Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Nouveau secrétariat national pour le FFS    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    La présidentielle, un scrutin disqualifié d'avance    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Perte de 125.000 emplois
Secteur du bâtiment
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 04 - 2019

Plus de 1.300 entreprises ont cessé leur activité faute de plan de charge, 3.000autres sont menacées de disparition et125.000 ont été emplois perdus à la finmars.
Plus de 1.300 entreprises ont cessé leur activité faute de plan de charge, 3.000autres sont menacées de disparition et125.000 ont été emplois perdus à la finmars.
Ces chiffres émanent del'Association générale des entrepreneursalgériens (AGEA). Le secteur du BTPHen Algérie souffre et les professionnelsdu secteur tirent la sonnette d'alarme."Il a été constaté que 1360 entreprisesont cessé leur activité faute de plan de charge et de non signature des différentsavenants ainsi que les différents retardsde paiement des situations pour l'année2018/2019", écrit l'AGEA dans un communiqué."
A la fin mars 2019, il a étérapporté la perte de 125.000 emplois",ajoute l'association.Selon la même source, la projection dela situation actuelle à la fin du premiertrimestre 2019 ainsi que le début dudeuxième semestre 2019, période quiinclura le Ramadhan, I'Aïd el-fitr, lesvacances d'été, l'Aïd el-Kebir, la rentréesociale, "font que tout cela n'augure rienentreprises et il se pourrait que pasmoins de 3 000 entreprises mettent la clésous le paillasson".L'AGEA relève le "manque deconfiance et un divorce flagrant" des entreprises envers les structurespubliques détentrices de la majorité du plan de charge. L'AGEAestime que l'intervention des autorités est impérieuse "ceci dans le seul but de pérenniser l'entreprise et de sauvegarder les emplois qui demeurent menacés et de permettre la relance définitive du secteur". Dans ce contexte, l'AGEA interpelle les hautes autorités du pays
"pour que tous les concernés se mettent en extrême urgence autour d'une table et sortent avec des propositions opérationnelles exécutoires dans I'immédiat même s'il y a lieu de prendre des mesures conservatoires qui permettent de diminuerI'asphyxie des entreprises, et juste après leur permettre de reprendre leur situation normale de travail". L'AGEA informe ses adhérents quetoutes ces doléances seront discutées lors de I'assemblée générale de I'association qui se tiendra le mercredi 10 avril 2019 à son siège, au cours de laquelle "des propositions de sortie crise seront soumises aux autorités du pays".
Ces chiffres émanent del'Association générale des entrepreneursalgériens (AGEA). Le secteur du BTPHen Algérie souffre et les professionnelsdu secteur tirent la sonnette d'alarme."Il a été constaté que 1360 entreprisesont cessé leur activité faute de plan de charge et de non signature des différentsavenants ainsi que les différents retardsde paiement des situations pour l'année2018/2019", écrit l'AGEA dans un communiqué."
A la fin mars 2019, il a étérapporté la perte de 125.000 emplois",ajoute l'association.Selon la même source, la projection dela situation actuelle à la fin du premiertrimestre 2019 ainsi que le début dudeuxième semestre 2019, période quiinclura le Ramadhan, I'Aïd el-fitr, lesvacances d'été, l'Aïd el-Kebir, la rentréesociale, "font que tout cela n'augure rienentreprises et il se pourrait que pasmoins de 3 000 entreprises mettent la clésous le paillasson".L'AGEA relève le "manque deconfiance et un divorce flagrant" des entreprises envers les structurespubliques détentrices de la majorité du plan de charge. L'AGEAestime que l'intervention des autorités est impérieuse "ceci dans le seul but de pérenniser l'entreprise et de sauvegarder les emplois qui demeurent menacés et de permettre la relance définitive du secteur". Dans ce contexte, l'AGEA interpelle les hautes autorités du pays
"pour que tous les concernés se mettent en extrême urgence autour d'une table et sortent avec des propositions opérationnelles exécutoires dans I'immédiat même s'il y a lieu de prendre des mesures conservatoires qui permettent de diminuerI'asphyxie des entreprises, et juste après leur permettre de reprendre leur situation normale de travail". L'AGEA informe ses adhérents quetoutes ces doléances seront discutées lors de I'assemblée générale de I'association qui se tiendra le mercredi 10 avril 2019 à son siège, au cours de laquelle "des propositions de sortie crise seront soumises aux autorités du pays".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.