Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministère de la Santé rassure
Lutte contre la pénurie des médicaments
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 10 - 2019

Le ministère de la Santé a édicté un nouveau cahier de charges pour le médicament. Dorénavant, tout surplus de stock sera interdit et les opérateurs doivent fournir tous les produits. Des inspections seront entamées pour vérifier la disponibilité des produits dans les dépôts.
Le ministère de la Santé a édicté un nouveau cahier de charges pour le médicament. Dorénavant, tout surplus de stock sera interdit et les opérateurs doivent fournir tous les produits. Des inspections seront entamées pour vérifier la disponibilité des produits dans les dépôts.
Le ministre de la Santé a promis de sévir contre les importateurs qui stockent les médicaments à des fins de spéculation. Le nouveau cahier des charges oblige les opérateurs et distributeurs, de libérer les quantités importées de médicaments nécessaires pour le marché. En effet, le président du Syndicat des pharmaciens algériens (SPA), Karim Meghermi, a indiqué lors d'un entretien à la presse, que "le programme de livraison des médicaments a été arrêté dés le mois de juin, alors que les pénuries demeurent toujours pour certains produits". Il estime que "les raisons sont inconnues derrière cette pénurie qui a déséquilibré le marché". Certains distributeurs, souligne-t-il, "vont jusqu'à imposer des produits fabriqués localement et qui sont en excédent". Selon lui, "cette situation est révoltante pour les pharmaciens".
Le responsable de ce syndicat confirme que "certains veulent ériger des monopôles sur le médicament" et le comité ministériel qui a été institué à cet effet, ajoute-il, a pour mission essentielle de "voir de plus prés l'état des stocks de médicaments et leur conformité par rappor la nomenclature nationale". De son côté, le ministère de la Santé affirme, par le biais de ce comité, que "des inspections vont se faire au niveau de tous les dépôts des entreprises d'approvisionnement et chez les distributeurs". Ces sorties sont prévues prochainement par des inspecteurs de la santé et sont tenus de prendre en compte la situation des stocks de la production locale.
Cette dernière ne peut assurer la couverture du marché national qu'à raison de 60%, alors que le reste dépend des programmes d'importation et qui sont actuellement fort onéreux. Pour ce qui est des médicaments qui sont en état de péremption, ou ceux dont la date approche leur expiration, ledépartement de Miraoui a décidé de les incinérer suite à un constat sur les dangers de la commercialisation de ces produits, sur la santé publique. Ces quantités en milliers de tonnes étaient écoulées sur le marché. Certains opérateurs obligeaient même les pharmaciens à acheter ces produits, alors que leur expiration arrivait à échéance. Cette pratique étant maintenant interdite, les pouvoirs publics misent ainsi à réduire cette facture qui coûtait des devises à l'Etat.
Le ministre de la Santé a promis de sévir contre les importateurs qui stockent les médicaments à des fins de spéculation. Le nouveau cahier des charges oblige les opérateurs et distributeurs, de libérer les quantités importées de médicaments nécessaires pour le marché. En effet, le président du Syndicat des pharmaciens algériens (SPA), Karim Meghermi, a indiqué lors d'un entretien à la presse, que "le programme de livraison des médicaments a été arrêté dés le mois de juin, alors que les pénuries demeurent toujours pour certains produits". Il estime que "les raisons sont inconnues derrière cette pénurie qui a déséquilibré le marché". Certains distributeurs, souligne-t-il, "vont jusqu'à imposer des produits fabriqués localement et qui sont en excédent". Selon lui, "cette situation est révoltante pour les pharmaciens".
Le responsable de ce syndicat confirme que "certains veulent ériger des monopôles sur le médicament" et le comité ministériel qui a été institué à cet effet, ajoute-il, a pour mission essentielle de "voir de plus prés l'état des stocks de médicaments et leur conformité par rappor la nomenclature nationale". De son côté, le ministère de la Santé affirme, par le biais de ce comité, que "des inspections vont se faire au niveau de tous les dépôts des entreprises d'approvisionnement et chez les distributeurs". Ces sorties sont prévues prochainement par des inspecteurs de la santé et sont tenus de prendre en compte la situation des stocks de la production locale.
Cette dernière ne peut assurer la couverture du marché national qu'à raison de 60%, alors que le reste dépend des programmes d'importation et qui sont actuellement fort onéreux. Pour ce qui est des médicaments qui sont en état de péremption, ou ceux dont la date approche leur expiration, ledépartement de Miraoui a décidé de les incinérer suite à un constat sur les dangers de la commercialisation de ces produits, sur la santé publique. Ces quantités en milliers de tonnes étaient écoulées sur le marché. Certains opérateurs obligeaient même les pharmaciens à acheter ces produits, alors que leur expiration arrivait à échéance. Cette pratique étant maintenant interdite, les pouvoirs publics misent ainsi à réduire cette facture qui coûtait des devises à l'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.