Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un autre scandale pour Hadjar
Anarchie du doctorat lmd
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 10 - 2018

Le feuilleton des bévues continue dans le département de Tahar Hadjar. Cette fois ci, c'est le Cnes qui dénonceles conditions de gestion des inscriptions doctorales en l'absence de toute norme.
Le feuilleton des bévues continue dans le département de Tahar Hadjar. Cette fois ci, c'est le Cnes qui dénonceles conditions de gestion des inscriptions doctorales en l'absence de toute norme.
L'université algérienne n'en finitplus désormais avec les dérives. Ainsi la coordination du Cnes arévélé dans sa page Facebook "la gestion anarchique qui sévit en matièred'inscription au cycle de doctoratLMD".
Dans sa version des faits, lecoordinateur national du Syndicat desenseignants Abdelhafidh Milat a regretté que "le nombre d'inscrits pour l'inscription doctorale est égal au nombrede postes ouverts" estimant que"c'est anormal que 4 étudiants s'inscriventau concours pour 4 filières dans unmême jour d'examen". Ce qui dénoteselon lui d'une incohérence du fait que"90 % des postulants réussissent le concours de première année ce qui estinacceptable". Le Cnes critique en effetla décision ministérielle consistantàouvrir le maximum de postes pour le doctorat du système LMD alors qu'il étaitloisible de voir sur le terrain "les conditions pédagogiques et le nombre des enseignants pour l'encadrement des étudiants". Le coordinateur du syndicatenfonce le clou en révélant que "parfois, l'examen de concours se déroulesans les candidats du moment que l'ouverture des postes de doctorat a dépassé le seuil souhaité".
Comment un étudiantpeut-il s'inscrire dans plusieurs de post-graduation dont leconcours se déroule simultanément ? Apparemment c'est une première dansles annales de l'université algérienne. Généralement, toutes les facultésd'études dans le monde admettent unnombre précis de postulants au doctorat afin que le suivi pédagogique et l'encadrementsoient aux normes. Ce quin'est pas le cas actuellement où le Cnes constate que "4 se présententpour un concours pour 3 posteset le comble ils réussissent l'épreuve totale". Le porte-parole du Cnes citedes exemples dans les universités de Batna, Oum el-Bouaghi, Bordj-Bou-Arreridj et d'autres où ce procédé semble bien marcher. Quant à la version des associations estudiantines, elles'inscrit toutautrement en approuvant la décision de Hadjar sur ce point. Elleestime que l'augmentation des postes pour le doctorat LMD
est une revendication étudiants et correspond àleurs attentes en la matière après avoir constaté qu'auparavant, elle était limitéeà un nombre réduit d'inscrits. Le ministère qui semble ne pas reculer surcette décision n'arrive pas à avoir l'unanimité des enseignants quiconsidèrent toujours que le dialogue ne fonctionne pas correctement sur les questions d'ordre pédagogique et social. Toujours estil que le partenaire social fort démonté par ces décisions unilatérales risque d'embraser les campus par des grèves qui ontété déjà annoncées à l'horizon.
L'université algérienne n'en finitplus désormais avec les dérives. Ainsi la coordination du Cnes arévélé dans sa page Facebook "la gestion anarchique qui sévit en matièred'inscription au cycle de doctoratLMD".
Dans sa version des faits, lecoordinateur national du Syndicat desenseignants Abdelhafidh Milat a regretté que "le nombre d'inscrits pour l'inscription doctorale est égal au nombrede postes ouverts" estimant que"c'est anormal que 4 étudiants s'inscriventau concours pour 4 filières dans unmême jour d'examen". Ce qui dénoteselon lui d'une incohérence du fait que"90 % des postulants réussissent le concours de première année ce qui estinacceptable". Le Cnes critique en effetla décision ministérielle consistantàouvrir le maximum de postes pour le doctorat du système LMD alors qu'il étaitloisible de voir sur le terrain "les conditions pédagogiques et le nombre des enseignants pour l'encadrement des étudiants". Le coordinateur du syndicatenfonce le clou en révélant que "parfois, l'examen de concours se déroulesans les candidats du moment que l'ouverture des postes de doctorat a dépassé le seuil souhaité".
Comment un étudiantpeut-il s'inscrire dans plusieurs de post-graduation dont leconcours se déroule simultanément ? Apparemment c'est une première dansles annales de l'université algérienne. Généralement, toutes les facultésd'études dans le monde admettent unnombre précis de postulants au doctorat afin que le suivi pédagogique et l'encadrementsoient aux normes. Ce quin'est pas le cas actuellement où le Cnes constate que "4 se présententpour un concours pour 3 posteset le comble ils réussissent l'épreuve totale". Le porte-parole du Cnes citedes exemples dans les universités de Batna, Oum el-Bouaghi, Bordj-Bou-Arreridj et d'autres où ce procédé semble bien marcher. Quant à la version des associations estudiantines, elles'inscrit toutautrement en approuvant la décision de Hadjar sur ce point. Elleestime que l'augmentation des postes pour le doctorat LMD
est une revendication étudiants et correspond àleurs attentes en la matière après avoir constaté qu'auparavant, elle était limitéeà un nombre réduit d'inscrits. Le ministère qui semble ne pas reculer surcette décision n'arrive pas à avoir l'unanimité des enseignants quiconsidèrent toujours que le dialogue ne fonctionne pas correctement sur les questions d'ordre pédagogique et social. Toujours estil que le partenaire social fort démonté par ces décisions unilatérales risque d'embraser les campus par des grèves qui ontété déjà annoncées à l'horizon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.