Enquête au FLN    «Les problèmes sécuritaires n'ont pas empêché l'avancement»    Les ambitions du ministère de l'Agriculture    L'électrique à portée de tous    La mobilité de demain    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enfin la répartition des tâches !    Le monoxyde de carbone enregistre sa première victime de l'année    Plus de 2 000 enseignants au concours de promotion au grade de professeur principal et formateur    Les localités touchées par la fièvre aphteuse demandent des quotas de vaccins en urgence    La perte, la peur et le mystère des yeux bandés    ACTUCULT    Les écrivains et les écrevisses    Tunisie, Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?    L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Brexit: Que va-t-il se passer après le rejet de l'accord par le parlement britannique?    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Nouvel an amazigh 2969 : La tradition perpétuée en Kabylie    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    FAF: Ould Zmirli démissionne pour se consacrer à la politique    Selon des syndicats de l'Education: La grève du 21 janvier inévitable    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Ballon carré    Importation de blé: Moscou évincera-t-il Paris du marché algérien ?    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    6 productions en compétition    Un aboutissement de la revendication identitaire    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    L'énigme Hamrouche    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les solutions "miracles" de Chakib Khelil
Régle 51/49, subventions, marché informel...
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 12 - 2018

Loin des soubresauts qui agitent actuellement en sourdine, les différents centresdécisionnels au sommet de l'Etat, sur fond de succession vaseuse, Chakib Khélil est monté ces dernières semainesen cadence, en enchaînant conférence sur conférence.
Loin des soubresauts qui agitent actuellement en sourdine, les différents centresdécisionnels au sommet de l'Etat, sur fond de succession vaseuse, Chakib Khélil est monté ces dernières semainesen cadence, en enchaînant conférence sur conférence.
ABoumerdès, Tizi-Ouzou et Béjaia, ses dernières haltes, après un précédent tour de plusieurs wilayas, l'exministrede l'Energie martèle systématiquementle même message, les mêmes élémentsde langage qui, mis bout à bout,s'apparentent à un projet économique clé enmain. Sous couvert d'académisme, sans doute pour ne pas prêter le flanc aux charges
politiques que ne manquent pas de provoquerses conférences, Chakib Khelil attaqueau marteau pilon les dogmes et autres vaches sacrées du modèle économiqueactuel, dont il prédit un collapsus inéluctable.
La fameuse loi 51/49, qui définit lecadre réglementaire des IDE, il n'hésite pas à la qualifier de "catastrophique", avec chiffresà l'appui sur le caractère "dérisoire" desinvestissements étrangers dans notre pays,comparé, à la Tunisie, le Maroc ou encorel'Egypte."Quelqu'un qui vient avec son propreargent, son know how technique et managériale,ne peut pas se résoudre à l'idée d'êtreminoritaire dans un projet d'investissement
avec un compatriote majoritaire par le seulfait d'être algérien, ça ne marche pas commeça", a-t-il argumenté devant les étudiants del'université de Boumerdés. Selon ChakibKhelil, l'Algérie est un pays à fort potentield'attractivité pour les investissements étrangers,mais encore faut-il faire sauter le verroudogmatique du 51/59 en y mettant plusde souplesse et de fléxibilité. Une manièrede rappeler que l'on "attrape pas lesmouches avec du vinaigre". Les servicessont également dans le collimateur de l'exhommefort du secteur de l'Energie qui réclame leur privatisation, du moins une partie. Leurs mauvaises performances actuelles, leurs dysfonctionnements en matière de prestation, qui nourrissent l'insatisfaction des citoyens, plaident pour leur ouverture aux investisseurs privés, pour créer de la concurrence, de la compétitivité,
tout en soulageant l'Etat dont les moyens seront de plus en plus réduits. S'agissant des prestations sociales de l'Etat, Chakib Khelil, faisant chorus avec d'autres hommes politiques et économistes, postule la nécessité absolue d'une révision radicale du système des subventions." Paradoxalement, le système actuel profite plus aux populations à fort pouvoir d'achat, qu'aux franges nécessiteuse", dit-ilencore en plaidant pour un changement de paradigme. Sur ce plan, le gouvernement partage la même analyse. Des experts multi profils qui sont détachés au
Premier ministère, travaillent depuis des mois à la mise en place du nouveau logiciel. Mais force est de constater que, pour le moment, on n'a pas encore vu des volutes de fumée blanche s'élever du palais du Gouvernement. Sans doute y verrat-on plus clair, après la présidentielledont la tenue ne doit pas s'encombrer de risques de turbulences sociales. Mais la mesure la plus radicale de Chalib Khelil concerne le volet financier, plus singulièrement l'argent de l'informel qui représente, selon lui, le tiers de la masse financière globale du pays. Après avoir fait leconstat, que toutes les tentatives du gouvernementde ramener cet argent dans les circuits formels ont fait choux blanc, malgré toutes les assurances données aux porteurs de ces capitaux dormant, il ne propose rien moins qu'un changement de monnaie nationale.
C'est une mesure coercitive, qui obligera les acteurs de l'informel à bancariserleurs bas de laines, certes, mais elle n'est pas sans risques de troubles politiques. De nombreux citoyens, par convictions religieuses ou par défiance à l'égard de labureaucratie étatique, préfèrent stocker leur argent dans des sacs de plastique en ayantcette sérénité de pouvoir en disposer en toute latitude. Mais, avec cet air de ne pas y toucher, de ne pas se soucier de ce qui se passe actuellement sur le front politique, Chakib Khélil, n'est-il pas en train de faire le VRP de son modèle économique, aveccette arrière-pensée de se poser déjà en alternative pour l'après présidentielle? Difficile en effet de croire que ses "conférences académiques"soient uniquement dictées par le souci de la coquetterie intellectuelle
ABoumerdès, Tizi-Ouzou et Béjaia, ses dernières haltes, après un précédent tour de plusieurs wilayas, l'exministrede l'Energie martèle systématiquementle même message, les mêmes élémentsde langage qui, mis bout à bout,s'apparentent à un projet économique clé enmain. Sous couvert d'académisme, sans doute pour ne pas prêter le flanc aux charges
politiques que ne manquent pas de provoquerses conférences, Chakib Khelil attaqueau marteau pilon les dogmes et autres vaches sacrées du modèle économiqueactuel, dont il prédit un collapsus inéluctable.
La fameuse loi 51/49, qui définit lecadre réglementaire des IDE, il n'hésite pas à la qualifier de "catastrophique", avec chiffresà l'appui sur le caractère "dérisoire" desinvestissements étrangers dans notre pays,comparé, à la Tunisie, le Maroc ou encorel'Egypte."Quelqu'un qui vient avec son propreargent, son know how technique et managériale,ne peut pas se résoudre à l'idée d'êtreminoritaire dans un projet d'investissement
avec un compatriote majoritaire par le seulfait d'être algérien, ça ne marche pas commeça", a-t-il argumenté devant les étudiants del'université de Boumerdés. Selon ChakibKhelil, l'Algérie est un pays à fort potentield'attractivité pour les investissements étrangers,mais encore faut-il faire sauter le verroudogmatique du 51/59 en y mettant plusde souplesse et de fléxibilité. Une manièrede rappeler que l'on "attrape pas lesmouches avec du vinaigre". Les servicessont également dans le collimateur de l'exhommefort du secteur de l'Energie qui réclame leur privatisation, du moins une partie. Leurs mauvaises performances actuelles, leurs dysfonctionnements en matière de prestation, qui nourrissent l'insatisfaction des citoyens, plaident pour leur ouverture aux investisseurs privés, pour créer de la concurrence, de la compétitivité,
tout en soulageant l'Etat dont les moyens seront de plus en plus réduits. S'agissant des prestations sociales de l'Etat, Chakib Khelil, faisant chorus avec d'autres hommes politiques et économistes, postule la nécessité absolue d'une révision radicale du système des subventions." Paradoxalement, le système actuel profite plus aux populations à fort pouvoir d'achat, qu'aux franges nécessiteuse", dit-ilencore en plaidant pour un changement de paradigme. Sur ce plan, le gouvernement partage la même analyse. Des experts multi profils qui sont détachés au
Premier ministère, travaillent depuis des mois à la mise en place du nouveau logiciel. Mais force est de constater que, pour le moment, on n'a pas encore vu des volutes de fumée blanche s'élever du palais du Gouvernement. Sans doute y verrat-on plus clair, après la présidentielledont la tenue ne doit pas s'encombrer de risques de turbulences sociales. Mais la mesure la plus radicale de Chalib Khelil concerne le volet financier, plus singulièrement l'argent de l'informel qui représente, selon lui, le tiers de la masse financière globale du pays. Après avoir fait leconstat, que toutes les tentatives du gouvernementde ramener cet argent dans les circuits formels ont fait choux blanc, malgré toutes les assurances données aux porteurs de ces capitaux dormant, il ne propose rien moins qu'un changement de monnaie nationale.
C'est une mesure coercitive, qui obligera les acteurs de l'informel à bancariserleurs bas de laines, certes, mais elle n'est pas sans risques de troubles politiques. De nombreux citoyens, par convictions religieuses ou par défiance à l'égard de labureaucratie étatique, préfèrent stocker leur argent dans des sacs de plastique en ayantcette sérénité de pouvoir en disposer en toute latitude. Mais, avec cet air de ne pas y toucher, de ne pas se soucier de ce qui se passe actuellement sur le front politique, Chakib Khélil, n'est-il pas en train de faire le VRP de son modèle économique, aveccette arrière-pensée de se poser déjà en alternative pour l'après présidentielle? Difficile en effet de croire que ses "conférences académiques"soient uniquement dictées par le souci de la coquetterie intellectuelle


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.