Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    4 établissements fermés !    Imposante marche populaire à Béjaia    Le projet approuvé par le CNI    Accord de pêche UE/Maroc : Le Polisario "consterné" par la décision du Conseil de l'UE    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    Chine-USA : Le négociateur américain n'entend pas prolonger la trêve de 90 jours    Coupe arabe (1/8 de finale - retour) : Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    Mondial-2018 en petit bassin: Nos espoirs reposent sur Sahnoune    La coordination syndicale hausse le ton!    Manifestations du 11 décembre 1960: "Attachement indéfectible du peuple algérien à sa révolution armée"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Six syndicats se retirent de la «charte d'éthique» de l'éducation: Le retour à la protesta se profile à l'horizon    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Réunion des ministres africains du Commerce: Djellab au Caire    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    Bedoui expose la position de l'Algérie    Un taux de 80% d'approvisionnement quotidien en eau potable    Affluence de visiteurs au Salon de l'automobile    Un dealer arrêté en possession de comprimés psychotropes    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    BRAS DE FER ENTRE LA COORDINATION DES IMAMS ET LE MINISTRE : Hedjimi menace de paralyser les mosquées    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Ouyahia contrarié ?    Benghabrit hausse le ton et menace…    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rapport inquiétant de Crisis Group
CONJONCTURE ECONOMIQUE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 11 - 2018

L'ONG International Crisis Group a diffusé un rapport plutôt alarmant concernant les finances publiques. Le groupe qui produit des analyses anticipatrices prévoit donc une crise économique risquant de se profiler dès 2019.
Nedjma Merabet - Alger (Le Soir) - Le centre d'analyse rappelle inlassablement la dépendance de l'économie algérienne au marché des hydrocarbures, et la nécessité de diversifier l'économie nationale, tout en insistant sur la timidité et la lenteur du régime à procéder à des réformes.
La balance budgétaire a penché vers le déficit depuis la chute des prix des hydrocarbures, et ne réussit cependant pas à se rétablir malgré une hausse récente de ces prix, une politique de coupe budgétaire et de réduction des importations.
Le rapport, intitulé «Surmonter la paralysie économique en Algérie», estime que les autorités peinent à procéder à des réformes économiques profondes, du fait des blocages politiques en cours, mais également dans la crainte suscitée par le souvenir des années 1990.
Le rapport estime également que les jeunes générations n'opposeront aucune contestation face à la montée des prix de première nécessité, ceux-ci n'ayant pas le souvenir de ladite période de «guerre civile» ! Ce qui témoigne d'une méconnaissance profonde du cas de l'Algérie, en attestent les émeutes dites de «l'huile et du sucre» de 2011.
Crisis Group encourage également les autorités à réduire sensiblement les dépenses dues aux subventions des produits de
base ; ce qui est déjà en application avec l'augmentation des taxes sur les carburants. Ce que ne dit pas le rapport, du moins dans ce qui en est rapporté par la presse, c'est que le gouvernement procède à des réformes, mais qui lui sont propres. Outre le fait de désigner l'ancien directeur général des impôts, Abderrahmane Raouya, comme ministre des Finances, en remplacement de Benkhalfa, ancien de la Banque mondiale et de Goldman Sachs, il faut se souvenir de l'initiative de l'emprunt obligataire, même s'il n'a pas constitué un succès probant (seulement 700 milliards de dinars ont été récoltés par les établissements bancaires).
Malgré la critique qu'elle a pu susciter, «la planche à billets» s'inscrit également dans le cadre des mesures à prendre pour l'équilibre macro-économique. La politique décidée témoigne plutôt d'une frilosité, voire d'un traumatisme chez l'administration algérienne à recourir à l'endettement extérieur.
A ce propos, il a été décidé et déclaré récemment que les billets de 500, 1 000 et les pièces de 100 da seront remplacés par de nouvelles coupures. Ceci atteste d'une volonté de bancariser les liquidités du circuit informel.
Une façon comme une autre de renflouer les caisses de l'Etat, en attendant une hausse plus sensible de la production et de l'exportation hors hydrocarbures.
N. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.