ". Et d'ajouter : " est-ce que l'Irak, la Tunisie ou la Syrie ont récupéré l'argent détourné ? " Il y a des Etats dont l'économie est basée sur cet argent sale et mal acquis justement ne vont pas nous rendre l'argent détourné pour nos beaux yeux. Pour cela il préconise " une solution algérienne " qu'il résume par l'empêchement des voleurs à jouir de ces fortunes durant toute leur vie.
Le problème qui urge reste les échéances dans l'agenda gouvernemental à respecter quant à l'élaboration du projet de loi de finances. Ledit projet doit être finalisé avant le 31 août 2019 afin d'être dans l'optique des prévisions projeté précédemment. " Mais sur quelle base on va arrêter le prochain projet de loi de finances et le défendre devant le parlement ? ", s'est-il interrogé en se demandant d'où ramène-t-on l'argent nécessaire pour boucler l'année jusqu'au 31 décembre 2019 afin de couvrir les comptes de 2019.
" Déjà on est devant des difficultés pour terminer l'exercice 2019, alors que dire de la loi de finance de 2020, sachant l'arrêt de la planche à billets ". En plus des 2000 entreprises en bâtiment qui ont remis leurs bilans, c'est-à-dire 150 mille postes d'emplois. Et d'avertir " si on garde les mêmes principes d'élaboration d'une loi de finance on aura un grave déficit financier " Le prochain gouvernement légitime héritera d'un cadeau empoisonné de l'équipe Bedoui qui partira tôt ou tard. Comment va-t-on faire face pour ramener l'argent pour les dépenses de fonctionnement et d'équipement pour le prochain gouvernement qui se verra confronté à un exercice catastrophique pour le reste de l'année et l'an prochain.
"Il faut accélérer le processus politique pour les plus brefs délais car la raison économique prime plus sur le politique dont un gouvernement légitime est un impératif pressant". "L'an 2020 sera une année très difficile pour l'Etat que l'année 2019", fait-il savoir et d'alerter que " tous les signaux sont au rouge tant sur le plan économique que sur le plan social".
A la question de savoir si le recours à l'argent des fonds spéciaux dont certains sont déjà dissous par le gouvernement, l'orateur préconise qu'" il faut trouver plutôt d'autres sources de financement des grands projets pour apaiser le fardeau du déficit énorme qu'encourt l'Etat ". Il adhère à l'idée du report de certains projets pour minimiser les dépenses. Aussi pour réaliser le programme de l'Etat, un financement mixte tel pour le projet du port de Cherchell s'impose, céder la gestion de l'autoroute - par exemple - à un financier quasiment privé également ou encore financer d'autres projets en partenariat entre Etats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.