Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un autre scandale pour Hadjar
Anarchie du doctorat lmd
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 10 - 2018

Le feuilleton des bévues continue dans le département de Tahar Hadjar. Cette fois ci, c'est le Cnes qui dénonceles conditions de gestion des inscriptions doctorales en l'absence de toute norme.
Le feuilleton des bévues continue dans le département de Tahar Hadjar. Cette fois ci, c'est le Cnes qui dénonceles conditions de gestion des inscriptions doctorales en l'absence de toute norme.
L'université algérienne n'en finitplus désormais avec les dérives. Ainsi la coordination du Cnes arévélé dans sa page Facebook "la gestion anarchique qui sévit en matièred'inscription au cycle de doctoratLMD".
Dans sa version des faits, lecoordinateur national du Syndicat desenseignants Abdelhafidh Milat a regretté que "le nombre d'inscrits pour l'inscription doctorale est égal au nombrede postes ouverts" estimant que"c'est anormal que 4 étudiants s'inscriventau concours pour 4 filières dans unmême jour d'examen". Ce qui dénoteselon lui d'une incohérence du fait que"90 % des postulants réussissent le concours de première année ce qui estinacceptable". Le Cnes critique en effetla décision ministérielle consistantàouvrir le maximum de postes pour le doctorat du système LMD alors qu'il étaitloisible de voir sur le terrain "les conditions pédagogiques et le nombre des enseignants pour l'encadrement des étudiants". Le coordinateur du syndicatenfonce le clou en révélant que "parfois, l'examen de concours se déroulesans les candidats du moment que l'ouverture des postes de doctorat a dépassé le seuil souhaité".
Comment un étudiantpeut-il s'inscrire dans plusieurs de post-graduation dont leconcours se déroule simultanément ? Apparemment c'est une première dansles annales de l'université algérienne. Généralement, toutes les facultésd'études dans le monde admettent unnombre précis de postulants au doctorat afin que le suivi pédagogique et l'encadrementsoient aux normes. Ce quin'est pas le cas actuellement où le Cnes constate que "4 se présententpour un concours pour 3 posteset le comble ils réussissent l'épreuve totale". Le porte-parole du Cnes citedes exemples dans les universités de Batna, Oum el-Bouaghi, Bordj-Bou-Arreridj et d'autres où ce procédé semble bien marcher. Quant à la version des associations estudiantines, elles'inscrit toutautrement en approuvant la décision de Hadjar sur ce point. Elleestime que l'augmentation des postes pour le doctorat LMD
est une revendication étudiants et correspond àleurs attentes en la matière après avoir constaté qu'auparavant, elle était limitéeà un nombre réduit d'inscrits. Le ministère qui semble ne pas reculer surcette décision n'arrive pas à avoir l'unanimité des enseignants quiconsidèrent toujours que le dialogue ne fonctionne pas correctement sur les questions d'ordre pédagogique et social. Toujours estil que le partenaire social fort démonté par ces décisions unilatérales risque d'embraser les campus par des grèves qui ontété déjà annoncées à l'horizon.
L'université algérienne n'en finitplus désormais avec les dérives. Ainsi la coordination du Cnes arévélé dans sa page Facebook "la gestion anarchique qui sévit en matièred'inscription au cycle de doctoratLMD".
Dans sa version des faits, lecoordinateur national du Syndicat desenseignants Abdelhafidh Milat a regretté que "le nombre d'inscrits pour l'inscription doctorale est égal au nombrede postes ouverts" estimant que"c'est anormal que 4 étudiants s'inscriventau concours pour 4 filières dans unmême jour d'examen". Ce qui dénoteselon lui d'une incohérence du fait que"90 % des postulants réussissent le concours de première année ce qui estinacceptable". Le Cnes critique en effetla décision ministérielle consistantàouvrir le maximum de postes pour le doctorat du système LMD alors qu'il étaitloisible de voir sur le terrain "les conditions pédagogiques et le nombre des enseignants pour l'encadrement des étudiants". Le coordinateur du syndicatenfonce le clou en révélant que "parfois, l'examen de concours se déroulesans les candidats du moment que l'ouverture des postes de doctorat a dépassé le seuil souhaité".
Comment un étudiantpeut-il s'inscrire dans plusieurs de post-graduation dont leconcours se déroule simultanément ? Apparemment c'est une première dansles annales de l'université algérienne. Généralement, toutes les facultésd'études dans le monde admettent unnombre précis de postulants au doctorat afin que le suivi pédagogique et l'encadrementsoient aux normes. Ce quin'est pas le cas actuellement où le Cnes constate que "4 se présententpour un concours pour 3 posteset le comble ils réussissent l'épreuve totale". Le porte-parole du Cnes citedes exemples dans les universités de Batna, Oum el-Bouaghi, Bordj-Bou-Arreridj et d'autres où ce procédé semble bien marcher. Quant à la version des associations estudiantines, elles'inscrit toutautrement en approuvant la décision de Hadjar sur ce point. Elleestime que l'augmentation des postes pour le doctorat LMD
est une revendication étudiants et correspond àleurs attentes en la matière après avoir constaté qu'auparavant, elle était limitéeà un nombre réduit d'inscrits. Le ministère qui semble ne pas reculer surcette décision n'arrive pas à avoir l'unanimité des enseignants quiconsidèrent toujours que le dialogue ne fonctionne pas correctement sur les questions d'ordre pédagogique et social. Toujours estil que le partenaire social fort démonté par ces décisions unilatérales risque d'embraser les campus par des grèves qui ontété déjà annoncées à l'horizon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.