Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche 1er novembre    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    L'Algérie condamne l'acte terroriste ayant ciblé un lieu de culte à Nice en France    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Election du 12 décembre prochain Abdelaziz Belaïd gagnera-t-il sa place au deuxième tour ?
Publié dans Le Maghreb le 09 - 12 - 2019


Par: Med Wali

Indépendant dans tous les sens du terme, lui qui considère que le pouvoir doit revenir au peuple qui décide de son sort et définit ses options, le candidat à l'élection présidentielle, prévue jeudi prochain, Abdelaziz Belaïd a déjà tracé sa trajectoire qui l'amène au palais d'"El Mouradia ".

Le chef de file du mouvement " El Moustakbel ", très adapté dans ses déclarations grâce à une maîtrise parfaite de la langue arabe littéraire, mais aussi, dialectale. Aussi très ingénieux dans les idées, Abdelaziz Belaïd qui est foncièrement engagé en faveur des jeunes, envisage de bâtir un Etat de droit et démocrate qui rassemble tous les Algériens grâce à un programme…
Etant donné que le secteur agricole en Algérie est sous-exploité depuis plusieurs décennies, il pourrait devenir, à lui seul, une branche florissante pour l'économie nationale. La question de l'emploi des jeunes en Algérie et les conséquences qui peuvent en découler préoccupent à tous les niveaux de décision. En effet, le candidat à la magistrature suprême du pays, Abdelaziz Belaïd accorde une importance particulière à ce domaine, plaçant l'agriculture et la sécurité alimentaire au cœur de ses priorités puisqu'il constitue un secteur-clé pour le développement économique et social du pays. Le chef de file de parti politique Front " El Moustakbel " insiste dans son programme électoral sur la nécessité d'entreprendre de nouvelles initiatives pour encourager les jeunes à intégrer le monde de l'entrepreneuriat dans cette filière, à travers la création de 100 000 exploitations de 10 hectares organisées dans 1 000 coopératives, cela peut se transformer en grandes exploitations. Ainsi, la prise de nouvelles initiatives pour encourager les jeunes, notamment les détenteurs de diplômes et autres compétences professionnelles avérées, de bénéficier des avantages accordés dans le cadre des différents dispositifs de soutien pour la création de micros- entreprises, synonyme de la création de plusieurs postes d'emploi pour absorber le chômage des jeunes qui arrivent sur le marché du travail, vu que l'objectif de croissance est réalisable eu égard au potentiel immense, dont dispose l'Algérie que ce soit en termes de capital humain ou de ressources naturelles.
Dans un pays comme l'Algérie, plusieurs stratégies dans ce domaine peuvent être développées pour fixer les jeunes, dans les zones rurales, les Hauts-Plateaux et au Sahara, sachant que l'agriculture reste une activité dominante dans le monde de l'emploi, tandis qu'elle permet d'assurer une sécurité alimentaire et d'avoir des revenus pour faire face à certaines crise et surtout au chômage. Toutefois, cette agriculture est fortement dépendante d'une volonté politique afin que l'Algérie assure son autosuffisance.
Dr. Abdelaziz Belaïd est revenu notamment, lors de ses sorties sur le terrain, ainsi que durant la " Mounadhara ", sur l'importance de réinstaurer la culture du travail et surtout dans la relance du secteur agricole "mon programme est essentiellement basé sur le secteur de l'agriculture. Et j'estime que ce n'est qu'avec le travail que nous réussirons à transcender cette conjoncture, où même la sécurité alimentaire est compromise". Soulignant les erreurs du passé, Abdelaziz Belaïd, dénonce les anciennes pratiques : "il ne s'agit pas de subventions et de crédits tous azimuts, accordés à des personnes qui n'ont rien à voir avec l'agriculture, et qui ont coulé le pays". Dans ce sens, le candidat du Front El Moustakbal, préconise "d'ouvrir les voies et encourager l'investissement et le développement pour les agriculteurs, les éleveurs, et les compétences jeunes qui sortent chaque année de nos universités, et ouvrir les portes qui sont restées fermées durant des années. Il est temps de permettre à nos jeunes de se sentir chez eux et de renouer avec le respect de nos valeurs, celles qui ont permis à nos pères et grand-pères de faire de l'Algérie une grande nation". Et d'ajouter "nous devons aller vers la restructuration de ce secteur, et des autres, en mettant tous les moyens en place et permettre au secteur privé d'être libre d'investir à sa guise". Dans le même sillage, Belaïd revient sur les impacts d'une gouvernance qui a mis le pays à genoux, indiquant que "des personnes ont fait main basse sur l'administration et sur les richesses du pays, et sont même arrivées à acheter la conscience des gens, ce sont tous ces fléaux qui nous ont empêchés d'avancer aussi bien dans le domaine économique que sur le plan social.
Pour ces raisons, nous sommes convaincus que l'Algérie doit être un grand atelier de réflexion pour développer tous les domaines, afin de permettre à notre pays, en quelques années, de devenir une force économique et politique dans la région ; car l'Algérie qui était la Mecque des révolutionnaires, a été réduite à un pays qui ne trouve pas son chemin. Je dirai que personne n'a le droit de s'ingérer dans nos affaires, l'Algérie est souveraine et le restera". Il est reconnu que la transformation structurelle de l'agriculture est une condition préalable pour accroître la productivité du travail et le niveau des revenus, mais surtout pour créer des emplois décents.
Cela suppose de trouver des moyens financiers, humains et matériels pour une bonne mise en œuvre des politiques publiques.
Expliquant son programme à une foule de partisans et de citoyens, Abdelaziz Belaïd promet de soutenir l'agriculture et les agriculteurs pour "donner à ce secteur la place qui lui sied dans l'économie nationale". "Il faut soutenir les véritables agriculteurs et les porteurs de projets d'agriculture qui contribuent à la diversification de l'économie de notre pays. Si nous devons effacer les dettes des agriculteurs, ce sera pour ceux qui ont apporté quelque chose et non ceux qui ont détourné l'argent public", a-t-il martelé.
Ce candidat gagnera-t-il sa place au deuxième tour ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.