Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le constat de Benabderrahmane
Investissement
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 12 - 2021

Le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane a dénoncé, hier, "l'octroi d'avantages et d'incitations à des investisseurs sans qu'il y ait une contrepartie." "L'état a accordé des incitations à des porteurs de projets. Le taux de réussite de ces projets était très faible. Il n'y a eu ni création de richesses ni de postes d'emplois comme cela était attendu.
Le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane a dénoncé, hier, "l'octroi d'avantages et d'incitations à des investisseurs sans qu'il y ait une contrepartie." "L'état a accordé des incitations à des porteurs de projets. Le taux de réussite de ces projets était très faible. Il n'y a eu ni création de richesses ni de postes d'emplois comme cela était attendu.
Vous imaginez que l'équivalent de dix milliards de dollars ont été accordés sous formes d'incitations et de facilitations aux investisseurs mais il n'y a eu aucune contrepartie", a déclaré Aïmene Benabderrahmane, lors de la clôture de la Conférence nationale sur la relance industrielle au Centre international des conférences (CIC) Abdellatif Rahal, à l'ouest d'Alger. Et d'ajouter : "nous devons changer toutes ces approches et réviser le système des incitations qui profitent encore à certains rentiers." Le montant de dix milliards de dollars (1500 milliards de dinars) concerne les périodes 2018 et 2019 et les projets inscrits à l'Agence nationale de Développement de l'Investissement (ANDI). Benabderrahmane a indiqué que le système d'incitation sera rééxaminé d'une manière "scientifique et économique" pour qu'il soit orienté vers les véritables porteurs de projets dans plusieurs régions du pays.
« Dépense fiscale »
"Le rendement économique et social de la dépense fiscale doit être un paramètre pour évaluer l'efficacité et l'efficience. La création de la richesse et des emplois doit être à la hauteur de ce qu'accorde l'état comme avantages, abattements et exonérations fiscaux et réduction des droits d douane", a-t-il noté. L'état est décidé, selon lui, à réussir la diversification d l'économie nationale loin de la rente des hydrocarbures et en rupture avec "la gestion conjoncturelle" de l'économie "sans aucune vision". Il a insisté en ce sens sur le rétablissement de la confiance entre les opérateurs économiques et l'administration et dénoncé "les tentatives de blocage" exécutés par "les bras de ceux qui ont vendu leur conscience et qui veulent compromettre l'avenir du pays en s'accaparant ses richesses et en cherchant à détruire les institutions de l'état et les entreprises productrices".
Relancer la production industrielle
"Ils ont voulu entraver l'action des véritables investisseurs par tous les moyens y compris en utilisant la bureaucratie de l'administration. Le gouvernement continuera à oeuvrer pour relancer la production industrielle à la faveur d'une approche globale impliquant tous les secteurs concernés par l'acte d'investir", a-til relevé. Le Premier ministre a indiqué qu' "un diagnostic complet a été fait du secteur industriel". Cela permettra, selon lui, de redémarrer sur de bonnes bases en comblant les failles et en répondant aux doléance des opérateurs économiques relatives aux contraintes constatées sur le terrain surtout au niveau local. L'objectif tracé est que le secteur industriel contribue contre à hauteur de 12 à 15 % au PIB durant les deux prochaines années. Sa contribution actuelle ne dépasse pas les 6 %.
Vous imaginez que l'équivalent de dix milliards de dollars ont été accordés sous formes d'incitations et de facilitations aux investisseurs mais il n'y a eu aucune contrepartie", a déclaré Aïmene Benabderrahmane, lors de la clôture de la Conférence nationale sur la relance industrielle au Centre international des conférences (CIC) Abdellatif Rahal, à l'ouest d'Alger. Et d'ajouter : "nous devons changer toutes ces approches et réviser le système des incitations qui profitent encore à certains rentiers." Le montant de dix milliards de dollars (1500 milliards de dinars) concerne les périodes 2018 et 2019 et les projets inscrits à l'Agence nationale de Développement de l'Investissement (ANDI). Benabderrahmane a indiqué que le système d'incitation sera rééxaminé d'une manière "scientifique et économique" pour qu'il soit orienté vers les véritables porteurs de projets dans plusieurs régions du pays.
« Dépense fiscale »
"Le rendement économique et social de la dépense fiscale doit être un paramètre pour évaluer l'efficacité et l'efficience. La création de la richesse et des emplois doit être à la hauteur de ce qu'accorde l'état comme avantages, abattements et exonérations fiscaux et réduction des droits d douane", a-t-il noté. L'état est décidé, selon lui, à réussir la diversification d l'économie nationale loin de la rente des hydrocarbures et en rupture avec "la gestion conjoncturelle" de l'économie "sans aucune vision". Il a insisté en ce sens sur le rétablissement de la confiance entre les opérateurs économiques et l'administration et dénoncé "les tentatives de blocage" exécutés par "les bras de ceux qui ont vendu leur conscience et qui veulent compromettre l'avenir du pays en s'accaparant ses richesses et en cherchant à détruire les institutions de l'état et les entreprises productrices".
Relancer la production industrielle
"Ils ont voulu entraver l'action des véritables investisseurs par tous les moyens y compris en utilisant la bureaucratie de l'administration. Le gouvernement continuera à oeuvrer pour relancer la production industrielle à la faveur d'une approche globale impliquant tous les secteurs concernés par l'acte d'investir", a-til relevé. Le Premier ministre a indiqué qu' "un diagnostic complet a été fait du secteur industriel". Cela permettra, selon lui, de redémarrer sur de bonnes bases en comblant les failles et en répondant aux doléance des opérateurs économiques relatives aux contraintes constatées sur le terrain surtout au niveau local. L'objectif tracé est que le secteur industriel contribue contre à hauteur de 12 à 15 % au PIB durant les deux prochaines années. Sa contribution actuelle ne dépasse pas les 6 %.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.