Le tourisme grand perdant    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    1.133 nouveaux cas, 649 guérisonset 15 décès    6 morts et 19 blessés en 24h    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Macron provoque la tempête !    LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE CREPUSCULE DES FAUX PROPHÈTES OU LE CHOC DES CIVILISATIONS.
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 26 - 10 - 2020

‘' Le problème de l'islam comme force politique est un problème essentiel pour notre époque et pour les années qui vont venir. La première condition pour l'aborder avec tant soit peu d'intelligence, c'est de ne pas commencer par y mettre de la haine. "
Michel Foucault – Philosophe Français
L'histoire est l'exploration de la vie des morts, par et pour les vivants.
Toute réalité historique dépend de la manière dont l'historien reconstruit son passé. Sa réflexion et son système d'interprétation déterminent une réalité historique, qui n'est ni définitive ni absolue.
D'autre part, tout pouvoir construit sa propre vérité et diffuse des savoirs « assujettis » qui ont pour fonction de le justifier et de le renforcer.
L'une des tâches des recherches historiques est de dégager ces savoirs « asservis », ces savoirs cachés, oubliés, exclus ou intégrés dans la hiérarchie du savoir moderne, établis par ces relations savoir-pouvoir.
L'objectif est alors de ressaisir la vérité comme élément et produit d'une histoire plutôt que comme le support de celle-ci.
Autrement dit, on ne cherche plus à fonder une connaissance sur la préexistence d'un entendement originel ayant la capacité d'établir un domaine de vérités éternellement fondées, mais à « décrire historiquement les procédures par lesquelles, dans l'histoire, des discours de vérité transforment, aliènent, informent des sujets et par lesquelles des postures sociales se construisent, se travaillent à partir d'un dire-vrai ».
C'est donc ainsi sous le signe des relations qui lient historiquement société et vérité élaborée, que doit se situer toute approche à une déconstruction de l'écriture de l'histoire des valeurs.
Vérité, savoir normative de toute civilisation et historiquement en tension et rupture permanentes avec la société, module l'écriture de l'Histoire, à fortiori tout système de valeurs. Et l'Europe "des lumières" ne peut y déroger.
A cet égard, le voile doit être lever en premier sur la généalogie des formes continuellement mouvantes et obstinées de la violence et répression, et les chroniques des concepts de la moralité et de la tolérance afin de mettre à jour la division tragique et entretenue entre Orient et Occident.
L'Orient ici n'est pas seulement le voisin immédiat de l'Europe, il est aussi la région où l'Occident a créé les plus vastes, les plus riches et les plus anciennes de ses colonies, la source de ses civilisations et de ses langues et dont la personnalité s'est construite par contraste.
La culture européenne s'est renforcée et a précisé son identité en se démarquant d'un Orient qu'elle prenait comme une forme impossible et inatteignable d'elle-même.
Dans la rationalité occidentale ; il y a ce grand partage qu'est l'Orient : l'Orient, pensé comme l'origine, rêvé comme le point vertigineux d'où naissent les nostalgies et les promesses du retour.
L'Orient offert à la raison colonisatrice de l'occident, indéfiniment, inaccessible car il demeure toujours la limite : nuit du commencement, en quoi l'Occident s'est formé, mais dans laquelle il a tracé une ligne de partage.
L'Orient est pour l'Occident tout ce qu'il n'est pas, encore qu'il doive y chercher ce qu'est sa vérité primitive.
À la vue de ce clivage, de faux prophètes sont apparus ces derniers temps, dans la grande lignée d'autres messies de mauvais augure qui poussent vers un irrémédiable choc des civilisations, où la violence est érigée en maitre.
Aucun moment de l'histoire n'est une fatalité, et ces faux prophètes et leurs suppôts sont en discordance avec le vivre-ensemble des peuples. Leur unique raison d'être est de perdurer l'hégémonie d'une Elite sans loi ni foi qui préside aux destinées du monde.
Judas qui auraient pu être des saints, leur crépuscule est inéducable.
Khaled Boulaziz
Kaerdin Zerrouati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.