Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les médecins libéraux contestent et menacent
Systéme d'impôts
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 12 - 2021

La loi de finances 2022 adoptée le 17 novembre par les députés de l'APN a suscité beaucoup de critiques et controverses dans la sphère socio-économique. Outre la levée des subventions de l'Etat, d'autres professions ont également été touchées par de nouvelles mesures contraignantes.
La loi de finances 2022 adoptée le 17 novembre par les députés de l'APN a suscité beaucoup de critiques et controverses dans la sphère socio-économique. Outre la levée des subventions de l'Etat, d'autres professions ont également été touchées par de nouvelles mesures contraignantes.
C'est le cas notamment de la médecine libérale dont le syndicat a interpellé, à travers une lettre ouverte, le président de la République, pour demander la révision des nouvelles mesures introduites par la nouvelle loi de finance 2022. Il s'agit du système d'impôt qui est passé de 12 % à 35 %, ce qui risque d'accélérer la chute de la profession, frappé de plein fouet par la pandémie du Covid-19. Selon un article publié ce samedi 4 décembre par le Soir d'Algérie, le Syndicat national des médecins libéraux (SNML) revendique une révision de cette nouvelle mesure. Cette dernière intervient selon le SNML dans un contexte délicat, marqué par les répercussions désastreuses de la crise sanitaire dont la première victime n'est que le médecin. Durant cette crise, un grand nombre de médecins libéraux ont été contraint de fermer leurs cabinets et arrêter leurs activités professionnelles.
Des contraintes qui s'expliquent notamment par "l'impact de la pandémie sur la santé, les revenus, les dépenses (prix des moyens de protection) et l'engagement non officialisé des médecins libéraux dans la lutte contre le Covid-19", rapporte le quotidien francophone. Personne ne peut nier effectivement que le corps médical a payé un lourd tribut notamment durant la troisième vague qui a fait des ravages en Algérie. Pas moins de 302 Médecins, du secteur public et privé, ont perdu la vie. Pour le Syndicat national des médecins libéraux qui menace de recourir à la manifestation, la hausse des impôts conjuguée à la chute du pouvoir d'achat, porte un coup dur à la profession. "Pour 2022, le syndicat espérait, du fait de la crise que traverse le médecin libéral, une aide de l'état sous forme d'allégement des charges fiscales et sociales. La loi de finances 2022, nonobstant ses difficultés durant deux années, a majoré ses impôts de 12 à 35 %. En conséquence, le Syndicat national des médecins libéraux exprime la nécessité de reconsidérer certaines dispositions de la loi de finances de 2022, qui risquent de paupériser la corporation médicale libérale en la fragilisant économiquement à une phase où la sérénité et la mutualisation de toute compétence sont souhaitées pour faire face à la situation sanitaire", indique le communiqué du syndicat.
C'est le cas notamment de la médecine libérale dont le syndicat a interpellé, à travers une lettre ouverte, le président de la République, pour demander la révision des nouvelles mesures introduites par la nouvelle loi de finance 2022. Il s'agit du système d'impôt qui est passé de 12 % à 35 %, ce qui risque d'accélérer la chute de la profession, frappé de plein fouet par la pandémie du Covid-19. Selon un article publié ce samedi 4 décembre par le Soir d'Algérie, le Syndicat national des médecins libéraux (SNML) revendique une révision de cette nouvelle mesure. Cette dernière intervient selon le SNML dans un contexte délicat, marqué par les répercussions désastreuses de la crise sanitaire dont la première victime n'est que le médecin. Durant cette crise, un grand nombre de médecins libéraux ont été contraint de fermer leurs cabinets et arrêter leurs activités professionnelles.
Des contraintes qui s'expliquent notamment par "l'impact de la pandémie sur la santé, les revenus, les dépenses (prix des moyens de protection) et l'engagement non officialisé des médecins libéraux dans la lutte contre le Covid-19", rapporte le quotidien francophone. Personne ne peut nier effectivement que le corps médical a payé un lourd tribut notamment durant la troisième vague qui a fait des ravages en Algérie. Pas moins de 302 Médecins, du secteur public et privé, ont perdu la vie. Pour le Syndicat national des médecins libéraux qui menace de recourir à la manifestation, la hausse des impôts conjuguée à la chute du pouvoir d'achat, porte un coup dur à la profession. "Pour 2022, le syndicat espérait, du fait de la crise que traverse le médecin libéral, une aide de l'état sous forme d'allégement des charges fiscales et sociales. La loi de finances 2022, nonobstant ses difficultés durant deux années, a majoré ses impôts de 12 à 35 %. En conséquence, le Syndicat national des médecins libéraux exprime la nécessité de reconsidérer certaines dispositions de la loi de finances de 2022, qui risquent de paupériser la corporation médicale libérale en la fragilisant économiquement à une phase où la sérénité et la mutualisation de toute compétence sont souhaitées pour faire face à la situation sanitaire", indique le communiqué du syndicat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.