Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Enseignement supérieur: les conditions de reprise des activités pédagogiques acceptables    Zones d'ombre: la prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits    Naceri à la Cour constitutionnelle    Rassemblement et marche de soutien aux travailleurs de Numilog    Danger du futur tramway pour les habitants de la cité Chara    L'espoir renaît chez les agriculteurs suite aux dernières averses    Quelle chance pour la paix ?    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Cinq jeunes intègrent l'équipe première    Amrani «content» de la reprise    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Les articles de la discorde    Un autre décès par strangulation    Lutte contre les gangs de rues à Blida: arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Benkhelifa signe pour trois ans    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    Béjaïa s'apprête à commémorer Octobre 88    Alger tente de reprendre la main au Sahel    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    3 morts dans un accident de la route    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Distribution de plus de 4000 unités avant la fin de l'année    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    Un pari difficile    Enfin un gouverneur !    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Flagrant délit !    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    On vous le dit    7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    «Khayrek sbaq»    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher
Publié dans Le Maghreb le 17 - 10 - 2019

Le futur directeur général de Renault devra avoir de l'expérience dans la transformation des entreprises et dans le secteur de l'industrie, des atouts primant sur la question de sa nationalité, a déclaré à Reuters la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher.

Le constructeur automobile a débarqué vendredi dernier Thierry Bolloré, qui avait succédé à Carlos Ghosn au poste de directeur général, afin de donner un nouveau souffle opérationnel au groupe au losange et à son partenariat avec Nissan, doté lui aussi depuis peu d'une nouvelle direction générale.
L'Etat, premier actionnaire de Renault avec 15% du capital, aborde la question avec l'esprit très ouvert, a dit Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie. "Quand on a dû chercher le meilleur profil pour Air France, on a eu quelqu'un qui n'était pas français, très bien", a-t-elle déclaré, faisant référence à la nomination de l'ancien patron d'Air Canada Ben Smith à la tête du groupe Air France-KLM, dont l'Etat français est également actionnaire. "C'est le meilleur profil (qui compte), qui est capable de porter Renault et de jouer son rôle dans l'alliance à un moment de transformation majeure", a-t-elle ajouté. Confrontés à un nouveau tour de vis de la réglementation européenne sur les émissions polluantes conjugué à un ralentissement général des marchés automobiles, les constructeurs doivent plus que jamais faire jouer les économies d'échelle s'ils veulent pouvoir continuer à investir dans les nouvelles technologies.
Renault a confié à titre intérimaire la direction générale à la directrice financière Clotilde Delbos, entourée de deux directeurs généraux adjoints, le temps de trouver un successeur définitif à Thierry Bolloré. La recherche du nouveau directeur général - ou directrice générale - a commencé mais s'annonce difficile en interne. Selon une source du constructeur, cette mission a été confiée au cabinet NB Lemercier & Associés, fondé en 2006 par la spécialiste du recrutement de hauts dirigeants Brigitte Lemercier.
Lors du dernier renouvellement de son mandat à la tête du groupe, début 2018, Carlos Ghosn s'était vu confier comme mission la préparation de sa succession pour garantir que l'alliance Renault-Nissan survive à la génération de ses fondateurs.
Mais l'ancien homme fort de Renault a tardé à engager ce travail, qui n'avait pas encore été véritablement lancé lorsqu'il a été brutalement arrêté au Japon en novembre dernier pour des accusations de malversations financières qu'il dément. Carlos Ghosn s'était alors contenté de nommer Thierry Bolloré directeur général adjoint.
"Le successeur sera probablement une personne externe, car Carlos Ghosn n'a rien préparé et plutôt laissé la terre brulée", a dit une source proche du processus de recrutement. Selon une autre source proche du dossier, Renault compte bien au comité de direction plusieurs jeunes quinquagénaires prometteurs. Ceux-ci pourront aussi candidater au poste de directeur général mais la direction ayant tardé jusqu'ici à les promouvoir au comité exécutif, ils partent avec un réel handicap.

ALIGNER SON EQUIPE
Thierry Bolloré, qui incarnait depuis janvier le fil rouge opérationnel de Renault au côté du nouveau président Jean-Dominique Senard, a dénoncé sa révocation comme "un coup de force".
"C'est un sujet où vous avez un patron qui arrive, qui met au point son équipe, qui l'aligne, rien que de très classique. (Jean-Dominique Senard) fait son travail, point", a commenté la secrétaire d'Etat.
Agnès Pannier-Runacher a également indiqué que le gouvernement n'était pas opposé à la relance possible du projet avorté de rapprochement entre Renault et Fiat Chrysler.
"Encore une fois, tout est ouvert", a-t-elle poursuivi. "Dans l'ordre des facteurs, nous on est assez clairs, on veut un projet industriel, on veut une alliance renforcée au service de ce projet industriel."
Quant à la possibilité que l'Etat réduise sa participation dans Renault pour donner des gages à Nissan, ce n'est pas une priorité, a-t-elle précisé.
"On commence par une histoire industrielle, et après on en tire les conséquences éventuelles sur l'actionnariat", a dit Agnès Pannier-Runacher.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.