Un téléthon pour financer la Mauritanie lors de la CAN    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    Ligue 1 : Match à six points pour le CABBA et la JSS    En bref…    Ouverture des inscriptions pour la formation «Design en permaculture»    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Neutralité écornée    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»
Colloque
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 01 - 2019

Les participants au Colloque national, ouvert lundi à Boumerdès, ont plaidé pour la nécessaire institution d'un prix national dédié aux meilleurs poèmes d'expression amazighe qui portera le nom du poète Si Muhend u Mhand et sera remis, annuellement, à l'occasion de la célébration de Yennayer (nouvel an amazigh).
Les intervenants à ce 2e Colloque national sur la littérature amazighe, axé sur la «Poésie amazighe entre tradition et modernité», se sont accordés sur la nécessité de création de ce prix «dans les plus brefs délais», au vu de «son importance dans la promotion de la poésie d'expression amazighe», ont-ils estimé.
D'autres participants à cette rencontre nationale à laquelle ont pris part des universitaires et hommes de lettres de différentes wilayas, à l'exemple du Dr Tarek Thabet de l'université de Batna et du Dr Khaled Aiguoune de l'université de Tizi-Ouzou, ont plaidé pour l'élargissement du caractère national de ce colloque aux pays du Maghreb arabe (Tunisie, Maroc, Libye), afin d'englober les poètes d'expression amazighe de ces pays.
Dans sa communication intitulée «La poésie de la femme kabyle entre tradition et modernité», la chercheuse Nessah Fatima de l'université de Tizi-Ouzou a souligné le développement intervenu actuellement dans les sujets traités dans les poèmes de la femme kabyle, comparativement aux poèmes traditionnels.
La poésie de la femme kabyle, cantonnée dans le passé sur les sujets concernant la maternité et l'éducation des enfants, s'est élargie actuellement à d'autres sujets liés, notamment, aux droits des femmes, à l'amour et à l'enseignement, a-t-elle relevé à ce propos.
Quant à Yassef Farida, elle a souligné dans son allocution présentée au nom du secrétaire général du Haut-commissariat à l'amazighité (HCA), le «saut qualitatif réalisé par la langue amazighe suite à sa promotion en langue nationale», avant d'appeler toute la société à s'impliquer dans l'ancrage du patrimoine culturel amazigh chez les nouvelles générations.
«Les acquis réalisés dans ce domaine sont le reflet de la ferme volonté des pouvoirs publics pour restituer à la langue et à l'identité amazighe la place qui lui sied en tant que composant linguistique et culturel efficient dans le renforcement de la cohésion et de l'unité nationales», a-t-elle ajouté, par ailleurs.
Pour sa part, Toumi Hocine, président de la Ligue nationale de la littérature amazighe, a appelé à la nécessité d'exploiter l'opportunité de ce colloque pour «Examiner la situation de la création poétique d'expression amazighe, entre hier et aujourd'hui».
Il a fait part, à ce titre, d'un important plan d'action en préparation par son organisme, en vue, a-t-il dit, d'«instaurer des passerelles de coopération et d'interaction entre tous les créateurs des domaines de la poésie et de la littérature amazighes, notamment à travers des rencontres, des conférences, des publications, etc.».
Outre la célébration du nouvel an amazigh, cette manifestation a pour objectif, selon le Directeur de la culture de Boumerdès, Koudid Abdelaâli, de «réunir, entre eux, les créateurs du domaine et leur permettre de se connaître et d'échanger leurs expériences, tout en faisant la découverte et la promotion de nouvelles créations, avec la mise en exergue de la dimension nationale de la littérature et de la poésie amazighes».
Une série de communications(en matinée) et de déclamations poétiques (en après-midi) sont portées au programme de ce colloque de deux jours, organisé par la Direction de la culture de Boumerdès, en collaboration avec l'Union des écrivains algériens et le Haut-Commissariat à l'amazighité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.