Niger: des télévisions privées fermées pour "non paiement d'impôts"    Le pétrole en hausse en Asie    Syrie : près de 7.000 personnes évacuées de villes assiégées    Le président palestinien condamne la loi sur "l'Etat national du peuple juif"    Trump s'attaque à la loi protégeant les espèces menacées    New York déboutée de son action contre cinq géants pétroliers    L'Iran accuse les Etats-Unis de déstabiliser le monde    MCA : Bendebka : «On a perdu à cause d'un manque de concentration dans les ultimes minutes»    CSC : Kagambiga a besoin de visa pour rentrer avec le groupe au pays    CRB : La piste Cherif El Ouazzani toujours d'actualité    De l'alternance promise au pouvoir absolu.    La régularisation de la situation des jeunes de 30 ans et plus se poursuit dans de «bonnes conditions»    Es-Seddikia et El Menzeh (Canastel): Une vingtaine de panneaux publicitaires anarchiques démantelés    Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens    Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge    Constantine - Université d'été 2018: «Entrepreneuriat et Innovation» à l'honneur    «Nécessité d'encourager les conventions et les partenariats industriels»    Des changements et des postures    L'étau se resserre sur Zetchi    L'ESS et le MCA en lutte pour un seul billet    ASM Oran: Les dirigeants optimistes malgré les contraintes    BAC 2018 : Un taux de réussite de 55,88%    Les pharmaciens et les assurés sensibilisés    Le certificat de capacité du permis de conduire en trois jours    Où va le pays ?    Bassin gazier de Berkine: Accord entre Sonatrach et Eni    Le chargé d'affaires en pied de l'ambassade de la Colombie en visite à Oran: Les relations bilatérales avec l'Algérie sont «excellentes»    Une nouvelle prestation estivale à Chlef    Quand l'art fusionne avec la beauté    Il tue son neveu pour un lopin de terre    Coup d'envoi demain à Chélia    Au moins 19 morts dans un naufrage au large de Chypre    Makri tire sur Ould Abbès    Guéguerre interne au FFS    Ces dossiers qui paralysent le mercato    Victoire de l'Algérie devant la Jordanie    La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe    Du nouveau pour la diaspora    Le chargé de la communication de la sûreté d'Alger limogé    Mandela : architecte international de la paix    Russie-Afrique du Sud : d'une pierre, deux coups    L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections    La Sonelgaz pointée du doigt    Le RCD tiendra un Congrès extraordinaire en 2019    Fadhma N'soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon    Le livre, le meilleur ami !    Avec la participation d'une trentaine de jeunes de différents pays: Le chantier culturel de bénévolat d'été lancé    Bouteflika procéde à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES CAFES POPULAIRES ALGERIENS : DES MOULINS A PAROLES
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 19 - 06 - 2018

Le quotidien qui se ménage chez le lambda Beni safien, se résume aux retrouvailles entre camarades, copains, cousins, collègues, compagnons, potes et amis. Ils se rencontrent souvent et même trop pour ne pas trop abuser, autour d'une table au milieu d'une terrasse de café public quand la routine se fait douce, d'une ville malfamé trop haït par ses faux habitants .Souvent j'assiste à ces rencontres sans participation pour tuer le temps vide ou bien c'est plutôt le temps qui me bousille. Dans la troupe il y a toujours quelqu'un qui tient le crachoir avec une remarquable incontinence verbale insensée tirant vers le chauvin, il ne s'agit pas d'avoir des idées quand la logique dérape et les sens des mots glissent vers l'incompréhension, si bien que cette saynète qui dure plus d'une heure pour casser ou chasser le rythme matinal et terminer le spectacle, il faut dire Monsieur que cette scène se déroule sur une terrasse d'un café populaire en plein milieu public.
Dans les lieux publics, Monsieur fait l'intellect avec des idées lancées à forte et haute voix pour mieux « chauviniser » le sens qui ne trouve pas de signification dans la raison, le parler arabe dialecte noyé dans un français-espagnol ou le temps est semblable au mauvais temps pour mieux marquer la présence. Pas grave disent les collègues le « café press » fait oublier le temps qui s'en va. Le cri se manifeste pour faire jouer la concurrence sur j'ai raison par ce cri ( haute voix) et tu as tort par ton silence, autrement chacun parle mais personne n'écoute parce qu' on est au café populaire pour se permettre de dire n'importe quoi .Ce brouhaha populaire dans ce lieu public ( café) interdit toute autre expression fut elle modeste. C'est vraiment impressionnant à regarder de loin les paroles succèdent sans fin éliminent le peu de temps aux auditeurs de placer une remarque ou formuler une critique, l'incontinence de la loquacité fait la règle de « Monsieur a des idées » ce moulin à paroles..
Durant un bref répit pour reprendre le souffle et chercher les mots qui suivent, l'un des assistants essaie de prendre la parole dans la foulée. Il n'a pas le temps d'entamer sa suggestion que l'autre correspondant reprend son boniment sans se soucier de celui à qui, il cloue le bec sans que le respect ne soit de mise. Il est évident qu'il se trouve merveilleusement brillant, on devine le plaisir immense qu'il a à nous gratifier de son savoir à lui et à lui tout seul !.
Souvent chose qui se répète pour un tempe de répit, un autre répond « vite » « vite » à une question déjà posée , il évoque certaines contraintes pour mieux « chauviniser » son idée fixe , et place sa stratégie langagière sur une plateforme pour organiser une procédure encore plus chauviniste pour se valoir en grand homme non commun de la terrasse du café populaire . Pendant ce temps, il use de la soliloque pour dire qu'il réfléchit à haute voix , pour continuer à parler avec une assistance qui attend le tour pour placer un mot ,une phrase, une quelconque idée ou baliverner. Finalement, chacun se permet de se moquer des idées chauvines placé sur la table du café public de la terrasse puisque personne n'écoute jamais les remarques qui en découlent ne soient mises en exerce ; ne dit on pas « que dix femmes parlent et mais seulement une qui écoute » .....
Le fond de cet ergotage en plein lieu public fait que certains en dehors du cercle de la table des copains d'abord découvrent qu'ils leur sont impossible d'être entendus car écouter demande une culture du silence , ils parlent sans empêchement dans le désordre issu d'un brouhaha épuisant ,l' orateur permet de fournir plus de décibels malgré tout, le haut du volume fait de Monsieur à des idées . C'est une véritable pétaudière que l'on retrouve souvent dans nos cafés populaire semblable au le Roi Pétaud qui ne cesse de pérorer et ratiocine avec un art chauvin ou la redondance fait son chemin vers la Barca qui ne fini pas avec le club de Madrid dans un duel à sparte. La fatigue est absente devant un long et si court temps en train de déblatérer. Les idées de Monsieur qui riment dans un contexte vivant plein de maux comme le chômage, l'inflation ,la saleté, la médiocrité, le désordre, le mensonge, l'égoïsme et l'hypocrisie, font des ricochets et c'est la bouche aspirant et de- aspirant d'une clope de cigarette tout en sirotant un « cafe press » se contredisent au milieu de la fumée polluante de la cigarette au bec, faute de cendrier qui n'est pas mis sur la table l'important et de faire valoir que ce Monsieur existe par une incontinence langagière.
Monsieur Lambda a des idées qui font jaser le temps sur un lieu public pour bien tuer le temps comme on dit chez nous par notre pensée arabe « nak toul al yakt ». C'est un grand privilège pour ce lambda de participer à cette réunion dans un café populaire ou les idées de ce lambda lui font penser à un coq dans une basse cour ou ce même Monsieur « coq » du haut de son perchoir lance des cocoricos afin qu'il se fait entendre par le monde pour dire aux poules d' apprécier ce chant provenant d'un male qui ne suffit de faire que du bien à ces malheureuses poules et n'ont qu'a suivre ses foulées sans se rechigner.
La ballade des gens heureux dans des cafés publics dit populaire qui consomment beaucoup de temps appartenant aux lambadas algériens ou le « café press »et la cigarette représentent deux produits communs aux males algériens qui les traduisent en deux amis fideles qui l'accompagnent avec ce temps qui s'en va, pour fuir les maux de ce contexte sociétal algérien.
Enfin il ya un adage propre aux Benisafiens il se répète souvent dans les polémiques publiques il est dit « la secca (endroit en argot espagnol) est le lieu pour pécher le gros poisson, ce lieu réside dans les cafés publics Benisafiens »
BENALLAL Mohamed écrivain


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.