Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    ETRHB Haddad à Tizi Ouzou.. Incertitude et angoisse des travailleurs    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Lutte contre la criminalité.. Interpellations à Tlemcen, Tébessa, et Aïn defla    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Baromètre.. En Baisse : Le RND    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    France.. Les protestations continuent    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Pour une commission de transition et une transparence des élections    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Crise politique et crise de nerfs    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    En bref…    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Dépasser l'impasse du juridisme étroit par le dialogue productif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mariée à son insu à un "terroriste"
Bradée par ses parents pour de l'argent
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 01 - 2019

L'affaire est d'une étrange complexité. Pour simplifier, c'est l'histoire de deux parents ayant bradé leur fille de 25 ans à un "daechiste" activant entre la Turquie et la Syrie pour de l'argent
L'affaire est d'une étrange complexité. Pour simplifier, c'est l'histoire de deux parents ayant bradé leur fille de 25 ans à un "daechiste" activant entre la Turquie et la Syrie pour de l'argent
Àson insu Romaissa, originaire d'Alger, a été marié à un terroriste, lui également algérien. La jeunefille de l'époque voyait grand. Car, ses parents lui ont fait miroiter l'émigration.Somme toute, l'eldorado.Ils n'ont toutefois rien lâché sur le profildu prétendant. Car ce dernier leur graissaitla patte à coup de coquettes sommes endinars. Il s'occupait également des fraisd'hébergement pendant leurs séjours enTurquie.Au fil du temps, les deux parents se sonttransformés en véritable convoyeurs defonds. Ils participaient à des transferts illicitesde devises.
Le mariage
Tout a commencé lorsque le père, prénommé Hocine, est parti en Turquie pour rencontrer son fils Lamine qui activaitaussi dans les rangs de la nébuleuse terroriste
en Syrie. A l'aéroport d'Istanbul, ilfait la connaissance d'un agent de liaisonavec les groupes armés. D'une discussion à une autre, le recruteur de Daech a mis sur la table la proposition une proposition de mariage entre Romaissa et un homme de sa connaissance. Un certain "Youcef Z".
Un rendez-vous arrangé avec le prétendant a été organisé. Lors de leur entrevue, le père a donné son accord avec comme condition le retour du terroriste en Algérie pour célébrer le mariage. Ce à quoi il a argué qu'il ne pourrait pas. Une relation virtuelle s'est établie alors. D'abord entre Hocine et Youcef, puis entrece dernier et Romaissa. Les protocoles de la demande en mariage ont été respectés même en l'absence de l'intéressé. Quand on parle de mariage, il s'agit bien évidemment d'un mariage religieux. Fin 2013, Romaissa et sesparents se rendent en Turquie. Eux partent à la rencontre de leur fils. Quant à leur fille, ils la laissent seule pour son premier rendez-vous galant.
Le départ
Après leur retour en Algérie, la relation virtuelle a repris. Le mariage religieux à distance a fini par être scellé. En juin 2014, la jeune femme quitte Alger pour aller s'installer à Istanbul. Deux ans plus tard, celle qui est devenue mère de deux enfants commence à se douter de l'activité de son époux. Son frère quant à lui, est rentré en Algérie où il a été transféré à la prison de Chlef. Sur le qui-vive, les services de sécurité enquêtait en effet sur cette affaire depuis ledépart de Romaissa.
Le calvaire
C'est à ce moment-là que les deux parents se mouillent jusqu'au cou, allant à la rencontrede personnes inconnues pour récupérer des sommes d'argent. Ils ont également envoyé de l'argent à leur fille dont la situation se corsait. Deux émissaires finissent par être arrêtés en flagrant délit à l'hôpital Nafissa-Hamoud d'Hussein-Dey. Les deux parents ont été appréhendés à leur tour. Face auxenquêteurs, ils ont avoué une multitude de choses. Au total, six personnes dont Romaissa et son époux ont comparu dimanche dernier au tribunal de Dar el- Beïda, selon une chaîne de télévisionprivée.
Àson insu Romaissa, originaire d'Alger, a été marié à un terroriste, lui également algérien. La jeunefille de l'époque voyait grand. Car, ses parents lui ont fait miroiter l'émigration.Somme toute, l'eldorado.Ils n'ont toutefois rien lâché sur le profildu prétendant. Car ce dernier leur graissaitla patte à coup de coquettes sommes endinars. Il s'occupait également des fraisd'hébergement pendant leurs séjours enTurquie.Au fil du temps, les deux parents se sonttransformés en véritable convoyeurs defonds. Ils participaient à des transferts illicitesde devises.
Le mariage
Tout a commencé lorsque le père, prénommé Hocine, est parti en Turquie pour rencontrer son fils Lamine qui activaitaussi dans les rangs de la nébuleuse terroriste
en Syrie. A l'aéroport d'Istanbul, ilfait la connaissance d'un agent de liaisonavec les groupes armés. D'une discussion à une autre, le recruteur de Daech a mis sur la table la proposition une proposition de mariage entre Romaissa et un homme de sa connaissance. Un certain "Youcef Z".
Un rendez-vous arrangé avec le prétendant a été organisé. Lors de leur entrevue, le père a donné son accord avec comme condition le retour du terroriste en Algérie pour célébrer le mariage. Ce à quoi il a argué qu'il ne pourrait pas. Une relation virtuelle s'est établie alors. D'abord entre Hocine et Youcef, puis entrece dernier et Romaissa. Les protocoles de la demande en mariage ont été respectés même en l'absence de l'intéressé. Quand on parle de mariage, il s'agit bien évidemment d'un mariage religieux. Fin 2013, Romaissa et sesparents se rendent en Turquie. Eux partent à la rencontre de leur fils. Quant à leur fille, ils la laissent seule pour son premier rendez-vous galant.
Le départ
Après leur retour en Algérie, la relation virtuelle a repris. Le mariage religieux à distance a fini par être scellé. En juin 2014, la jeune femme quitte Alger pour aller s'installer à Istanbul. Deux ans plus tard, celle qui est devenue mère de deux enfants commence à se douter de l'activité de son époux. Son frère quant à lui, est rentré en Algérie où il a été transféré à la prison de Chlef. Sur le qui-vive, les services de sécurité enquêtait en effet sur cette affaire depuis ledépart de Romaissa.
Le calvaire
C'est à ce moment-là que les deux parents se mouillent jusqu'au cou, allant à la rencontrede personnes inconnues pour récupérer des sommes d'argent. Ils ont également envoyé de l'argent à leur fille dont la situation se corsait. Deux émissaires finissent par être arrêtés en flagrant délit à l'hôpital Nafissa-Hamoud d'Hussein-Dey. Les deux parents ont été appréhendés à leur tour. Face auxenquêteurs, ils ont avoué une multitude de choses. Au total, six personnes dont Romaissa et son époux ont comparu dimanche dernier au tribunal de Dar el- Beïda, selon une chaîne de télévisionprivée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.