«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Farhi : le sens d'une vie, le message d'un départ
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 02 - 2019

Hamid Farhi s'est éteint sur un lit d'hôpital qu'il a attendu sur une chaise. Dans sa sérénité d'homme à idéal et sa dignité de combattant aimant trop la vie pour perdre son sang-froid face à la mort, il fallait que se déploient des divisions à inventer pour ébranler la trajectoire de son regard inquiet mais apaisé, rêveur mais toujours lucide. Hamid est mort de sa ténacité à vouloir tuer la mort, non pas comme inéluctable fin de cycle biologique mais comme ennemi sordide de la vie. Dans le Staouéli de son ancrage, entre mer et vergers, là où les sens sont en constante balade entre les senteurs de l'oranger fleuri et le bonheur guetté à l'heure du retour des pêcheurs, Hamid est. Il est parce que ça va être très dur de dire qu'il était. Dans ce café sans prétention où il avait créé un pan de ciel aéré et quelques tendres illusions, dans ce coin qu'il voulait arracher à l'ennui et sauver de la cupidité, Hamid invitait au câlin avec sa belle utopie et laissait passer l'orage quand les moments de doute le poussaient au seuil du désespoir. Le doute quand il a vu le monde se dérober sous ses pieds, lui qui voulait le refaire parce que trop injuste. Le seuil du désespoir quand il a vu le pire frapper à la porte. Oui, Hamid a souvent douté et parfois désespéré, mais jamais abdiqué. S'il est resté dans son idéal à hauteur d'homme, il a aussi su, souvent au prix de pénibles efforts et parfois en se faisant violence, se mettre au compromis utile quand l'urgence est à l'essentiel vital. Hamid a su transcender ses douleurs prévisibles de militant et transcender ses déchirures intimes d'homme. Des éclatements mortels de sa famille politique, il a tiré une raison de défricher d'autres champs où la réussite n'était pas toujours au bout. De son parcours personnel, on retient une rare détermination et un touchant désintérêt. Et de son quotidien une agaçante humilité. Au pays de Tliba, de Ghoul et de Benyounès, il est celui qui met la pincée de baume au cœur. Dans sa vie, Hamid Farhi rappelait souvent que le don de soi n'est pas une vue de l'esprit. De son lit de mort qu'il a attendu sur une chaise honteuse, il a livré l'image d'un pays ruiné, à sauver de l'incurie et à remettre aux mains des bâtisseurs. Sur son chemin vers le repos des humbles, il en délivrera certainement d'autres. Vivant, Hamid n'a peut-être pas drainé les foules mais il a tellement charrié de rêves généreux qu'il ne peut pas partir comme ça. Il ne peut pas partir sans que quelque part, ne retentisse la gifle sans le père fouettard, sans qu'il ne bouscule l'ambition au rabais dans laquelle se complaît ce pays qu'il a tant aimé.
Adieu Hamid, personne ne t'aimait bien, rassure-toi. Il y a ceux qui te haïssaient et ils ont raison, ceux qui t'aimaient tout court parce que tu les aimais aussi et ceux qui te respectaient parce que tu imposais le respect.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.