L'Algérie plaide pour une «vision commune»    Vers l'exclusion de Bouhadja    Louh élude les sujets qui fâchent    L'inquiétude des céramistes    Le changement climatique, c'est maintenant    L'impératif d'installer une industrie dans le pays    Khashoggi a peut-être été tué par des «éléments incontrôlables»    Douze personnes appréhendées pour tentative de migration clandestine    Dussuyer et ses joueurs déterminés    47 athlètes en stage à Tlemcen    La grande musique au rendez-vous    17 octobre 61 : il pleuvait ce jour-là, mais le soleil scintillait à l'horizon…    APN: la solution est-elle dans la dissolution?    MC Alger: Courbis lâche le Mouloudia    Hai El Makkari et Toumiat: Relogement demain de 268 familles    1.800 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Hadj 2019: Début des inscriptions au tirage au sort ce jeudi    L'effet octobre    Fertial: l'Etat exercera son droit de préemption    Il y a 57 ans, des Algériens ont été massacrés à Paris    Une instance chargée du développement des zones frontalières sera créée prochainement    4éme session de la commission mixte bilatérale algéro-nigériane    Muhend U Yehya : Le premier fils de la Toussaint    «Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau    Projection d'«Ech Chebkha» de Ghouti Bendedouche    «Une AGEx dans les plus brefs délais pour l'élection d'un président»    Athlétisme : Kip Keino et six dirigeants kenyans inculpés pour corruption    Mondial 2006 : La justice allemande abandonne les poursuites pour fraude fiscale    Sahara Occidental … Une ONG américaine accuse des fonctionnaires de l'ONU de corruption    Commerce : L'excédent chinois se rit des menaces de Trump    Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois    Le ministère procède à l'examen des recours    949 associations activent sur le terrain    La gendarmerie neutralise un dangereux gang    Les phrases qui tuent    L'Algérie et son racisme    Remboursement des 20% des frais de médicaments non pris en charge par la CNAS    Installation d'un nouveau président de la commission de wilaya du parti FLN    On vous le dit    Les confrontations des promesses des sélectionneurs, qui aura raison ?    Le souci de son département de faire des maisons de jeunes des espaces d'éclosion des talents    «Corps et Mouvements», l'Espaco rouvre ses portes    5 députées du FLN affichent leur ralliement à Said Bouhadja    Renault Algérie prolonge les remises sur la Clio 4 et la Symbol    Menace sur 2 millions de diabétiques !    Citroën rend hommage à la mythique 2CV, qui célèbre ses 70 ans    Un arsenal judiciaire contre le harcèlement    2e Salon de la bande dessinée de Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections
Cambodge
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 07 - 2018

Ceux qui oseront appeler à boycotter les élections législatives du 29 juillet auCambodge risqueront des poursuitesjudiciaires, a mis en garde mardi la commissionélectorale alors que l'opposition,en exil, appelle à bouder les urnes."
Ceux qui oseront appeler à boycotter les élections législatives du 29 juillet auCambodge risqueront des poursuitesjudiciaires, a mis en garde mardi la commissionélectorale alors que l'opposition,en exil, appelle à bouder les urnes."
Nous prendrons des actions légalescontre eux", a menacé le chef de la commission,Tep Nypha, interrogé par unjournaliste sur les appels au boycott,"quand il y a délit, les autorités doivents'en charger".Ceux-ci circulent sur les réseauxsociaux, avec notamment une campagnedite du "doigt propre". Le processus électoralau Cambodge prévoit en effet queles électeurs ayant voté trempent leurdoigt dans l'encre après avoir déposé leurbulletin dans l'urne, afin d'éviter que certains ne votent plusieurs fois.
La menace du chef de la commission électorale n'est pas légère dans cepaysoù le chef du CNRP, principal parti d'opposition, Kem Sokha, a été mis en prisonau motif qu'il fomentait une révolution avec le soutien de Washington. "Nous devons protéger les intérêts de l'élection, du peuple et de la démocratie", a insisté le chef de la commission électorale, pour justifier ses menace de représailles.Il les a exprimées lors d'une conférence de presse présentant le matériel d'encrage qui sera utilisé dans les bureaux de vote. La principale formation d'opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), a été dissoute et la plupart des opposants vivent en exil pour échapper à des poursuites. Le partiau pouvoir (CPP) est donc assuré de remporter le scrutin, mais le régime essaye de mobiliser les électeurs, afind'éviter que les bureaux de vote soient vides, faute d'enjeu.Pour la CNRP
"Ce n'est pas une élection mais un plébiscite organisé pourHun Sen: il suffit d'aller voter pourn'importe quel parti en lice pour en faitvoter - oui - à Hun Sen puisque, sansvraie opposition, celui-ci est assuré de l'emporter haut la main dans cette élection qu'il va utiliser pour légitimer sonrégime de plus en plus contesté. Oncomprend alors l'acharnement des autorités,qui utilisent toutes sortes demenaces, pour forcer les gens à aller voter." Hun Sen se présente comme le Père de la Nation, seul à même de maintenir la stabilité, dans ce pays qui reste traumatisépar le régime des Khmers rouges dans lesannées 70, qui a vu mourir un quart de lapopulation.
Nous prendrons des actions légalescontre eux", a menacé le chef de la commission,Tep Nypha, interrogé par unjournaliste sur les appels au boycott,"quand il y a délit, les autorités doivents'en charger".Ceux-ci circulent sur les réseauxsociaux, avec notamment une campagnedite du "doigt propre". Le processus électoralau Cambodge prévoit en effet queles électeurs ayant voté trempent leurdoigt dans l'encre après avoir déposé leurbulletin dans l'urne, afin d'éviter que certains ne votent plusieurs fois.
La menace du chef de la commission électorale n'est pas légère dans cepaysoù le chef du CNRP, principal parti d'opposition, Kem Sokha, a été mis en prisonau motif qu'il fomentait une révolution avec le soutien de Washington. "Nous devons protéger les intérêts de l'élection, du peuple et de la démocratie", a insisté le chef de la commission électorale, pour justifier ses menace de représailles.Il les a exprimées lors d'une conférence de presse présentant le matériel d'encrage qui sera utilisé dans les bureaux de vote. La principale formation d'opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), a été dissoute et la plupart des opposants vivent en exil pour échapper à des poursuites. Le partiau pouvoir (CPP) est donc assuré de remporter le scrutin, mais le régime essaye de mobiliser les électeurs, afind'éviter que les bureaux de vote soient vides, faute d'enjeu.Pour la CNRP
"Ce n'est pas une élection mais un plébiscite organisé pourHun Sen: il suffit d'aller voter pourn'importe quel parti en lice pour en faitvoter - oui - à Hun Sen puisque, sansvraie opposition, celui-ci est assuré de l'emporter haut la main dans cette élection qu'il va utiliser pour légitimer sonrégime de plus en plus contesté. Oncomprend alors l'acharnement des autorités,qui utilisent toutes sortes demenaces, pour forcer les gens à aller voter." Hun Sen se présente comme le Père de la Nation, seul à même de maintenir la stabilité, dans ce pays qui reste traumatisépar le régime des Khmers rouges dans lesannées 70, qui a vu mourir un quart de lapopulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.