Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Ce mouvement de contestation ne doit pas être une opportunité perdue"
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 28 - 02 - 2019


28 février 2019
Maître de conférences à la faculté des sciences politiques et des relations internationales de l'université Alger III, Louisa Dris-Aït Hamadouche décrypte dans cet entretien les enjeux liés à la contestation actuelle.
Liberté : Quelle lecture faites-vous de la mobilisation depuis vendredi dernier ? Etait-elle prévisible, selon vous ?
Louisa Dris-Aït Hamadouche : Prévisible ? Tout dépend dans quelle échelle temporelle vous vous placez. Si la question avait été posée un mois avant le 22 février, je vous aurais dit non. La situation paraissait pliée et le cinquième mandat un fait accompli, malgré les remous suscités par l'apparition de candidats surprise. En revanche, si la temporalité était à l'échelle d'une semaine, je vous aurais dit que la contestation était effectivement prévisible. Il eût fallu être sourd et aveugle pour ne pas comprendre que quelque chose se préparait. Ces manifestations confirment l'ampleur de la désaffection vis-à-vis des gouvernants, ce qui, là encore, n'est pas du tout une surprise. Les sondages faits au niveau africain et arabe montrent chaque année que l'indice de confiance et de satisfaction des Algériens vis-à-vis de ses gouvernants et des institutions politiques est faible. L'expression limpide du rejet total exprimé depuis plusieurs jours est donc logique.
Cette dynamique, au regard des appels qui se manifestent çà et là, peut-elle s'inscrire dans la durée ?
C'est une question difficile. Depuis l'annonce officielle de la candidature du chef de l'Etat, les mouvements de contestation n'ont pas cessé et sont même allés crescendo. Ils ont commencé hors d'Alger, et depuis le 22 février, la capitale fait partie intégrante de la contestation. C'est un cap très symbolique, car comme vous le savez, Alger jouit d'un statut juridico-sécuritaire particulier. La durée de cette contestation dépend, d'une part, des réponses que les autorités donneront et, d'autre part, de la façon dont les contestataires organiseront leur mouvement de contestation. Ces appels restent pour le moment anonymes. C'est ce qui fait leur force, mais en même temps leur faiblesse. En effet, déclencher la protestation est une chose, la structurer, l'encadrer, lui donner du sens en sont une autre. Dans ce deuxième cas de figure, nous ne sommes plus dans la même configuration. Et c'est précisément la phase la plus difficile.
Le pouvoir ne donne pas l'impression de vouloir répondre favorablement à la rue. Comment prévoyez-vous sa réaction ?
Je ne sais pas si réellement les pouvoirs publics ne donnent pas de réponses. J'ai plutôt tendance à penser qu'ils donnent des réponses contradictoires. Il y a, d'une part, les déclarations de certains responsables et figures de l'allégeance qui ont été considérées comme de véritables provocations à l'égard des protestataires. Dans le même ordre d'idées, il y a aussi la façon dont le rassemblement de dimanche (Alger-Centre) a été gérée par les forces de l'ordre. D'autre part, notons une gestion professionnelle et relativement sereine des manifestations de vendredi et également celles de mardi, menées par les étudiants. Notons, par ailleurs, l'ouverture timide mais remarquée des médias publics à ces événements. Ces réactions contradictoires peuvent être volontaires et visent à brouiller les pistes. Mais elles peuvent aussi être involontaires pour au moins deux raisons : la première serait due à un hypothétique effet de surprise, tandis que la seconde relève d'un désaccord profond au sein des cercles décisionnels.
Si la première explication est juste, nous devrions observer rapidement l'homogénéisation des réactions dans un sens plutôt que dans l'autre, car l'effet de surprise aura disparu. S'il s'agit d'un désaccord interne, les pouvoirs publics continueront à souffler le chaud et le froid avec les risques que cela comporte.
Le scénario d'un éventuel report est-il envisageable ?
Je crois que nous sommes à un carrefour : le processus enclenché peut soit maintenir l'Algérie sur le chemin qu'elle a pris depuis l'indépendance, soit changer de direction radicalement. Le report de l'élection, le retrait de la candidature du chef de l'Etat ou tout autre procédure pourraient être une façon de gagner du temps pour trouver le successeur du consensus. C'est ce qui pourrait arriver si ce mouvement de contestation n'était pas soutenu par des forces politiques, légitimes, crédibles et porteuses d'un projet alternatif.
Vous avez signé un appel avec d'autres universitaires invitant l'élite à s'impliquer. Comment, selon vous, donner un prolongement à la contestation pour éviter que les échecs passés ne se reproduisent (62, 88,…) ?
La règle veut que l'élite guide la société. Dans le cas qui nous concerne, force est de constater que la population qui se mobilise donne une belle leçon à l'élite. C'est le premier message de ce texte. Le second relève en partie de la réponse à la question précédente. Nous pensons que le mouvement de contestation actuel ne doit pas être une énième opportunité perdue. Nous ne sommes ni des politiciens ni des partisans.
Nous souhaitons alerter et essayer de mettre le doigt sur les vrais enjeux. L'Algérie, qui a été précurseur de l'ouverture politique dans le monde arabe, doit cesser d'être citée comme un mauvais exemple, et montrer qu'elle peut aller au-delà du changement de vitrine politique de façon pacifique et citoyenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.