Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Le constat amer du FJL    Le niet de Ghoul    Les gesticulations d'un gouvernement en partance    L'ex-P-DG d'Algérie Télécom devant le procureur jeudi    Le ministre de l'énergie inaugure le 6e Symposium de l'AIG    Premiers incidents post-congrès    "Ça n'a plus de sens que Bensalah propose quoi que ce soit"    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Erdogan perd définitivement la municipalité d'Istanbul    L'Iran fait état d'un incident précédent avec un drone américain    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    Au rythme des surprises    Karim Ziani, le fils du peuple !    Large vague de dénonciation    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Plus de 6 quintaux de drogue saisis au niveau de l'autoroute Est-Ouest    Vers l'annulation de 6 zones d'expansion touristique    Vers le durcissement des sanctions    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Ammal : Une cinquantaine de familles oubliées du relogement    Nouvelles de l'Ouest    Annoncée pour cet été à la Casbah : Où en est l'opération d'ouverture d'espaces pour l'artisanat ?    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    L'ATTENTE ET LES EXIGENCES DE SOI AUSSI    CRB Abdelmalek Ramdane: La présidente du club dénonce un complot    Les papys font de la résistance    Avec une croissance à la peine : Le marché pétrolier s'inquiète de la demande    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Farhi : le sens d'une vie, le message d'un départ
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 02 - 2019

Hamid Farhi s'est éteint sur un lit d'hôpital qu'il a attendu sur une chaise. Dans sa sérénité d'homme à idéal et sa dignité de combattant aimant trop la vie pour perdre son sang-froid face à la mort, il fallait que se déploient des divisions à inventer pour ébranler la trajectoire de son regard inquiet mais apaisé, rêveur mais toujours lucide. Hamid est mort de sa ténacité à vouloir tuer la mort, non pas comme inéluctable fin de cycle biologique mais comme ennemi sordide de la vie. Dans le Staouéli de son ancrage, entre mer et vergers, là où les sens sont en constante balade entre les senteurs de l'oranger fleuri et le bonheur guetté à l'heure du retour des pêcheurs, Hamid est. Il est parce que ça va être très dur de dire qu'il était. Dans ce café sans prétention où il avait créé un pan de ciel aéré et quelques tendres illusions, dans ce coin qu'il voulait arracher à l'ennui et sauver de la cupidité, Hamid invitait au câlin avec sa belle utopie et laissait passer l'orage quand les moments de doute le poussaient au seuil du désespoir. Le doute quand il a vu le monde se dérober sous ses pieds, lui qui voulait le refaire parce que trop injuste. Le seuil du désespoir quand il a vu le pire frapper à la porte. Oui, Hamid a souvent douté et parfois désespéré, mais jamais abdiqué. S'il est resté dans son idéal à hauteur d'homme, il a aussi su, souvent au prix de pénibles efforts et parfois en se faisant violence, se mettre au compromis utile quand l'urgence est à l'essentiel vital. Hamid a su transcender ses douleurs prévisibles de militant et transcender ses déchirures intimes d'homme. Des éclatements mortels de sa famille politique, il a tiré une raison de défricher d'autres champs où la réussite n'était pas toujours au bout. De son parcours personnel, on retient une rare détermination et un touchant désintérêt. Et de son quotidien une agaçante humilité. Au pays de Tliba, de Ghoul et de Benyounès, il est celui qui met la pincée de baume au cœur. Dans sa vie, Hamid Farhi rappelait souvent que le don de soi n'est pas une vue de l'esprit. De son lit de mort qu'il a attendu sur une chaise honteuse, il a livré l'image d'un pays ruiné, à sauver de l'incurie et à remettre aux mains des bâtisseurs. Sur son chemin vers le repos des humbles, il en délivrera certainement d'autres. Vivant, Hamid n'a peut-être pas drainé les foules mais il a tellement charrié de rêves généreux qu'il ne peut pas partir comme ça. Il ne peut pas partir sans que quelque part, ne retentisse la gifle sans le père fouettard, sans qu'il ne bouscule l'ambition au rabais dans laquelle se complaît ce pays qu'il a tant aimé.
Adieu Hamid, personne ne t'aimait bien, rassure-toi. Il y a ceux qui te haïssaient et ils ont raison, ceux qui t'aimaient tout court parce que tu les aimais aussi et ceux qui te respectaient parce que tu imposais le respect.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.