«Nous avons déjà collecté plus de signatures qu'en 2014»    Qu'est-ce qui fait courir Djaballah ?    Les 4 samedis    Deux pavillons pour 280 exposants    Les investisseurs déçus    Forte mobilisation, tension mais sans incidents    Macky Sall face à une concurrence allégée    Un millier d'écoles fermées en raison des menaces    La sélection algérienne en stage à Souidania    Atlético, l'inaltérable bloc    Autorisation    Echec des négociations avec la tutelle    Docteur Abdellah Fenni, Doctorat h. c. en Hypnothérapie, Praticien en techniques de libération des émotions, au Soirmagazine :    Ni gym ni régime : quelques gestes pour mincir à la paresseuse !    Le fonds documentaire de Djemaâ Djoghlal et Amar Nagadi remis aux bénéficiaires    Grande affluence à l'exposition de photos de la presse mondiale de 2018    Candidat unique ? La bonne blague !    Mostaganem : Le ministre satisfait de la production agricole    Salon du tourisme à Oran : Air Algérie accorde des réductions de 55% sur ses tarifs    Culture : Nadia Belarbi, une écrivaine talentueuse    Aïn Tagouraït (Tipasa) : La mainmise des réseaux maffieux sur la wilaya    Edition Chihab : La guerre d'Algérie dans le roman français    Bouteflika demain à Genève pour un contrôle médical    Tiaret: Deux officiers tués dans le crash d'un avion militaire    Ligue des champions d'Afrique : Al-Ismaïly - CSC aujourd'hui à 17 h 00: Le Chabab confiant malgré les obstacles    Otages de fausses promesses    USM El Harrach - RC Kouba reporté à mardi    Trois médailles, dont une en or pour l'Algérie    L'Algérie éliminée par la France    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Un enseignant en retraite tue sa fille de 17 ans    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    Pour une valorisation des pratiques innovantes dans le processus d'enseignement    La CAF rejette le recours de la FAF    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    13 communes d'Alger seront touchées    Plus de 11.000 infractions en 2018    Tayeb Belaiz prète serment    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mariée à son insu à un "terroriste"
Bradée par ses parents pour de l'argent
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 01 - 2019

L'affaire est d'une étrange complexité. Pour simplifier, c'est l'histoire de deux parents ayant bradé leur fille de 25 ans à un "daechiste" activant entre la Turquie et la Syrie pour de l'argent
L'affaire est d'une étrange complexité. Pour simplifier, c'est l'histoire de deux parents ayant bradé leur fille de 25 ans à un "daechiste" activant entre la Turquie et la Syrie pour de l'argent
Àson insu Romaissa, originaire d'Alger, a été marié à un terroriste, lui également algérien. La jeunefille de l'époque voyait grand. Car, ses parents lui ont fait miroiter l'émigration.Somme toute, l'eldorado.Ils n'ont toutefois rien lâché sur le profildu prétendant. Car ce dernier leur graissaitla patte à coup de coquettes sommes endinars. Il s'occupait également des fraisd'hébergement pendant leurs séjours enTurquie.Au fil du temps, les deux parents se sonttransformés en véritable convoyeurs defonds. Ils participaient à des transferts illicitesde devises.
Le mariage
Tout a commencé lorsque le père, prénommé Hocine, est parti en Turquie pour rencontrer son fils Lamine qui activaitaussi dans les rangs de la nébuleuse terroriste
en Syrie. A l'aéroport d'Istanbul, ilfait la connaissance d'un agent de liaisonavec les groupes armés. D'une discussion à une autre, le recruteur de Daech a mis sur la table la proposition une proposition de mariage entre Romaissa et un homme de sa connaissance. Un certain "Youcef Z".
Un rendez-vous arrangé avec le prétendant a été organisé. Lors de leur entrevue, le père a donné son accord avec comme condition le retour du terroriste en Algérie pour célébrer le mariage. Ce à quoi il a argué qu'il ne pourrait pas. Une relation virtuelle s'est établie alors. D'abord entre Hocine et Youcef, puis entrece dernier et Romaissa. Les protocoles de la demande en mariage ont été respectés même en l'absence de l'intéressé. Quand on parle de mariage, il s'agit bien évidemment d'un mariage religieux. Fin 2013, Romaissa et sesparents se rendent en Turquie. Eux partent à la rencontre de leur fils. Quant à leur fille, ils la laissent seule pour son premier rendez-vous galant.
Le départ
Après leur retour en Algérie, la relation virtuelle a repris. Le mariage religieux à distance a fini par être scellé. En juin 2014, la jeune femme quitte Alger pour aller s'installer à Istanbul. Deux ans plus tard, celle qui est devenue mère de deux enfants commence à se douter de l'activité de son époux. Son frère quant à lui, est rentré en Algérie où il a été transféré à la prison de Chlef. Sur le qui-vive, les services de sécurité enquêtait en effet sur cette affaire depuis ledépart de Romaissa.
Le calvaire
C'est à ce moment-là que les deux parents se mouillent jusqu'au cou, allant à la rencontrede personnes inconnues pour récupérer des sommes d'argent. Ils ont également envoyé de l'argent à leur fille dont la situation se corsait. Deux émissaires finissent par être arrêtés en flagrant délit à l'hôpital Nafissa-Hamoud d'Hussein-Dey. Les deux parents ont été appréhendés à leur tour. Face auxenquêteurs, ils ont avoué une multitude de choses. Au total, six personnes dont Romaissa et son époux ont comparu dimanche dernier au tribunal de Dar el- Beïda, selon une chaîne de télévisionprivée.
Àson insu Romaissa, originaire d'Alger, a été marié à un terroriste, lui également algérien. La jeunefille de l'époque voyait grand. Car, ses parents lui ont fait miroiter l'émigration.Somme toute, l'eldorado.Ils n'ont toutefois rien lâché sur le profildu prétendant. Car ce dernier leur graissaitla patte à coup de coquettes sommes endinars. Il s'occupait également des fraisd'hébergement pendant leurs séjours enTurquie.Au fil du temps, les deux parents se sonttransformés en véritable convoyeurs defonds. Ils participaient à des transferts illicitesde devises.
Le mariage
Tout a commencé lorsque le père, prénommé Hocine, est parti en Turquie pour rencontrer son fils Lamine qui activaitaussi dans les rangs de la nébuleuse terroriste
en Syrie. A l'aéroport d'Istanbul, ilfait la connaissance d'un agent de liaisonavec les groupes armés. D'une discussion à une autre, le recruteur de Daech a mis sur la table la proposition une proposition de mariage entre Romaissa et un homme de sa connaissance. Un certain "Youcef Z".
Un rendez-vous arrangé avec le prétendant a été organisé. Lors de leur entrevue, le père a donné son accord avec comme condition le retour du terroriste en Algérie pour célébrer le mariage. Ce à quoi il a argué qu'il ne pourrait pas. Une relation virtuelle s'est établie alors. D'abord entre Hocine et Youcef, puis entrece dernier et Romaissa. Les protocoles de la demande en mariage ont été respectés même en l'absence de l'intéressé. Quand on parle de mariage, il s'agit bien évidemment d'un mariage religieux. Fin 2013, Romaissa et sesparents se rendent en Turquie. Eux partent à la rencontre de leur fils. Quant à leur fille, ils la laissent seule pour son premier rendez-vous galant.
Le départ
Après leur retour en Algérie, la relation virtuelle a repris. Le mariage religieux à distance a fini par être scellé. En juin 2014, la jeune femme quitte Alger pour aller s'installer à Istanbul. Deux ans plus tard, celle qui est devenue mère de deux enfants commence à se douter de l'activité de son époux. Son frère quant à lui, est rentré en Algérie où il a été transféré à la prison de Chlef. Sur le qui-vive, les services de sécurité enquêtait en effet sur cette affaire depuis ledépart de Romaissa.
Le calvaire
C'est à ce moment-là que les deux parents se mouillent jusqu'au cou, allant à la rencontrede personnes inconnues pour récupérer des sommes d'argent. Ils ont également envoyé de l'argent à leur fille dont la situation se corsait. Deux émissaires finissent par être arrêtés en flagrant délit à l'hôpital Nafissa-Hamoud d'Hussein-Dey. Les deux parents ont été appréhendés à leur tour. Face auxenquêteurs, ils ont avoué une multitude de choses. Au total, six personnes dont Romaissa et son époux ont comparu dimanche dernier au tribunal de Dar el- Beïda, selon une chaîne de télévisionprivée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.