Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Raser sa barbe ? Pas question !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 11 - 2018

Comme si les interdits ne se faisaient pas assez concurrence et ne géraient pas à qui mieux-mieux un comportement social de plus en plus accommodant avec l'idéologie intégriste qui assassine et abrutit en même temps qu'elle dicte obéissance et soumission, voilà qu'un nouveau haram est venu enrichir la panoplie. Et ce haram-là dicte expressément aux hommes de ne plus se raser la barbe.
La messe est ainsi dite à ceux qui jusqu'à ce que la sentence tombe, se rendaient régulièrement chez le coiffeur pour se faire tailler cette dernière ou carrément s'en débarrasser. Certains coiffeurs refusent désormais d'intervenir parce qu'on leur a dit que c'était haram. Ceux qui estimaient jusque-là qu'ils n'assombrissaient pas assez notre horizon auront, ce faisant, trouvé un autre moyen de s'imposer au cœur d'un cheminement qui prône l'abrutissement et ne se contente plus de seulement flirter avec une régression assassine. De celles-là mêmes qui ont dicté au terrorisme barbare de cibler en priorité la belle élite algérienne. Celle qui renforçait les repères et inspirait les modèles de progrès à adopter.
Un nombre incalculable de prédicateurs ignorants, dont le système se contente d'observer sans réagir les agissements, s'incruste dans le corps social et investit les habitudes à fragiliser pour s'assurer l'abandon total des fidèles et gérer fermement chaque espace fraîchement conquis. Et comme aucun romantisme n'a jamais marqué le discours intégriste, ils deviennent chaque jour plus ahurissants ces comportements qui fleurissent ici et là avant de s'imposer comme relevant du licite ou de son contraire.
Il fallait bien en inventer un aux hommes ! Non pas que ce soit la seule tenue dans laquelle on leur suggère d'évoluer avant de leur enjoindre d'en faire le seul signe distinctif qui sépare le bon musulman de l'impie. Pourquoi débattre, me diriez-vous, de kamis transparent au travers duquel on distingue les formes d'un caleçon douteux ? Si ailleurs on ne réussit rien d'un claquement de doigts, chez nous, le dressage va plus vite que cela. Au rythme où vont les endoctrinements, on n'est pas près de crier stop aux reculs successifs.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.