Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections
Cambodge
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 07 - 2018

Ceux qui oseront appeler à boycotter les élections législatives du 29 juillet auCambodge risqueront des poursuitesjudiciaires, a mis en garde mardi la commissionélectorale alors que l'opposition,en exil, appelle à bouder les urnes."
Ceux qui oseront appeler à boycotter les élections législatives du 29 juillet auCambodge risqueront des poursuitesjudiciaires, a mis en garde mardi la commissionélectorale alors que l'opposition,en exil, appelle à bouder les urnes."
Nous prendrons des actions légalescontre eux", a menacé le chef de la commission,Tep Nypha, interrogé par unjournaliste sur les appels au boycott,"quand il y a délit, les autorités doivents'en charger".Ceux-ci circulent sur les réseauxsociaux, avec notamment une campagnedite du "doigt propre". Le processus électoralau Cambodge prévoit en effet queles électeurs ayant voté trempent leurdoigt dans l'encre après avoir déposé leurbulletin dans l'urne, afin d'éviter que certains ne votent plusieurs fois.
La menace du chef de la commission électorale n'est pas légère dans cepaysoù le chef du CNRP, principal parti d'opposition, Kem Sokha, a été mis en prisonau motif qu'il fomentait une révolution avec le soutien de Washington. "Nous devons protéger les intérêts de l'élection, du peuple et de la démocratie", a insisté le chef de la commission électorale, pour justifier ses menace de représailles.Il les a exprimées lors d'une conférence de presse présentant le matériel d'encrage qui sera utilisé dans les bureaux de vote. La principale formation d'opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), a été dissoute et la plupart des opposants vivent en exil pour échapper à des poursuites. Le partiau pouvoir (CPP) est donc assuré de remporter le scrutin, mais le régime essaye de mobiliser les électeurs, afind'éviter que les bureaux de vote soient vides, faute d'enjeu.Pour la CNRP
"Ce n'est pas une élection mais un plébiscite organisé pourHun Sen: il suffit d'aller voter pourn'importe quel parti en lice pour en faitvoter - oui - à Hun Sen puisque, sansvraie opposition, celui-ci est assuré de l'emporter haut la main dans cette élection qu'il va utiliser pour légitimer sonrégime de plus en plus contesté. Oncomprend alors l'acharnement des autorités,qui utilisent toutes sortes demenaces, pour forcer les gens à aller voter." Hun Sen se présente comme le Père de la Nation, seul à même de maintenir la stabilité, dans ce pays qui reste traumatisépar le régime des Khmers rouges dans lesannées 70, qui a vu mourir un quart de lapopulation.
Nous prendrons des actions légalescontre eux", a menacé le chef de la commission,Tep Nypha, interrogé par unjournaliste sur les appels au boycott,"quand il y a délit, les autorités doivents'en charger".Ceux-ci circulent sur les réseauxsociaux, avec notamment une campagnedite du "doigt propre". Le processus électoralau Cambodge prévoit en effet queles électeurs ayant voté trempent leurdoigt dans l'encre après avoir déposé leurbulletin dans l'urne, afin d'éviter que certains ne votent plusieurs fois.
La menace du chef de la commission électorale n'est pas légère dans cepaysoù le chef du CNRP, principal parti d'opposition, Kem Sokha, a été mis en prisonau motif qu'il fomentait une révolution avec le soutien de Washington. "Nous devons protéger les intérêts de l'élection, du peuple et de la démocratie", a insisté le chef de la commission électorale, pour justifier ses menace de représailles.Il les a exprimées lors d'une conférence de presse présentant le matériel d'encrage qui sera utilisé dans les bureaux de vote. La principale formation d'opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), a été dissoute et la plupart des opposants vivent en exil pour échapper à des poursuites. Le partiau pouvoir (CPP) est donc assuré de remporter le scrutin, mais le régime essaye de mobiliser les électeurs, afind'éviter que les bureaux de vote soient vides, faute d'enjeu.Pour la CNRP
"Ce n'est pas une élection mais un plébiscite organisé pourHun Sen: il suffit d'aller voter pourn'importe quel parti en lice pour en faitvoter - oui - à Hun Sen puisque, sansvraie opposition, celui-ci est assuré de l'emporter haut la main dans cette élection qu'il va utiliser pour légitimer sonrégime de plus en plus contesté. Oncomprend alors l'acharnement des autorités,qui utilisent toutes sortes demenaces, pour forcer les gens à aller voter." Hun Sen se présente comme le Père de la Nation, seul à même de maintenir la stabilité, dans ce pays qui reste traumatisépar le régime des Khmers rouges dans lesannées 70, qui a vu mourir un quart de lapopulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.