Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les solutions "miracles" de Chakib Khelil
Régle 51/49, subventions, marché informel...
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 12 - 2018

Loin des soubresauts qui agitent actuellement en sourdine, les différents centresdécisionnels au sommet de l'Etat, sur fond de succession vaseuse, Chakib Khélil est monté ces dernières semainesen cadence, en enchaînant conférence sur conférence.
Loin des soubresauts qui agitent actuellement en sourdine, les différents centresdécisionnels au sommet de l'Etat, sur fond de succession vaseuse, Chakib Khélil est monté ces dernières semainesen cadence, en enchaînant conférence sur conférence.
ABoumerdès, Tizi-Ouzou et Béjaia, ses dernières haltes, après un précédent tour de plusieurs wilayas, l'exministrede l'Energie martèle systématiquementle même message, les mêmes élémentsde langage qui, mis bout à bout,s'apparentent à un projet économique clé enmain. Sous couvert d'académisme, sans doute pour ne pas prêter le flanc aux charges
politiques que ne manquent pas de provoquerses conférences, Chakib Khelil attaqueau marteau pilon les dogmes et autres vaches sacrées du modèle économiqueactuel, dont il prédit un collapsus inéluctable.
La fameuse loi 51/49, qui définit lecadre réglementaire des IDE, il n'hésite pas à la qualifier de "catastrophique", avec chiffresà l'appui sur le caractère "dérisoire" desinvestissements étrangers dans notre pays,comparé, à la Tunisie, le Maroc ou encorel'Egypte."Quelqu'un qui vient avec son propreargent, son know how technique et managériale,ne peut pas se résoudre à l'idée d'êtreminoritaire dans un projet d'investissement
avec un compatriote majoritaire par le seulfait d'être algérien, ça ne marche pas commeça", a-t-il argumenté devant les étudiants del'université de Boumerdés. Selon ChakibKhelil, l'Algérie est un pays à fort potentield'attractivité pour les investissements étrangers,mais encore faut-il faire sauter le verroudogmatique du 51/59 en y mettant plusde souplesse et de fléxibilité. Une manièrede rappeler que l'on "attrape pas lesmouches avec du vinaigre". Les servicessont également dans le collimateur de l'exhommefort du secteur de l'Energie qui réclame leur privatisation, du moins une partie. Leurs mauvaises performances actuelles, leurs dysfonctionnements en matière de prestation, qui nourrissent l'insatisfaction des citoyens, plaident pour leur ouverture aux investisseurs privés, pour créer de la concurrence, de la compétitivité,
tout en soulageant l'Etat dont les moyens seront de plus en plus réduits. S'agissant des prestations sociales de l'Etat, Chakib Khelil, faisant chorus avec d'autres hommes politiques et économistes, postule la nécessité absolue d'une révision radicale du système des subventions." Paradoxalement, le système actuel profite plus aux populations à fort pouvoir d'achat, qu'aux franges nécessiteuse", dit-ilencore en plaidant pour un changement de paradigme. Sur ce plan, le gouvernement partage la même analyse. Des experts multi profils qui sont détachés au
Premier ministère, travaillent depuis des mois à la mise en place du nouveau logiciel. Mais force est de constater que, pour le moment, on n'a pas encore vu des volutes de fumée blanche s'élever du palais du Gouvernement. Sans doute y verrat-on plus clair, après la présidentielledont la tenue ne doit pas s'encombrer de risques de turbulences sociales. Mais la mesure la plus radicale de Chalib Khelil concerne le volet financier, plus singulièrement l'argent de l'informel qui représente, selon lui, le tiers de la masse financière globale du pays. Après avoir fait leconstat, que toutes les tentatives du gouvernementde ramener cet argent dans les circuits formels ont fait choux blanc, malgré toutes les assurances données aux porteurs de ces capitaux dormant, il ne propose rien moins qu'un changement de monnaie nationale.
C'est une mesure coercitive, qui obligera les acteurs de l'informel à bancariserleurs bas de laines, certes, mais elle n'est pas sans risques de troubles politiques. De nombreux citoyens, par convictions religieuses ou par défiance à l'égard de labureaucratie étatique, préfèrent stocker leur argent dans des sacs de plastique en ayantcette sérénité de pouvoir en disposer en toute latitude. Mais, avec cet air de ne pas y toucher, de ne pas se soucier de ce qui se passe actuellement sur le front politique, Chakib Khélil, n'est-il pas en train de faire le VRP de son modèle économique, aveccette arrière-pensée de se poser déjà en alternative pour l'après présidentielle? Difficile en effet de croire que ses "conférences académiques"soient uniquement dictées par le souci de la coquetterie intellectuelle
ABoumerdès, Tizi-Ouzou et Béjaia, ses dernières haltes, après un précédent tour de plusieurs wilayas, l'exministrede l'Energie martèle systématiquementle même message, les mêmes élémentsde langage qui, mis bout à bout,s'apparentent à un projet économique clé enmain. Sous couvert d'académisme, sans doute pour ne pas prêter le flanc aux charges
politiques que ne manquent pas de provoquerses conférences, Chakib Khelil attaqueau marteau pilon les dogmes et autres vaches sacrées du modèle économiqueactuel, dont il prédit un collapsus inéluctable.
La fameuse loi 51/49, qui définit lecadre réglementaire des IDE, il n'hésite pas à la qualifier de "catastrophique", avec chiffresà l'appui sur le caractère "dérisoire" desinvestissements étrangers dans notre pays,comparé, à la Tunisie, le Maroc ou encorel'Egypte."Quelqu'un qui vient avec son propreargent, son know how technique et managériale,ne peut pas se résoudre à l'idée d'êtreminoritaire dans un projet d'investissement
avec un compatriote majoritaire par le seulfait d'être algérien, ça ne marche pas commeça", a-t-il argumenté devant les étudiants del'université de Boumerdés. Selon ChakibKhelil, l'Algérie est un pays à fort potentield'attractivité pour les investissements étrangers,mais encore faut-il faire sauter le verroudogmatique du 51/59 en y mettant plusde souplesse et de fléxibilité. Une manièrede rappeler que l'on "attrape pas lesmouches avec du vinaigre". Les servicessont également dans le collimateur de l'exhommefort du secteur de l'Energie qui réclame leur privatisation, du moins une partie. Leurs mauvaises performances actuelles, leurs dysfonctionnements en matière de prestation, qui nourrissent l'insatisfaction des citoyens, plaident pour leur ouverture aux investisseurs privés, pour créer de la concurrence, de la compétitivité,
tout en soulageant l'Etat dont les moyens seront de plus en plus réduits. S'agissant des prestations sociales de l'Etat, Chakib Khelil, faisant chorus avec d'autres hommes politiques et économistes, postule la nécessité absolue d'une révision radicale du système des subventions." Paradoxalement, le système actuel profite plus aux populations à fort pouvoir d'achat, qu'aux franges nécessiteuse", dit-ilencore en plaidant pour un changement de paradigme. Sur ce plan, le gouvernement partage la même analyse. Des experts multi profils qui sont détachés au
Premier ministère, travaillent depuis des mois à la mise en place du nouveau logiciel. Mais force est de constater que, pour le moment, on n'a pas encore vu des volutes de fumée blanche s'élever du palais du Gouvernement. Sans doute y verrat-on plus clair, après la présidentielledont la tenue ne doit pas s'encombrer de risques de turbulences sociales. Mais la mesure la plus radicale de Chalib Khelil concerne le volet financier, plus singulièrement l'argent de l'informel qui représente, selon lui, le tiers de la masse financière globale du pays. Après avoir fait leconstat, que toutes les tentatives du gouvernementde ramener cet argent dans les circuits formels ont fait choux blanc, malgré toutes les assurances données aux porteurs de ces capitaux dormant, il ne propose rien moins qu'un changement de monnaie nationale.
C'est une mesure coercitive, qui obligera les acteurs de l'informel à bancariserleurs bas de laines, certes, mais elle n'est pas sans risques de troubles politiques. De nombreux citoyens, par convictions religieuses ou par défiance à l'égard de labureaucratie étatique, préfèrent stocker leur argent dans des sacs de plastique en ayantcette sérénité de pouvoir en disposer en toute latitude. Mais, avec cet air de ne pas y toucher, de ne pas se soucier de ce qui se passe actuellement sur le front politique, Chakib Khélil, n'est-il pas en train de faire le VRP de son modèle économique, aveccette arrière-pensée de se poser déjà en alternative pour l'après présidentielle? Difficile en effet de croire que ses "conférences académiques"soient uniquement dictées par le souci de la coquetterie intellectuelle


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.