Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    L'intrigante histoire du consulat américain    Issine ? Connais pas !    Le Président Ghali réaffirme sa disponibilité au dialogue    Paqueta croit aux chances du Chabab    Chassé-croisé entre Chelsea et Liverpool, City qui rit et United qui pleure    Conclave d'évaluation chez Benbouzid    Plus de 79 000 produits pyrotechniques saisis en 2021    Cherchem    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Ils maîtrisent la portée des menaces !    BF : la descente aux enfers    Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: 22.000 cures de traitement du cancer du sein depuis 2020    Incertitudes sur le projet Peugeot    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    L'informel menace l'Etat    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Les douanes sont-elles des passoires?    Les néo-harkis reviennent cette semaine    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Un après-midi cauchemardesque    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Des listes passées à la moulinette    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Patrimoine historique des luttes anticoloniales de l'Afrique: Une débâcle programmée    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Inondations et routes bloquées
Fortes pluies à Alger
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 09 - 2021

De fortes pluies se sont abattues sur la région d'Alger hier, premier jour de l'automne, provoquant inondations et embouteillages dans certains quartiers et sur plusieurs axes routiers importants. Plusieurs trémies ont été inondées, ainsi que des places publiques, comme celle du 1er mai.
De fortes pluies se sont abattues sur la région d'Alger hier, premier jour de l'automne, provoquant inondations et embouteillages dans certains quartiers et sur plusieurs axes routiers importants. Plusieurs trémies ont été inondées, ainsi que des places publiques, comme celle du 1er mai.
La trémie de la place du 1er mai a été fermée à la circulation automobile. Selon la Gendarmerie nationale, le niveau de l'oued Mazafran, sur la côte ouest de la capitale, a sensiblement augmenté suite aux fortes précipitations qui ont commencé dans la matinée. Un énorme embouteillage s'est formé sur l'autoroute reliant Tipaza à Alger. La circulation s'est complètement arrêtée et des milliers d'automobilistes ont été bloqués. Le trafic routier est en outre perturbé dans tout Alger. Les pluies ont coïncidé avec le jour de la rentrée scolaire, donc avec une circulation plus dense que d'habitude sur les routes.
À part les désagréments causés aux automobilistes, aucune perte humaine n'est fort heureusement à déplorer. Les leçons des années précédentes ne semblent pas avoir été retenues. Dans la plupart des cas, les inondations sont aggravées par l'obstruction des avaloirs des eaux de pluie. Un travail qui devait se faire pendant l'été. Chaque année, l'Algérie enregistre des inondations parfois meurtrières au début de l'automne, en raison des fortes précipitations et du manque d'entretien ou de l'insuffisance des réseaux de collecte des eaux de pluies. Construites dans les années 2000, les trémies deviennent à chaque fois des piscines à cause des problèmes de drainage des eaux pluviales au niveau de ces ouvrages que les autorités n'ont pas réussi à résoudre.
La trémie de la place du 1er mai a été fermée à la circulation automobile. Selon la Gendarmerie nationale, le niveau de l'oued Mazafran, sur la côte ouest de la capitale, a sensiblement augmenté suite aux fortes précipitations qui ont commencé dans la matinée. Un énorme embouteillage s'est formé sur l'autoroute reliant Tipaza à Alger. La circulation s'est complètement arrêtée et des milliers d'automobilistes ont été bloqués. Le trafic routier est en outre perturbé dans tout Alger. Les pluies ont coïncidé avec le jour de la rentrée scolaire, donc avec une circulation plus dense que d'habitude sur les routes.
À part les désagréments causés aux automobilistes, aucune perte humaine n'est fort heureusement à déplorer. Les leçons des années précédentes ne semblent pas avoir été retenues. Dans la plupart des cas, les inondations sont aggravées par l'obstruction des avaloirs des eaux de pluie. Un travail qui devait se faire pendant l'été. Chaque année, l'Algérie enregistre des inondations parfois meurtrières au début de l'automne, en raison des fortes précipitations et du manque d'entretien ou de l'insuffisance des réseaux de collecte des eaux de pluies. Construites dans les années 2000, les trémies deviennent à chaque fois des piscines à cause des problèmes de drainage des eaux pluviales au niveau de ces ouvrages que les autorités n'ont pas réussi à résoudre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.