Salon de l'agriculture d'Oran: des démarches pour donner une impulsion à la cuniculture    Une réplique d'une magnitude de 3,6 enregistrée à Jijel    Slimani sur les tablettes de Manchester United    Equateur: plusieurs organisations réitèrent le soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Cyclisme/Tropicale Amissa Bongo (5e étape) : victoire de l'Algérien Reguigui    Football/ révision des statuts : installation d'une commission ad hoc    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    Rezig préside une réunion consacrée à l'examen de la problématique du transport de marchandises    Constantine: levée des entraves administratives pour achever l'aménagement extérieur des logements AADL2    Un vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être prêt dans trois mois    MDN: large campagne sanitaire au profit des habitants de zones enclavées à Biskra et Touggourt    La communication du président ou l'art de marquer contre son propre camp    Adoption de la proposition algérienne visant l'amendement du statut le CJCA    AS Monaco: Une offensive du PSG pour Slimani ?    Karim Younes: le changement escompté passe par la poursuite du dialogue et du débat dans la sérénité    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    crise libyenne: le ministre malien des AE insiste sur l'importance de conforter le rôle de l'UA    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Les agriculteurs s'inquiètent    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    Belmadi : "Le Burkina Faso est un sérieux concurrent"    Les stades de Bou-Saâda et de Saïda homologués    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    Dans leur confort lointain, ils pensent !    Ce que propose le PAD    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    «L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali»    Les révélations du chef de l'Etat    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Ligue des champions d'Afrique : WAC - USMA, vendredi à 20h00 - A quitte ou double pour les Algériens    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Election du 12 décembre prochain Abdelaziz Belaïd gagnera-t-il sa place au deuxième tour ?
Publié dans Le Maghreb le 09 - 12 - 2019


Par: Med Wali

Indépendant dans tous les sens du terme, lui qui considère que le pouvoir doit revenir au peuple qui décide de son sort et définit ses options, le candidat à l'élection présidentielle, prévue jeudi prochain, Abdelaziz Belaïd a déjà tracé sa trajectoire qui l'amène au palais d'"El Mouradia ".

Le chef de file du mouvement " El Moustakbel ", très adapté dans ses déclarations grâce à une maîtrise parfaite de la langue arabe littéraire, mais aussi, dialectale. Aussi très ingénieux dans les idées, Abdelaziz Belaïd qui est foncièrement engagé en faveur des jeunes, envisage de bâtir un Etat de droit et démocrate qui rassemble tous les Algériens grâce à un programme…
Etant donné que le secteur agricole en Algérie est sous-exploité depuis plusieurs décennies, il pourrait devenir, à lui seul, une branche florissante pour l'économie nationale. La question de l'emploi des jeunes en Algérie et les conséquences qui peuvent en découler préoccupent à tous les niveaux de décision. En effet, le candidat à la magistrature suprême du pays, Abdelaziz Belaïd accorde une importance particulière à ce domaine, plaçant l'agriculture et la sécurité alimentaire au cœur de ses priorités puisqu'il constitue un secteur-clé pour le développement économique et social du pays. Le chef de file de parti politique Front " El Moustakbel " insiste dans son programme électoral sur la nécessité d'entreprendre de nouvelles initiatives pour encourager les jeunes à intégrer le monde de l'entrepreneuriat dans cette filière, à travers la création de 100 000 exploitations de 10 hectares organisées dans 1 000 coopératives, cela peut se transformer en grandes exploitations. Ainsi, la prise de nouvelles initiatives pour encourager les jeunes, notamment les détenteurs de diplômes et autres compétences professionnelles avérées, de bénéficier des avantages accordés dans le cadre des différents dispositifs de soutien pour la création de micros- entreprises, synonyme de la création de plusieurs postes d'emploi pour absorber le chômage des jeunes qui arrivent sur le marché du travail, vu que l'objectif de croissance est réalisable eu égard au potentiel immense, dont dispose l'Algérie que ce soit en termes de capital humain ou de ressources naturelles.
Dans un pays comme l'Algérie, plusieurs stratégies dans ce domaine peuvent être développées pour fixer les jeunes, dans les zones rurales, les Hauts-Plateaux et au Sahara, sachant que l'agriculture reste une activité dominante dans le monde de l'emploi, tandis qu'elle permet d'assurer une sécurité alimentaire et d'avoir des revenus pour faire face à certaines crise et surtout au chômage. Toutefois, cette agriculture est fortement dépendante d'une volonté politique afin que l'Algérie assure son autosuffisance.
Dr. Abdelaziz Belaïd est revenu notamment, lors de ses sorties sur le terrain, ainsi que durant la " Mounadhara ", sur l'importance de réinstaurer la culture du travail et surtout dans la relance du secteur agricole "mon programme est essentiellement basé sur le secteur de l'agriculture. Et j'estime que ce n'est qu'avec le travail que nous réussirons à transcender cette conjoncture, où même la sécurité alimentaire est compromise". Soulignant les erreurs du passé, Abdelaziz Belaïd, dénonce les anciennes pratiques : "il ne s'agit pas de subventions et de crédits tous azimuts, accordés à des personnes qui n'ont rien à voir avec l'agriculture, et qui ont coulé le pays". Dans ce sens, le candidat du Front El Moustakbal, préconise "d'ouvrir les voies et encourager l'investissement et le développement pour les agriculteurs, les éleveurs, et les compétences jeunes qui sortent chaque année de nos universités, et ouvrir les portes qui sont restées fermées durant des années. Il est temps de permettre à nos jeunes de se sentir chez eux et de renouer avec le respect de nos valeurs, celles qui ont permis à nos pères et grand-pères de faire de l'Algérie une grande nation". Et d'ajouter "nous devons aller vers la restructuration de ce secteur, et des autres, en mettant tous les moyens en place et permettre au secteur privé d'être libre d'investir à sa guise". Dans le même sillage, Belaïd revient sur les impacts d'une gouvernance qui a mis le pays à genoux, indiquant que "des personnes ont fait main basse sur l'administration et sur les richesses du pays, et sont même arrivées à acheter la conscience des gens, ce sont tous ces fléaux qui nous ont empêchés d'avancer aussi bien dans le domaine économique que sur le plan social.
Pour ces raisons, nous sommes convaincus que l'Algérie doit être un grand atelier de réflexion pour développer tous les domaines, afin de permettre à notre pays, en quelques années, de devenir une force économique et politique dans la région ; car l'Algérie qui était la Mecque des révolutionnaires, a été réduite à un pays qui ne trouve pas son chemin. Je dirai que personne n'a le droit de s'ingérer dans nos affaires, l'Algérie est souveraine et le restera". Il est reconnu que la transformation structurelle de l'agriculture est une condition préalable pour accroître la productivité du travail et le niveau des revenus, mais surtout pour créer des emplois décents.
Cela suppose de trouver des moyens financiers, humains et matériels pour une bonne mise en œuvre des politiques publiques.
Expliquant son programme à une foule de partisans et de citoyens, Abdelaziz Belaïd promet de soutenir l'agriculture et les agriculteurs pour "donner à ce secteur la place qui lui sied dans l'économie nationale". "Il faut soutenir les véritables agriculteurs et les porteurs de projets d'agriculture qui contribuent à la diversification de l'économie de notre pays. Si nous devons effacer les dettes des agriculteurs, ce sera pour ceux qui ont apporté quelque chose et non ceux qui ont détourné l'argent public", a-t-il martelé.
Ce candidat gagnera-t-il sa place au deuxième tour ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.