JUSTICE : Le RCD appelle à juger Bouteflika    FAUTE DE CANDIDATS, LA PRESIDENTIELLE ANNULEE : La présidence de Bensalah prolongée    Nouvelles nominations à la tête de Sonelgaz, l'EPTV, l'ANEP et l'ARAV    SAISON ESTIVALE A ORAN : 17, 5 milliards de cts pour l'aménagement des plages    Retour des djihadistes maghrebins constitue une réelle menace pour le vieux continent    Programme de classification et de restauration    Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    L'intimidation n'a pas payé    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Facebook supprime trois milliards de comptes    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Un Iftar en l'honneur des médias    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le jeu, les chevaux, la vie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 01 - 2019

«La Société des courses hippiques et du pari mutuel vient de lancer un appel d'offres pour l'acquisition de carnets de souscriptions de jeux PMU», pouvait-on lire dans le Periscoop du Soir d'Algérie dans l'édition d'hier. Comme nous le rappelle opportunément et pertinemment le collègue qui a rédigé l'entrefilet dans sa conclusion commentaire, «le seul intérêt de cette information est que les courses hippiques existent encore». Les appels d'offres en tous genres n'étant donc pas ce qui manque puisqu'il y a même des publications spécialisées pour ça, l'intérêt est de découvrir, surpris mais surtout «rassurés» quelque part, qu'un petit pan de la vie soit encore… en vie. Alors qu'on le croyait mort de sa belle mort comme disparaissent l'un derrière l'autre tous les espaces qui font que l'existence ne soit pas une succession routinière de labeur et d'angoisses avant la mort, on apprend donc qu'il y a encore des courses de chevaux, qu'on peut parier et rêver et, si ça se trouve, même aller dans un hippodrome pour un moment de détente, de sensations fortes et de bonne adrénaline. Bien sûr, on peut déchanter aussi rapidement qu'on a été enthousiasmé par ce genre d'information. Les chevaux et le jeu étant aussi affaire… d'affaires, l'entreprise publique qui en a eu la gestion monopolistique n'ayant pas toujours été un exemple de rectitude et les annonces sans lendemain étant chose courante, il faudra peut-être que les passionnés en la matière comme les intéressés occasionnels calment leurs ardeurs. D'abord parce que ce n'est pas sûr que les courses de chevaux et les paris existent toujours. En tout cas, l'activité se fait tellement discrète qu'on imagine déjà le rachitisme de son déploiement. Ensuite parce que la volonté des professionnels en la matière ne suffit pas et c'est le moins qu'on puisse dire. Si les courses de chevaux ont quasiment disparu et les hippodromes sont à l'abandon, le mauvais management est loin de tout expliquer. Il se peut même qu'il n'explique pas grand-chose. Le rétrécissement désespérant du champ de la vie ne pouvait logiquement pas épargner un espace qui plus est, est frappé du sceau de l'interdiction religieuse. Pour la petite mais grande histoire, tous les cafés qui offraient le service des paris hippiques ont reçu la visite des vigiles islamistes, sous l'œil attendrissant de complicité de l'autorité publique. Tout comme les bureaux de tabac qui proposaient les billets du loto. Et on ne peut pas vraiment dire qu'ils y ont trouvé une farouche résistance ! L'armée des ténèbres n'allait donc pas se gêner : elle a l'argument que plus personne n'ose contester, elle a un Etat bailleur bienveillant de l'espace public et elle a un objectif alléchant : fermer une énième porte à la vie.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.