Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Distinction des lauréats du concours de la "Meilleure interprétation théâtrale"    Paroles d'un porte-parole    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Le monde en bref...    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Exercices pour soigner les douleurs du nerf sciatique    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





50 000 entreprises activant dans le domaine des travaux publics déclarent la faillite Les entrepreneurs demandent au "futur président" de lever ...
Publié dans Le Maghreb le 03 - 12 - 2019

50 000 entreprises activant dans le domaine des travaux publics ont été déclarées en faillite, tandis que 350 000 autres font face à des conditions financières difficiles, compte tenu du gel des appels d'offres et des nouveaux projets depuis le début du mouvement populaire le 22 février dernier.
Les entrepreneurs demandent aux autorités publiques d'intervenir en urgence pour signer de nouvelles décisions en matière d'appels d'offres dans les municipalités, les wilayas et d'autres autorités locales, considérant que le dégel des dossiers de projets et de prêts doivent être le premier dossier déposé sur la table du futur président de la République, sachant que de nombreux entrepreneurs ont procédé à des licenciements.
La situation actuelle s'est détériorée, de plus en plus, pour les entrepreneurs privés, et ce, même que leurs dues ont été payées au dernier centime. Malgré ceci, les entreprises n'ont pas pu faire face à la crise, suite à l'absence de projets et du gel des appels d'offres " "Nous ouvrons les journaux, et nous consultons les sites-web, et nous ne trouvons aucune appel d'offres pour des entrepreneurs privés. A cet effet, nous avons proposé d'engager des dialogues avec les autorités pour sauver ces institutions, qui emploient 1,7 million de personnes, mais malheureusement en vain ", précise l'adjoint du secrétaire de la confédération algérienne des entrepreneurs, Zakir Fezzaz. Fezzaz précise que " le premier dossier économique qui doit être ouvert par le nouveau président algérien élu le 12 décembre, est la levée du gel des projets et des appels d'offres, afin de permettre aux entrepreneurs de remettre leurs institutions sur pied et de les sauver de la crise financière qui s'est intensifiée au cours des 10 derniers mois ", a-t-il dit.
Et de poursuivre " les ateliers ouverts, signés avant février, continuent d'être actifs. Cependant, aucun nouvel atelier n'a été ouvert en raison du gel des signatures de projets tandis que le gouvernement actuel gère des affaires et n'entreprend pas de nouveaux projets. "
Selon les dires de Zakir Fezzaz " cette crise financière a obligé la plupart de ces institutions à procéder aux licenciements des ouvriers, alors que le nombre moyen des employés d'une petite entreprise dans le domaine des travaux publics est estimé à 5 travailleurs. De nombreuses entreprises abandonnent leurs travailleurs à cause de l'absence de nouveaux projets… "
Cela intervient à un moment de stagnation de l'économie nationale après le gel des projets et des appels d'offres, ainsi que le gel des réunions des comités des études au niveau des banques à la suite de l'ouverture des enquêtes liées à des affaires de corruption, qui ont touché un grand nombre d'hommes d'affaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.