Enseignement supérieur: les conditions de reprise des activités pédagogiques acceptables    Zones d'ombre: la prise en charge des besoins de la population commence à donner ses fruits    Les articles de la discorde    Rassemblement et marche de soutien aux travailleurs de Numilog    Danger du futur tramway pour les habitants de la cité Chara    L'espoir renaît chez les agriculteurs suite aux dernières averses    Quelle chance pour la paix ?    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Cinq jeunes intègrent l'équipe première    Amrani «content» de la reprise    Naceri à la Cour constitutionnelle    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Un autre décès par strangulation    Lutte contre les gangs de rues à Blida: arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Enfin un gouverneur !    Benkhelifa signe pour trois ans    "C'est irréalisable"    Un pari difficile    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    Alger tente de reprendre la main au Sahel    3 morts dans un accident de la route    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Distribution de plus de 4000 unités avant la fin de l'année    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    Béjaïa s'apprête à commémorer Octobre 88    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Flagrant délit !    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    On vous le dit    7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    «Khayrek sbaq»    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministère de la Santé rassure
Lutte contre la pénurie des médicaments
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 10 - 2019

Le ministère de la Santé a édicté un nouveau cahier de charges pour le médicament. Dorénavant, tout surplus de stock sera interdit et les opérateurs doivent fournir tous les produits. Des inspections seront entamées pour vérifier la disponibilité des produits dans les dépôts.
Le ministère de la Santé a édicté un nouveau cahier de charges pour le médicament. Dorénavant, tout surplus de stock sera interdit et les opérateurs doivent fournir tous les produits. Des inspections seront entamées pour vérifier la disponibilité des produits dans les dépôts.
Le ministre de la Santé a promis de sévir contre les importateurs qui stockent les médicaments à des fins de spéculation. Le nouveau cahier des charges oblige les opérateurs et distributeurs, de libérer les quantités importées de médicaments nécessaires pour le marché. En effet, le président du Syndicat des pharmaciens algériens (SPA), Karim Meghermi, a indiqué lors d'un entretien à la presse, que "le programme de livraison des médicaments a été arrêté dés le mois de juin, alors que les pénuries demeurent toujours pour certains produits". Il estime que "les raisons sont inconnues derrière cette pénurie qui a déséquilibré le marché". Certains distributeurs, souligne-t-il, "vont jusqu'à imposer des produits fabriqués localement et qui sont en excédent". Selon lui, "cette situation est révoltante pour les pharmaciens".
Le responsable de ce syndicat confirme que "certains veulent ériger des monopôles sur le médicament" et le comité ministériel qui a été institué à cet effet, ajoute-il, a pour mission essentielle de "voir de plus prés l'état des stocks de médicaments et leur conformité par rappor la nomenclature nationale". De son côté, le ministère de la Santé affirme, par le biais de ce comité, que "des inspections vont se faire au niveau de tous les dépôts des entreprises d'approvisionnement et chez les distributeurs". Ces sorties sont prévues prochainement par des inspecteurs de la santé et sont tenus de prendre en compte la situation des stocks de la production locale.
Cette dernière ne peut assurer la couverture du marché national qu'à raison de 60%, alors que le reste dépend des programmes d'importation et qui sont actuellement fort onéreux. Pour ce qui est des médicaments qui sont en état de péremption, ou ceux dont la date approche leur expiration, ledépartement de Miraoui a décidé de les incinérer suite à un constat sur les dangers de la commercialisation de ces produits, sur la santé publique. Ces quantités en milliers de tonnes étaient écoulées sur le marché. Certains opérateurs obligeaient même les pharmaciens à acheter ces produits, alors que leur expiration arrivait à échéance. Cette pratique étant maintenant interdite, les pouvoirs publics misent ainsi à réduire cette facture qui coûtait des devises à l'Etat.
Le ministre de la Santé a promis de sévir contre les importateurs qui stockent les médicaments à des fins de spéculation. Le nouveau cahier des charges oblige les opérateurs et distributeurs, de libérer les quantités importées de médicaments nécessaires pour le marché. En effet, le président du Syndicat des pharmaciens algériens (SPA), Karim Meghermi, a indiqué lors d'un entretien à la presse, que "le programme de livraison des médicaments a été arrêté dés le mois de juin, alors que les pénuries demeurent toujours pour certains produits". Il estime que "les raisons sont inconnues derrière cette pénurie qui a déséquilibré le marché". Certains distributeurs, souligne-t-il, "vont jusqu'à imposer des produits fabriqués localement et qui sont en excédent". Selon lui, "cette situation est révoltante pour les pharmaciens".
Le responsable de ce syndicat confirme que "certains veulent ériger des monopôles sur le médicament" et le comité ministériel qui a été institué à cet effet, ajoute-il, a pour mission essentielle de "voir de plus prés l'état des stocks de médicaments et leur conformité par rappor la nomenclature nationale". De son côté, le ministère de la Santé affirme, par le biais de ce comité, que "des inspections vont se faire au niveau de tous les dépôts des entreprises d'approvisionnement et chez les distributeurs". Ces sorties sont prévues prochainement par des inspecteurs de la santé et sont tenus de prendre en compte la situation des stocks de la production locale.
Cette dernière ne peut assurer la couverture du marché national qu'à raison de 60%, alors que le reste dépend des programmes d'importation et qui sont actuellement fort onéreux. Pour ce qui est des médicaments qui sont en état de péremption, ou ceux dont la date approche leur expiration, ledépartement de Miraoui a décidé de les incinérer suite à un constat sur les dangers de la commercialisation de ces produits, sur la santé publique. Ces quantités en milliers de tonnes étaient écoulées sur le marché. Certains opérateurs obligeaient même les pharmaciens à acheter ces produits, alors que leur expiration arrivait à échéance. Cette pratique étant maintenant interdite, les pouvoirs publics misent ainsi à réduire cette facture qui coûtait des devises à l'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.