Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    «Il faut faire confiance aux jeunes»    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia contrarié ?
Il ne défendra pas son bilan devant les députés
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 12 - 2018

Le grand remue-ménage que connaît la scène politique nationale, avec notamment les initiatives visant à reporter les élections présidentielles, semble avoir directement impacter le programme et l'agenda du Premier ministre Ahmed Ouyahia.
Le grand remue-ménage que connaît la scène politique nationale, avec notamment les initiatives visant à reporter les élections présidentielles, semble avoir directement impacter le programme et l'agenda du Premier ministre Ahmed Ouyahia.
En effet, le numéro deux de l'Exécutif, et c'est ce que laissent croire de nombreusessources, ne présentera pasfinalement sa déclaration de politiquegénérale devant l'APN durant ce mois dedécembre, comme cela était prévu auparavant.Et peut- être même jamais.Le programme de l'APN jusqu'à la fin dumois en cours, ne comporte aucunement la présentation de la déclaration de politique générale. Cet agenda comprend, d10 au 12 décembre, des séances plénières
consacrées au débat et au vote du projet deloi portant règlement budgétaire de l'année2016. Le jeudi 13 décembre sera consacréaux questions orales, et l'APN ne reprendrases travaux que le dimanche 23 décembre,avec la présentation par le gouverneurgénéral de la Banque d'Algérie, de son rapport
annuel sur l'évolution économique etmonétaire du pays et qui sera suivi d'undébat jusqu'à la journée du 24 décembre.
'APN clôturera ses travaux du mois en cours le 27 décembre, avec une séance plénièreconsacrée aux questions orales. Nulletrace donc, de la présentation de la déclarationde politique générale, alors qu'il y'ajuste quelques semaines, Ahmed Ouyahiaétait prêt à présenter devant les députés, le bilan annuel de l'action du gouvernementet ce, comme il s'y est engagé au mois de septembre 2017, lorsque il a présentéle plan d'action du gouvernement devant les deux chambres du Parlement.D'ailleurs, c'est une obligation constitutionnelle."
Le Gouvernement doit présenter annuellement à l'Assemblée populairenationale, une déclaration de politiquegénérale.La déclaration de politique générale donne lieu à débat sur l'action du Gouvernement. Ce débat peut s'achever par une résolution. Il peut également donner lieu, au dépôt d'une motion de censure par l'Assemblée populaire nationale", indique, en effet, 98 de la loi fondamentale.
Ce même article précise, que "le Premier ministre peut demander à l'Assemblée populaire nationale un vote de confiance. Si la motion de confiance n'est pas votée, le Premier ministre présente la démission du Gouvernement". Le même article stipule, que "le Gouvernement peut également présenter au Conseil de la nation, une déclaration de politique générale". Pourquoi donc ce changement de cap ? Ouyahia s'est il, une fois encore, soustrait à ses obligations constitutionnelles ? Selon des sources concordantes, le Premier ministre a affiché sa volonté de présenter son bilan devant le Parlement mais, avec les bouleversements que connaît la scène politique nationale, ses plans ont étécontrariés. En effet, l'accélération des événementsavec, notamment, l'hypothèse du report des élections présidentielles, sont à l'originede ce "revirement".Les initiatives politiques, particulièrement celles de TAJ et du MSP, qui tendent toutes les deux au report des élections présidentielles et qui commencent d'ailleursà susciter un vif intérêt, focalisent pour l'heure, toute l'attention de la classe politique.
De plus, les informations relatives à la maladie du président de la République,qui sont à l'origine de ces initiatives, relèguent au second plan cette question de la déclaration de politique générale. Car, dans des conditions politiques actuelles, la présidence de la République n'accordera jamais le quitus à Ahmed Ouyahia, pour se présenter devant les députés au moment même où certains cercles politiques veulentle pousser dans la course à la succession du président Bouteflika, dans le casoù, à l'évidence, ce dernier renonceà briguer un 5e mandat
En effet, le numéro deux de l'Exécutif, et c'est ce que laissent croire de nombreusessources, ne présentera pasfinalement sa déclaration de politiquegénérale devant l'APN durant ce mois dedécembre, comme cela était prévu auparavant.Et peut- être même jamais.Le programme de l'APN jusqu'à la fin dumois en cours, ne comporte aucunement la présentation de la déclaration de politique générale. Cet agenda comprend, d10 au 12 décembre, des séances plénières
consacrées au débat et au vote du projet deloi portant règlement budgétaire de l'année2016. Le jeudi 13 décembre sera consacréaux questions orales, et l'APN ne reprendrases travaux que le dimanche 23 décembre,avec la présentation par le gouverneurgénéral de la Banque d'Algérie, de son rapport
annuel sur l'évolution économique etmonétaire du pays et qui sera suivi d'undébat jusqu'à la journée du 24 décembre.
'APN clôturera ses travaux du mois en cours le 27 décembre, avec une séance plénièreconsacrée aux questions orales. Nulletrace donc, de la présentation de la déclarationde politique générale, alors qu'il y'ajuste quelques semaines, Ahmed Ouyahiaétait prêt à présenter devant les députés, le bilan annuel de l'action du gouvernementet ce, comme il s'y est engagé au mois de septembre 2017, lorsque il a présentéle plan d'action du gouvernement devant les deux chambres du Parlement.D'ailleurs, c'est une obligation constitutionnelle."
Le Gouvernement doit présenter annuellement à l'Assemblée populairenationale, une déclaration de politiquegénérale.La déclaration de politique générale donne lieu à débat sur l'action du Gouvernement. Ce débat peut s'achever par une résolution. Il peut également donner lieu, au dépôt d'une motion de censure par l'Assemblée populaire nationale", indique, en effet, 98 de la loi fondamentale.
Ce même article précise, que "le Premier ministre peut demander à l'Assemblée populaire nationale un vote de confiance. Si la motion de confiance n'est pas votée, le Premier ministre présente la démission du Gouvernement". Le même article stipule, que "le Gouvernement peut également présenter au Conseil de la nation, une déclaration de politique générale". Pourquoi donc ce changement de cap ? Ouyahia s'est il, une fois encore, soustrait à ses obligations constitutionnelles ? Selon des sources concordantes, le Premier ministre a affiché sa volonté de présenter son bilan devant le Parlement mais, avec les bouleversements que connaît la scène politique nationale, ses plans ont étécontrariés. En effet, l'accélération des événementsavec, notamment, l'hypothèse du report des élections présidentielles, sont à l'originede ce "revirement".Les initiatives politiques, particulièrement celles de TAJ et du MSP, qui tendent toutes les deux au report des élections présidentielles et qui commencent d'ailleursà susciter un vif intérêt, focalisent pour l'heure, toute l'attention de la classe politique.
De plus, les informations relatives à la maladie du président de la République,qui sont à l'origine de ces initiatives, relèguent au second plan cette question de la déclaration de politique générale. Car, dans des conditions politiques actuelles, la présidence de la République n'accordera jamais le quitus à Ahmed Ouyahia, pour se présenter devant les députés au moment même où certains cercles politiques veulentle pousser dans la course à la succession du président Bouteflika, dans le casoù, à l'évidence, ce dernier renonceà briguer un 5e mandat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.