2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    Stations de dessalement : la panacée    Nouvelle réforme des retraites en 2019 ?    Un hybride inédit    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    Saisie de 36 240 sachets de tabac à chiquer    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Un homme arrêté pour détention illégale d'un fusil de chasse et de munitions    Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide    Quand un observateur fait tomber les masques d'imposture    ACTUCULT    MSP Batna: Satisfaction sur tous les plans    Un pacte self-service    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Très attendue par les écologistes et les amoureux de la nature: Ouverture prochaine de la maison de l'environnement    Un avis d'adjudication sera lancé prochainement: Vers la concession du nouveau marché de véhicules d'El Hamri à un privé    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Le poids de la crise    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Ouyahia contrarié ?    Le FLN pour une nouvelle sérénité    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    Ghezzal retrouve la compétition    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alerte à l'hémorragie
MEDECINS SPECIALISTES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 11 - 2018

Les spécialistes de santé publique sortent de leur réserve. Leur syndicat interpelle le Premier ministre. Le SNPSSP s'insurge contre la manière avec laquelle a été instituée la prime d'installation au profit des jeunes spécialistes. Si rien n'est fait, avertit-il, l'hémorragie des spécialistes va s'aggraver. La base décidera dans quelques jours des actions à mener.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - La publication récente du décret portant modalités d'octroi de la prime d'installation des médecins résidents suscite l'indignation du Syndicat national des spécialistes de la santé publique (SNPSSSP). Son président estime que cette mesure va en l'encontre du principe de la continuité des soins.
Pour le Dr Yousfi, il est inconcevable d'octroyer une prime juste pendant la durée du service civil et d'espérer voir le spécialiste en question se projeter dans la ville où il a été affecté. Pire encore, il considère que cette prime crée une situation «inédite» où des spécialistes exerçant dans des conditions identiques percevront des salaires différents, au profit du dernier arrivé. Plus grave, dit-il, le spécialiste qui arrive à la fin du service civil et qui voit son salaire amputé de cette prime pourrait difficilement envisager de rester dans la ville où il a été affecté.
Pour le SNPSSP, cette mesure «est contraire à l'esprit de justice et à la logique». Elle constitue «un véritable coup de fouet aux démissions des spécialistes du secteur public». Pire encore, elle risque d'achever de «déstructurer la prise en charge des soins spécialisés à travers le territoire national, en institutionnalisant l'instabilité des spécialistes dans le secteur public».
Animant une conférence de presse, hier, à l'issue d'un conseil national extraordinaire, le Dr Yousfi affirmait que cette situation risquait de mener vers des démissions collectives au moment où le secteur souffre déjà du départ de près de 7 000 spécialistes en dix ans soit vers l'étranger soit vers le privé. Une tendance, dit-il, qui est en train de s'aggraver avec le risque de voir certaines spécialités totalement disparaître.
Les membres du conseil national, s'adressant directement au Premier ministre, ont brandi pas moins de quatre revendications toujours en suspens et relevant des prérogatives du Premier ministre. Il s'agit de l'organisation du concours de passage de grade qui accuse un retard de trois mois mais également l'ouverture d'un nombre suffisant de postes budgétaires. Ce retard accusé, déplorent-ils, décourage les spécialistes à rester dans le secteur public.
Les membres du conseil national appellent également à mettre en conformité la prime d'intéressement avec le statut particulier du médecin spécialiste. Le dossier est ouvert depuis 2002 sans aucune avancée. Dernière revendication, l'arrêt de la discrimination en matière d'imposition qui frappe les primes versées aux médecins spécialistes.
Le SNPSSP en appelle au sens des responsabilités des députés afin que cette injustice soit levée et qu'elle soit rectifiée dans le cadre de la loi de finances.
Pour le président du SNPSSP, cette situation d'impasse est causée par la fuite en avant du Premier ministère. Si le SNPSSP a épuisé tous les moyens de revendications, il demande aujourd'hui une intervention urgente du Premier ministre et appelle sa base à se mobiliser.
Des assemblées générales seront tenues au niveau local pour décider des actions à mener avant que le conseil national ne tranche. Ce dernier maintient ouverte sa session.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.