Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La situation s'enlise
Economie nationale
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 06 - 2019

Des associations professionnelles et des chefs d'entreprise ont planché ce week-end sur la situationéconomique qui s'enlise deplus en plus. Ils ont plaidé pour des mesures rapides afin de redresser la situation.
Des associations professionnelles et des chefs d'entreprise ont planché ce week-end sur la situationéconomique qui s'enlise deplus en plus. Ils ont plaidé pour des mesures rapides afin de redresser la situation.
Le Cercle algérien de la réflexion sur l'entreprise (Care) et laConfédération générale des entrepreneursalgériens ainsi que l'Associationnationale des économistes ont qualifié "lasituation économique de préoccupanteavec une crise qui affecte les ressources de l'Etat". Pour le Care, qui s'est centréjeudi dernier sur la problématique de larelance estime que "la transition économiquedoit impérativement d'une transition politique et institutionnelle".
Celadoit être de courte durée car "la baisse dumoral des chefs d'entreprise est un signeinquiétant du moment que l'économie est au ralenti". De son côté, l'association nationale des économistes algériens a faitvaloir la thèse "d'une récession qui s'aggrave avec le tarissement des ressources"avec notamment la baisse des réserves de changes qui sont à moins de 73 milliardsde dollars. Avec cette situation,
l'Algériepeut garantir sa sécurité alimentaire pour2 ans uniquement. "Avec des indices aurouge, il y a une baisse notable de la productionnationale et une dépendanceaccrue des hydrocarbures qui sont volatileset instables en référence des prix àl'international". En brossant ce tableau, ces experts et patrons d'entreprise exhortentle gouvernement à "trouver des solutions urgentes pour ne pas sombrer dansle chaos". Ils plaident en premier à "ladiversification de l'économie à travers un soutien aux entreprises nationales" soulignel'Association des économistes.
La menace se fait de plus en plus sentir avec la montée du chômage et l'aggravation de la précarité chez des millions de citoyens. "Les retombées sociales d'une telle crise sont les signes qu'il faut aller vers des mesures urgentes de redressement" signale pour sa part la CGEA. L'Algérie qui reste confrontée selon plusieurs experts à "une situation désastreuse" àl'horizon 2020 et 2021 pourra inverser lasituation, si toutefois, les mesures draconiennes seraient prises par l'exécutif dés maintenant.
Ils avertissent contre l'option de l'endettement à l'extérieur qui pourrareplonger le pays dans un climat mal sain de dépendance envers les institutions financières internationales et ces conséquences dramatiques sur le plan social
Le Cercle algérien de la réflexion sur l'entreprise (Care) et laConfédération générale des entrepreneursalgériens ainsi que l'Associationnationale des économistes ont qualifié "lasituation économique de préoccupanteavec une crise qui affecte les ressources de l'Etat". Pour le Care, qui s'est centréjeudi dernier sur la problématique de larelance estime que "la transition économiquedoit impérativement d'une transition politique et institutionnelle".
Celadoit être de courte durée car "la baisse dumoral des chefs d'entreprise est un signeinquiétant du moment que l'économie est au ralenti". De son côté, l'association nationale des économistes algériens a faitvaloir la thèse "d'une récession qui s'aggrave avec le tarissement des ressources"avec notamment la baisse des réserves de changes qui sont à moins de 73 milliardsde dollars. Avec cette situation,
l'Algériepeut garantir sa sécurité alimentaire pour2 ans uniquement. "Avec des indices aurouge, il y a une baisse notable de la productionnationale et une dépendanceaccrue des hydrocarbures qui sont volatileset instables en référence des prix àl'international". En brossant ce tableau, ces experts et patrons d'entreprise exhortentle gouvernement à "trouver des solutions urgentes pour ne pas sombrer dansle chaos". Ils plaident en premier à "ladiversification de l'économie à travers un soutien aux entreprises nationales" soulignel'Association des économistes.
La menace se fait de plus en plus sentir avec la montée du chômage et l'aggravation de la précarité chez des millions de citoyens. "Les retombées sociales d'une telle crise sont les signes qu'il faut aller vers des mesures urgentes de redressement" signale pour sa part la CGEA. L'Algérie qui reste confrontée selon plusieurs experts à "une situation désastreuse" àl'horizon 2020 et 2021 pourra inverser lasituation, si toutefois, les mesures draconiennes seraient prises par l'exécutif dés maintenant.
Ils avertissent contre l'option de l'endettement à l'extérieur qui pourrareplonger le pays dans un climat mal sain de dépendance envers les institutions financières internationales et ces conséquences dramatiques sur le plan social


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.