Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Jeunes ayant échoué dans leur projet.. Zemali : «Il n'y aura pas de poursuites»    Pour booster les exportations vers les USA.. Mise en place des mécanismes appropriés    Meurtre de l'étudiant Assil à Ben Aknoun.. La police arrête un suspect    Alors que le nombre de bus et de dessertes sera augmenté à Tizi Ouzou.. Le plan de circulation attend toujours    Pour une meilleure prise en charge médicale.. La loi relative au moudjahid et au chahid sera révisée    Coupe d'Algérie (1/4 de finale).. La double confrontation CSC-MCO décalée au mois de mars    Coupe de la confédération (2e journée).. La bonne affaire du NAHD    Ligue des champions.. Les Spurs, «héros» sous-estimés ?    Bedoui installe le nouveau DGSN.. Kara Bouhadba mise sur le partenariat    La gendarmerie rattachée à la Présidence ou l'Intérieur ?!    Partenariat université-Economie.. Cinq conventions signées à Oran    Présidence de la République.. Lamamra nommé conseiller diplomatique    Japon.. Les Aïnous seront reconnus comme peuple indigène    Monoxyde de carbone.. Décès de 4 personnes à Tébessa    En raison des guerres.. Plus de 100.000 bébés meurent annuellement    Variétés algéroises.. Faiza Dziria chante à Paris    Madame l'Afrique d'Eugène Ebodé.. Bon père mais volage    Lutte antiterroriste.. Deux caches d'armes détruites    APC D'ORAN : Fin du litige avec les ramasseurs privés de déchets    SIDI BEL ABBES : Classes uniques et cours hétérogènes à Aïn Chafia    TIARET : Près de 800 psychotropes saisis à Frenda    La communication, faut-il le dire !    MARCHE TOURISTIQUE LOCAL : Point de promotion pour la destination ‘'Mostaganem'' !    CONSTRUCTION AUTOMOBILE : ‘'Nissan'' lancera bientôt son usine en Oranie    La Seaal se digitalise    Le DAPS, tel qu'il est appliqué, va créer un désordre important    Visa : Les compagnies aériennes en souffrent aussi    Skikda : Suspension de la grève des chauffeurs de bus    El Tarf : Un automobiliste renverse un piéton et prend la fuite    Constitution 1, 2, 3, et encore…    Le réseau d'influence des vingt dernières années a généré une autorité locale parallèle    Viandes : Les prix de nouveau sanglants    Sergio Ramos dément avoir pris volontairement un carton jaune    En bref…    Le départ de Mourinho a coûté plus de 22 millions d'euros à Manchester United    Choc Chelsea – Manchester en coupe d'Angleterre    Fespaco 2019 : Mémoire, identité et économie    Gaïd Salah fait la promotion du bilan de Bouteflika    Terrorisme : Riyad dans le collimateur de Bruxelles    Une usine de production de véhicules bientôt en Algérie    Le leader se teste à Relizane    Le stand algérien attire les foules    Football - Ligue 1: Le CRB quitte la zone rouge, l'USMA creuse l'écart    L'ambassadeur d'Algérie à Washington: Le dossier sahraoui pas un obstacle aux relations algéro-marocaines    Destinées concentriques en chaîne    Le rôle de l'oralité dans la sauvegarde du patrimoine amazigh    Fills Monkey le 24 février    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arrabal, l'Egyptien
9e FESTIVAL INTERNATIONAL DU THEÂTRE DE BEJAIA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 10 - 2018

Quatrième soirée au TRB du 9e Festival international du théâtre de Béjaïa. Ce soir, c'est une troupe égyptienne qui donne Nozha fi ardh al maâraka, une pièce mise en scène par Ahmed Fouad, tirée de Pique Nique en campagne la toute première pièce datant du début des années 1950 de Fernando Arrabal, l'auteur dramatique espagnol connu pour faire dans l'absurde. Cette courte pièce d'Arrabal est l'une des plus interprétées de son œuvre. Il ne se passe pas une année depuis sa sortie où une ou plusieurs troupes à travers le monde ne la monte. La version égyptienne présentée l'autre soir sur la scène du théâtre de Béjaïa avait de la gueule, à n'en pas douter. Elle colle au texte originel, une dénonciation de l'absurdité de la guerre, tout en prenant des libertés par l'actualisation et l'adaptation. Le soldat «402», qui n'est plus une personne mais un matricule, est stationné à un poste frontière face à l'ennemi. Décor de front, de guerre, de violence fatale et absurde : fils barbelés, quelque chose qui ressemblerait à des casemates avec des grabats pour dormir, des postes radio pour communiquer, et puis, comme pour attendrir un peu ce décor de promesse immédiate de la mort qui fige le temps, des photos suspendues à des fils ravivent la mémoire de l'époque où le temps avait une autre teinte, celle de la famille, de la douceur, des projets à faire, des petites choses qui rendent heureux. Les parents du soldat 402 viennent rendre visite à leur fils, sur le front. Ils incarnent le temps normal, celui du père et de la mère qui aident leur fils à grandir et à construire, les petites choses de la vie qui creusent dans la mémoire des désenchantements les plus lumineux souvenirs. Et ils arrivent sur un front où leur fils fait la guerre, entend la guerre dans les tirs sporadiques qui peuplent le front, et entendent aussi le silence monumental, pesant, périlleux qui précède et succède aux bruits acérés de la mort, et imprègne jusqu'à l'imaginaire. L'ordinaire du front, c'est le décompte sonore du nombre de morts en fin de journée et l'ennui qui écrase de sa chape les gestes des soldats. Pour briser ce mur, le père, vétéran d'une autre guerre qui ressemble à s'y méprendre en absurdité à celle que fait le fils, raconte ses sempiternelles histoires et la mère, pour laquelle le temps du fils ne doit pas rester figé, formule ses soucis quant à l'hygiène de son rejeton dans cet endroit fait pour attendre la mort et les repas. C'est du choc de la réalité mesquine de la guerre et des préoccupations ordinaires des parents, qui subliment la vie dans sa facture quotidienne, que naît l'absurde. La mise en scène d'Ahmed Fouad est efficace. L'interprétation des quatre comédiens est tout aussi efficace, même si l'on regrette que le corps ait joué moins que la voix. Nous avons surpris un grand comédien algérien commenter à la fin de cette quatrième pièce : «C'est la meilleure qu'on ait vue jusqu'à présent.»
A. M.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.